Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:52

...

Mes petits yeux ils s'éclaboussent d'étoiles,

c'est doux ce regard amoureux,

ils ont laissé au fond du puits de noir leurs lunettes de plongée,

 

et la luciole entre les deux paumes,

 

les petits éclats se vivent,

leurs étincelles,

 

c'est ainsi qu'ils aiment vivre,

 

 

au plus près de l'amour,

à se rétaler parfois dedans,

dans le plus profond Là,

 

et ses chagrins si forts,

 

mais quand la petite échelle du temps,

l'épuisette ses joies, les réaniment belle grâce,

 

c'est ainsi qu'ils aiment vivre,

 

 

au plus bel de l'amour,

de tous ses sens vivants,

au plus profond Là,

de toutes de vraies émotions pures!

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 12:37

...

Des frissons belles aises, le petit peton assis a chaussé sa ballerine et valse l'air du temps, encore plus doux, tellement plus savoureux encore,

après cet épisode de sens exacerbés en corps de par tout avec ce zona sans le savoir encore, à vivre en vécu d'autisme, des semaines,

 

ce matin, un assez long moment dans le vide, tout est si paisible et juste rempli de mon petit souffle, et puis, la Toto noue son ruban de soie, propulse un petit gaz et s'élance à la quête de perles de vie,

 

un pain, elle, son comptoir, des sourires, un court mais vrai partage, c'est grand,

le super se parcourt, une cafetière me sourit, car le café son noir, son tourbillon de vie,

les petites bottines souples martèlent le trottoir si chaotique ici, rien n'est droit, tout est en travaux pas encore achevés,

 

le temps n'a pas son importance, ici, il semble se contenter de vivre, son authentique,

 

la petite respiration est tellement bonne, c'est une merveille que de s'écouter ronfler sa vie envie, en coeur palpite, tout doux, de duvets si légers,

 

le temps est retrouvé, l'espoir d'un demain autre, hier est bien fort loin.

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 18:00

...

Dans ce petit bourg bon, Noël se ressent sa paix dedans, pas d'excès en des riens, un peu de lumières, quelques guirlandes, le pas se savoure

 

ce temps, d'Ici, à l'Ouest,

où le destin mena, à chaque jour son jour, de chemin parcouru,

remonter dans le Nord, c'est tout juste possible, sans l'envie vraie de le serrer, le Nord, la vie vraie est Ici, au plus près,

 

celle d'avant, est loin, si loin,

et pourtant, la famille se vit là bas,

les parents vieillissent, les filles marchent leurs vies,

des amis à serrer, encore,

 

la vie son destin une famille

 

ma vie.

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 17:48

...

Mon tout mon rien

Mon tellement à la fois

Mon coeur

Approchez vous

Venez plus près encore

Que mon âme vous câline

Au plus profond de vous

Voyez vous sentez vous

Le parfum de ma main

Une caresse de mon oeil

Qui de vous moi de nous

Votre délicatesse

Votre élégance belle

Votre amour ô combien

 

Je les serre merveilles

Le miracle de vie

Que cet instant magique

A traverser le cours

En berçant notre rive

De ce fort bel désir

 

 

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 14:35

...

La petite Toto sautille sa légère en dévalant le coteau, en cet après midi de rêve, le jeune homme à son calme, paisible, retrouvé son meilleur de lui,

elle souffle ses naseaux, de sa marche libérée,

et comme elle remonte sur son siège,

 

elle se le regarde son tout de vrai,

son sourire intérieur, vécu dans le rétroviseur intérieur,

entre les deux sièges,

de vous et de moi,

 

ensemble,

 

le petit minois ose même ses fossettes,

il sourit plus franchement encore,

 

comme c'est bon de vivre

comme c'est bon de sourire

comme c'est bon de s'aimer

 

au plus près de l'amour

de son si bel vivant

au bout de son bout des nerfs

qui vibrent de bien belles aises

 

si doux ravissement.

 

 

Un texte qui a trouvé son inspiration en marchant le petit bourg,

après avoir lu des beaux mots chez http://hadon.wordpress.com/

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 11:53

...

Quand le bien trop grave se laisse plier, empaqueter, archiver, sur l'étagère du temps,

quand le téléphone raccroche avec  la psychologue travaillant aussi avec l'autisme adulte, que je ressens Là,

quand le contrat moral par voix des airs, est accepté de part et d'autre,

 

bien plus que la joie!

c'est l'aboutissement de pleines fatigues  pour trouver cette personne,

 

quand les bras tombants n'y croyaient plus,*

 

quand le léger peut vibrer le coeur sa gravité de vie,

quand ce temps de l'avent permet de souffler envoler la tête,

quand une pensée vers ceux sans solutions, pour le moment*

 

c'est un parcours derrière, encore, qui n'est plus à faire!

 

Quand ce tout cela derrière, cela permet de penser remonter vers le Nord, bien plus ses sautillis de les revoir, les aimés

 

quand les bras tombants recollent leurs ailes!

 

 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 17:48

...

La Toto a son coffre, devant la déchetterie, c'est à cela qu'elle sert aussi...

la cafetière hors usage, elle fuit, il l'a malmenée sans le faire exprès, il y a deux semaines,

ses gestes brusques, parfois en autisme,

des pots de plantes mortes, c'est l'hiver même en maison,

un fe à repasser posé dans un placard, il marche sur un pli froissé collant autant le déposer,

 

et puis,

 

la Toto à côté,

la mienne, le reconnaît, le père d'un jeune autiste de dix ans, en CM2,

je m'approche mes excuses, je l'ai croisé il y  a peu de temps en super, mais lui avec son fils,

et moi dépassé par les évènements de vie, même à vide mon seule!

 

je lui demande de remercier son épouse, je m'étais arrêtée chez elle, désespérée,

ne sachant plus où sonner, aller, me diriger pour le moins pire...

c'est elle qui a prévenue la présidente, j'étais trop out pour agir encore,

 

on échange,

sur les tristes réalités de notre pays de France qui se dit *moderne, ouvert,

 

il me dit comme cela qu'il a été diagnostiqué Asperger il y a peu de temps,

qu'il se fait suivre....

 

Alors, la Toto, remonte son coteau,

se dit, que oui, vraiment, chacun est son malade de quelque part, sa tête,

ou en gênes ou en neurones, ou en blessures de vies,

 

chacun est son malade de lui,

à se protéger, à prendre soin de soi, à s'aimer aimer encore, quand la vie prend tellement,

en apprenant autant,

 

même si la naïveté dessert bien plus qu'elle sert,

sa part de belle innocence c'est fort de sa fraîcheur,

c'est de la vie toute simple, sans ses bobos dedans,

 

et la Toto remonte sa pente, vers son mieux d'elle!

 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 14:39

...

A de A

Je vous aime

Vous de vous

Contre votre L

 

Je vous le confie

Silence

Belle présence

Mon chaque jour

Dans l'ombre

De mon A

L mon précieux

 

D'être LA

De nous

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 14:27

...

En jeunes âges,

le choix délibéré,

de rester in home,

pour vivre chaque instant,

de ce parcours en autisme,

sans encore le savoir,

tout si difficile,

si épuisant, souvent,

mais au loin de fort loin,

l'idée de confier cette tâche,

si belle,

que se donner d'aimer,

pour l'enfant fait!

 

Et puis, avec le recul, je sais de quoi je parle,

je l'ai vécu en Là de tout de Là ces si big fatigues de s'épuiser d'aimer,

je ne voulais pas être cette privilégiée car l'argent permettait.....

 

cela me permet peut être, un peu,

de parler, au plus juste,

 

de la cause de l'autisme,

 

de cette nécessité réelle de se faire aider,

 

 

on peut se mourir d'amour,

en mère,

en femme,

en simple être vivant,

dans des chagrins d'amour immense!

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:42

...

Il fait soleil, c'est un grand jour,

le bois derrière me séduit, à chaque passage,

 

l'ouverture,

 

Mon Aujourd'hui, pour moi,

 

libérée, quelque part,

 

c'est immense de réconfort si chaud en cette fin d'année!

 

Les petits oeillets gigotent leurs pétales à côté de l'écran,

ils m'ont aidée, vraiment, à traverser le dur,

 

c'est incroyable

ce q'une fleur peut être

de présence belle,

 

Là,

tout au fond,

douce sereine,

sa vie se vit pétales,

j'aime!

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.