Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 12:43

...

*Je me souviens...et...comme c 'est beau...

Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 15:33

...

  • Les tulipes toutes sèches, se sont jetées dans la poubelle, des neufs oeillets jaunes clairs barbotent dans le vase, sur le bord de la table ronde, à côté du carré aux quatre bougies de l'amie du Nord vue il y a trois jours. Si on peut oublier d'avoir circulé en mobylette entre là et l'institution son lycée, voir oublier le ressenti les sensations de chaque jour pendant trois ans...puis deux encore, sur cette route, et dans ces cinquante deux ans passés dans le Nord de la France, il reste des flashs puissants, et des oublis immenses.. Le rappel d'un retour de patinoire avec l'école, transie, la pluie, le froid, le gel sur les mains, le visage rougi, cela reste vraiment, comme l'amitié précieuse de doux rappels, des trucs dont elle se souvient et que j'ai oubliés, l'amie de bientôt cinquante ans, à se partager parfois, à se muettiser d'autres fois, à se respecter nos vies surtout sans tchatch sans les trop, juste une force solide à se partager nos êtres de chairs à une table *ensemble, parfois, nos vies si différentes, si singulière chacune et comme c'est bien ainsi, l'instant de nos présences, son chaque fois c'est fort...et sur ce chemin, un peu plus loin, la naissance des trois enfants, souvenirs intacts, et c'est bien!
  • c'est fort de fort la vie! dans ses intimes superbes, sa mémoire se vit! 
Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 15:28

...

Continuer *levivre, c'est pas cesser de *l'aimer...

Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 13:47

...

  • Et parce que tu es là
  • Et parce que je suis là
Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 12:31

...

  • Revenir dans sa vie d'Ici d'Ouest, prend un peu de temps, pour reposer son être, Là bas dans le Nord, la fille des parents et la mère de ses enfants, restent là bas du temps d'avant,
  • la femme reprend sa place à l'Ouest, encore mère et fille, dans des coins leurs distances,mais si moins et puis mère deux jours et demi de temps, ici, trois nuits, avec son fils autiste.
  • le docteur, la kiné ce matin, des points d'articulations à soulager...après toutes ces tensions de vie...
  • une chance déjà de perdre les surplus emmagasinés par un hiver 2011 2012 terrible à le vivre en terreurs en autisme, en vie à tenter sauver le plus possible, un hiver 2012 2013 si éprouvant, vive les infusions...
  • une chance de ne pas avoir perdu la tête, enfin pas tout à fait puisqu'elle est revenue encore...
  • une vue non noyée par les évènements de vie, permet plus de clairvoyance, plus de distance, plus d'amour en se protégeant, c'est essentiel, le corps, le coeur, l'âme se sont donnés tellement...
  • et c'est bien...
Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 08:24

...

La tulipe rouge flamboyante, une double narcisse ses jaunes vifs, les myosotis sont bleus, le forcythia et une pensée se réaniment de leur hiver, jaunes,

pourtant le ciel est gris, le Printemps semble absent...

beaucoup d'arbres sont encore presque nus, un arbre devant plus généreux de verts de feuilles, le lilas se plume, l'asparagus qui a passé l'hiver dehors est vigoureux, le gazon en branches de graines...

en dedans les éléments de vie se posent, encore une fois...

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 21:45

...

Par la vitre du tgv, des vies défilent, des gens, les quais de gares, des vies,

une personne montée à l'aéroport Charles de Gaulle se lève à Angers, son sac à dos,

une pièce de one dime de United States of America  tombée sur son fauteuil,

des vies qui parcourent les pays, la vie, les vies,

 

et sa vie qui défile son déboulis de vie, tout en dedans...

si court de ses vingt six ans passés si vite, et pourtant tant chargés...

 

et pendant ce temps d'autres vies se vivent, survivent, se meurent...

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 08:33

...

*Quand le terroir se rebiffe*,

  • 10H14 11H12, et comme c'est bon ce beau goût du terroir, que la campagne de France...à sauver à tous prix, sans herbes, sans odeurs, pas de racines de vie, leurs profondes sensibles, qui donnent saveur à la vie, dans ses délicatesses par les sens mouvementés, pour le meilleur.
  •  Une vigne, du raisin, du foin, un camembert, le palais des fraîcheurs, de la force de vie.
Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 11:13

...

Vingt degrés, pourtant un ciel sa brume en suspension du Nord, pas de bleu, pas de mer, pas d'espaces de nature, ou si peu, le repos, méditations, la vie son courant donnent à voir, c'est vraiment incroyable une vie, si bonne dans ses bontés, ses beautés partagées, la transmettre la vie, pour ses goûteux moments, ses trucs à pas louper, ses petits riens secoués d'étoiles,

 

et pourtant, une mère à un carrefour, son bébé emmitouflé, c'est cela ici, sur le boulevard entre Lille et Roubaix, la toto se mouille les yeux, la vie impitoyable son horrible pour celui qui est né là ou là bas,

 

et pourtant, la vie est à tout le monde, alors c'est impossible de pouvoir accepter s'habituer devant de telles vues d'humains abandonnés à leurs sorts,

 

et pourtant, le soleil pointe, le gazon pousse, une pie ce matin tout devant, dans le Nord, où on est nés, un jour

 

et aussi, le nid de pies ou de merles, tout en haut de ses branches, dans le petit bois d'Ouest, où on se renaît, des jours.

 

La vie...

Repost 0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 21:39

...

Souvent on ne peut écrire son essentiel, c'est si précieux une vie, on se contente de flashs, mais c'est le tout d'une vie qui permet de comprendre, l'intime, la matière d'une vie, pour ne pas juger l'être, mais tant pis, cela reste suffisant de dire des peu des éclats de vie, s'exposer à toute vue, c'est bien trop pour une vie qui aime sa réservée, sa pudique, sa personnelle en soi. Elle peut juste se conter dans le lobe d'un aimé, ou se donner à voir de son vrai, dans des temps, la vie se donne à lire dans l'intant de la confier à un ami son rare. Parfois on ne dit rien de sa vie, personne assez son proche, pour partager des lignes, le roman d'une vie reste si rare son singulier que certains ne pourraient croire à ce tout cela dedans, dans *levivre d'une vie...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.