Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 20:37

...

Ma mère

Paraît qu'un deuil prend tout son temps

Je confirme

Et puis ton après décès

Dans des pleins de sens

Sans je sois l'auteure

Le cœur se remet peu à peu

C'était impossible d'imaginer

A l'avance

Tout ce chari vari

Me reste Toi ma mère

Et c'est fort bien ainsi

Merci tu m'as donné tant de ta vie

Repost 0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 20:33

...

Quel régal ce réveil en douceurs

Un café tranquille

Les pas vers le centre

Son Estaminet ses tendresses

Et vers la mer son ciné

Quand mon bord de digue

Sur un banc à marcher

Le sable près de l'eau en furie

Aujourd'hui

Des surfeurs

Beaucoup

Du soleil

Beaucoup

Très belle journée

Merci mon grand gars autiste

Je sais que c'est dur pour toi

Avec tes émotions

Et comme cela fut grand bon beau

Si heureux d'être tonton

Pour la seconde fois

Et quelles belles questions tu poses

A en rester perplexe

Quel grand chemin d'Existence

Se parcourt because Toi Ta Vie

Mon fils

Des crises d'existences

Plus grandes les unes que les autres

Ensemble

Repost 0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 20:31

...

Quels bonheurs cette journée

Et quand il dit ce soir

J'ai été bien toute la journée

Cela a été juste dur ce soir

Et que oui ô que oui

Juste un passage de quarante cinq minutes

C'est comme dans toutes les familles

Non?!

Ah bon...

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 15:05

...

Comme c'est bon de sentir des forces, de l'énergie, des envies de faire, de *levivre d'abord,

l'épuisement loin, derrière très loin les désespoirs, les chagrins d'encre en nuages blancs, c'est bon de les voir en très loin, de les savourer s'éloigner,

rien de tel que la vie ses vivres, ses pleins de bons, de beaux, de tendres,

c'est incroyable, comme c'est lourd une pente, des rudes à remonter, sans cesse sa montre à regarder, car le temps presse,

et hors de l'eau, l'air est si grand,

belle distance qui est possible,

*levoir l'entendre, sans se faire mal,

sensible encore, mais différente,

c'est bon c'est bel, comme je t'aime, ma vie pour être.

-

courage, initiatives, envies, confiance en soi, vue tranquille, comme je les aime ces doux parfums, qui embaument littlehome ce jour.

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 14:57

...

La taille haute, les jambes fines,

l'œil se dégonfle, gobe les beautés,

l'incision de matières bien trop vives,

avec ce RV la semaine dernière,

ont réussi à éviter,

une incision de la paupière,

faut voir encore, à suivre encore,

mais le plus lourd derrière,

mais le petit pois devient grains de sable,

encore un peu, de temps qui passe,

le cœur refait, l'iris brillant,

en tout dedans, de la vie belle,

brille de mille feux, ses flammes,

leurs douces, leurs saines,

en tout dedans...

Cette fois vraiment, avec distance,

sans mise à mal en intérieur,

s'avance des partages bons,

pour soutenir les personnes en situations de handicap...

Faut voir longtemps, entendre tellement,

pour avoir cette Force des jours de maintenant,

plus jamais çà, non jamais çà,

être endormie, belle endormie, à la gangraine dans le cœur,

agir ses ré agiR intenses, de brillances telles,

que rien ne peut m'arrêter net.

-

Les roses papillent, me font de l'œil,

et ma coque ses grains de sable, se font encore un peu entendre,

et quels bonheurs, ce chaud sur l'œil, des compresses douces,

et quand le doigt en va et vient, masse tendrement, embrasse les cils,

la guérison est là, Certaine,

ce fut quand même un bug de vie, un tel épuisement, mon burn out.

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 14:56

...

C'est bon de recommencer à *levivre, après un arrêt sur images.

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 13:47

...

Le petit bois, et comme il est vivant en cet Automne,

les voisins d'à côté ont vendu leur maisonappart,

une jeune femme y habitera,

huit ans, près d'eux, le temps passe si vite...

Et plus encore habiter le bois me dit ce jour,

avant que la Toto galipette de ci de là,

c'est beau ici, comme c'est beau,

et quand l'espoir, des échanges riches,

de la vie dedans après des deuils,

cela fait du bien, le vide si loin,

les jambes galipettent l'escalier,

du bas en haut et au très haut,

le second offre ce ravissement,

d'être plus près du ciel encore.

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 13:24

...

Le petit vase avec les roses, vide son eau qui a bu,

et les plus mortes à la poubelle, deux encore belles,

le tube en flûte, et comme c'est beau,

cette jaune, cette rose,

et comme mon cœur tintille ses tendres,

la porte ouverte vers le bois, se laisse regarder dormant,

mais son si peu, tant de vie dedans,

des cris d'oiseaux, il fait si beau,

un bel Automne que cet Octobre,

*levivre reprend ses poumons d'aises,

des joies dedans, des pas devant,

le précieux du jour d'aujourd'hui...

même si quand m'aime, le jeune homme autiste,

yaouh, pleine vie, m'épuise aussi, comme ce matin,

et quand pourtant, il m'impressionne,

de ses capacités à lui,

d'être au monde, son vivant de lui.

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 20:09

...

J'avais peur hier soir très tard, quand ma fille en salle de travail, pour donner naissance à Joachim, quand le papa dans un train, et finalement là trois heures avant

J'avais peur quand un samedi si chargée en Opération Brioches, mon fils autiste présent le matin de 9 h15 à 13h15, car c'est tellement mieux une ballade dehors, au grand air

J'avais peur quand il nous a rejoint dimanche matin, en sortant de son week foyer mensuel, et quand nous ne serons plus là, question incommensurablement cuisante et dévastatrice en tout dedans

J'avais peur quand j'ai vu ma petite fille en retard psychomoteur et si sage, si en retrait au tout départ des parcs de jeux, elle arrive le 10 Novembre, et il sera possible d'être complices en amour

J'ai peur quand même d'y perdre de ma chère liberté, quand je suis si peu libre, quand je me croyais libre, si souvent, après les plus lourds passages de vie du passé en enfance

J'ai peur qu'on ne soit jamais invincible, que juste la poésie d'être, permette d'être le plus léger possible dans les lourds de grave, de garder un œil doux même si les cruautés de vie on les voit de plein

-

J'ai bien peur de ne pas être opérationnelle, 21h sur deux jours, l'an prochain,

cette présence là, m'a juste rendu vivante le premier jour, pas le second,

dépenser des énergies avec le plus haut qui décide, voilà, ce qui arrive Aujourd'hui,

monter plus haut, léger en soi, même si les matières vues entendues, pèsent presque 10 ans de vie ici.

-

Je n'aime pas avoir peur quand rire, sourire, se serrer de beaux moments, j'aime tant.

Repost 0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 21:21

...

Ce fut une journée de soleil pour beaucoup,

un jour de fort soleil si grand pour moi,

pourtant tellement de brume grasse,

que la Toto traverse sur la quatre voies,

vers cette allée dans l'autre bourg,

un chemin des gens dans une galerie,

la table de déjà trois années,

sa nappe, les plateaux, les dentelles,

la pince, des gants de chair douce,

sans envies bien réelles au départ,

même des lassitudes, et puis,

il faut bien avouer,

que ce soir mes mains dansent,

des arabesques, le corps se lève,

la remercie cette vie d'être,

qui rentre par chaque pore,

expire des jolis souffles,

une musique de fond, c'est bon,

les cordes d'une guitare,

douze heures debout en plein dedans,

pour ce vécu là, en autisme,

ou on en ressort mort,

ou on en ressort vivant,

et comme c'est bon d'être vivant,

mais quelles richesses que ce jour grand,

de telles envies, comme l'impression d'être,

d'être il y a vingt deux ans,

pleine de rires, d'espoirs, de VIE!

-

Et c'est en Automne 2017,

qu'un nouvel signe en beautés, en bontés,

comme une tite bonne femme qui s'accroche,

à des inaccessibles étoiles,

et qui en voient tomber parfois!

 

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.