Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 17:36

...



Quand 5H30, de temps en salles d'attente, de près de deux heures chez l'un, trois quart d'heure chez l'autre, quand les déplacements, la pharmacie, les rv pris pour scanner, spécialiste, anesthésiste, intervention probable,
cela laisse peu de temps pour la vie en beautés,
une urgence juste avant, le monsieur gardé sur place,
la vie quand elle roule, déboule ses tas d'évènements pas gais, il faut faire avec,

et s'en extraire, dès que possible...

La Roche Bernard ce soir, cela sauve...
et puis, pouvoir prévoir ces passages moins gais pendant les temps de deux séjours,
pour le jeune homme autiste,
cela permet sereinement d'envisager de prendre soin de soi...

je sais tant qu'en un temps long de vingt cinq ans et demi avant les quatre nuits en foyer d'hébergement,
tout aurait été plus épuisant à gérer en stress à vivre, à adapter alentour...

cette fois, je peux penser à moi, et c'est goûteux, c'est une chance!

Et déjà La Roche Bernard me berce de son site, ses bâteaux, c'est son petit miracle de vider ses trop pleins de vie,
dans La Vilaine, et de se manger des parts de La Gaie, celle que j'aime...


Ce fut un peu sa larme intérieure, pourtant, de le déposer hier à 19H,
c'est pas simple de le voir entrer dans son studio, même si il est en équilibre, aux retrouvailles,
et puis le temps de ses vacances, arrive...
et un tas de palpites, c'est un travail à faire encore, avec lui...la séparation en camp vacances...

C'est un sujet si triste, que la séparation de deux êtres...
et pourtant, cela reste bon de se remplir d'autres parts de vie aussi...
mais un être fragile demande tant d'attentions, de soins à sa personne, pour que son équilibre...


C'est douloureux, ce tout cela, alors c'est bon de sortir la Toto...*levivre!
Repost 0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 07:49

...

 

Un régal de le visualiser si bien épanoui au milieu des éléments, mon fils de vingt six ans, autiste, à sa sortie de 15H50 d'hier,
c'est une joie immense qui donne du peps, puisque la maladie pompe sur les réserves...
une immense satisfaction notre trio avec la dame du vendredi, pour des divers plaisirs partagés pendant une heure et demi, puis je les laisse, en courses, en atelier cuisine,
et je peux me reposer, prendre soin de ne pas gober les limites, savourer la place à une terrasse, regarder *levivre...

me dire qu'après toutes ces années, en arriver là, c'est tellement de chaleur en soi...

aujourd'hui sera son bord de mer, plus ralenti, les jambes fébriles manquent de tonus, c'est incroyable comme une infection peut cisailler les jambes, rendre tout flagada...

c'est bon de pouvoir respecter ses chûtes de cadence de *levivre..

et de savourer cet air tendre du dehors, il y a eu un orage hier soir, mais déjà, la chaussée est sèche, le petit jardin arriosé de naturelle eau, va soulager la main avec son arrosoir, les hortensias peuvent se tordre les pétales si vite, le silence fait du bien, il redort, les oiseaux assez muets, quelques pépilles, le calme des voisins tout à côté, les feuilles du bois se bougent, une légère bise, la forme se retrouve déjà plus qu'hier...et c'est bien.

Repost 0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 21:13

...

L'écho de ce matin, un calcul dans le rein, l'urologue dans trois jours, histoire de l'exploser, son avis pour savoir, en mille pépites de *levivre, c'est pourquoi je suis née, pas pour me calculer...
L'aventure son jour, qui ne sait rien devant, c'est une magie de l'instant, qui remplit tellement...
Chaque jour son petit miracle, dans rien que d'être en vie...
c'est tellement surprenant de marcher sur deux pieds, d'avoir une tête qui pense un peu parfois beaucoup, et deux yeux en orbites qui volent s'envolent contemplent s'étonnent tellement d'être,
c'est un cadeau, vraiment...

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:35

...

Pour rebondir, une crèpe, un petit garçon, la table à côté, ses sourires, éclats de rires, cris aussi,

*levivre!

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:30

...

Une dame d'un grand âge vers les près de quatre vingt dix ans, tombe chez le kiné,
et son époux, l'entoure, la chouchoute, me dit que depuis soixante cinq ans,
c'est la première fois qu'il l'a voit dans cet état là...
pourtant une hernie disquale, l'an passé, des moins bien...
la dame âgé tremble de partout, semble être sous le choc,
mais depuis la chûte, ou déjà par avant,
il lui avait proposé d'annuler son rv, car elle ne se sentait pas bien,
les larmes intérieures bousculent la gorge,
cette scène qui dure, bouleverse, il l'embrasse quand les pompiers l'emmène vers Nantes,
il me dit que *le vieillir...il s'aide d'une canne, il me dit qu'il a des prothèses des genoux depuis...
qu'il a quarante ans...
ils ont traversé, ensemble...
Je pense à eux en cet instant, *levivre quand il vieillit c'est une loterie de chance en santé, d'abord.

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:24

...

Un antibio ne souhaite pas des coups du soleil, lors de déplacements à pieds, les longues manches sont de mise, pour couvrir les épaules, le cou, la fragilité de la peau, quand un médicament risque de photosensibiliser,
et c'est bien, et c'est bon que de se préserver des assauts si vifs des rayons,

le petit séjour offre de la quiétude en tendresses de tiède agréable,
dehors, au soleil, c'est insupportable,

les trottoirs à l'ombre, offrent une belle bise fraîche, aujourd'hui,
hier était sans air...

le jour, son jour, c'est déjà tant la température du temps qui agréabilise l'être ou le suffoque ou le tristesse quand il manque de lumières.

 


Les parfums d'une vie, dans ses températures...
Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:22

...

je lis par overblog, que quelqu un m'a laissé des mots sur mon ancienne adresse mail, piraté l'an dernier, et supprimée...

je n'arrive pas à en mettre une nouvelle,

mon adreesse mail: larespire@gmail.fr

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 12:39

...

Voilà qu'hier, le monsieur me rappelle suite à mon courrier,
une demande de lopin de terre, dans le bourg de l'ESAT de mon jeune homme mon fils autiste,
et voilà que c'est ok, pour son lopin de terre,
une chance que la dame des mardis et vendredis, a un potager,
et ses courgettes, salades, pommes de terre, framboises, persil,  des délices...

et voilà que le jeune marmiton, aura le plaisir fou de voir pousser ses graines, ses trucs plantés...

Une autre demande à faire dans le bourg d'ici,
j'ai c ette envie depuis longtime, d'avoir mon lopin de potager, mes graines, mes feuilles à pousser manger,
y'a qu'à faire la demande pour ici,
et quand y'a qu'à,

y'a qu'à,

et c'est bien que la revue de la mairie parle de places disponibles, encore...

une double chance de vie,
à les saisir de vie de terre de bonnes choses à se planter manger, en offrant en sa tête,

de jolies parts de vie!

La plume se sent revivre à retrouver *levivre...

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 08:51

...

Il y a ces chagrins de vie si suffocants, qu'ils paralysent,
et c'est la douleur extrême qui permet de remonter la pente,

la pesanteur des tristesses s'éloigne, la légèreté se retrouve,

il y a ces temps de belle grâce, d'un ciel de sol vivant...

sans aucune prise, en lâcher prise, dans la bise du vent...
dans la confiance au temps quand on s'aime vivant...

un tea shirt rouge les épaules nues, une jupe blanche au dessus des genoux,
le temps qui peremt encore cette mesure du temps avec tendresses pour soi,
c'est bon, c'est beau, c 'est des petits miracles d'aujourd'hui son vivant,
qui revient de loin encore,
quel voyage au long cours que la marche de son temps...

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 07:52

...

La fraîcheur de la nuit rentre encore par la porte fenêtre ouverte, il est vers les dix heures,
la douceur du temps revenu repose, d'épuisements immenses,
le *prendre son temps se chouchoutte, une douche à venir, et déjà les épaules nues cette fois colorées en tendresses,
ressentent déjà les rayons du soleil bien à l'avance, l'effervervescence mignonne du bourg déjà réveillé depuis longtemps,
c'est bon, c'est agréable, cela apaise que ce temps là en tout Là, il murmure vacances, temps arrêté soucis, loin des froids de l'hiver,

un frais bouquet s'est posé dans le vase, hier,
hier, les dernières survivantes de l'ancien dans un verre sur la table en bois,

hier c'était hier,

aujourd'hui c'est aujourd'hui,


à l'instant un gros bourdon perdu derrière la vitre, il faut le guider sa sortie libre,

il y a quelques jours, c'était un immense hanneton un soir, sur la terrasse...


*levivre!

 

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.