Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 14:23

...

Une grande toile qui en a vu des décennies, se décroche, et la suivante toute petite avec ses bambous verts, donne de la lumière,

des morceaux de mur libéré bel blanc offrent de la clarté.

Le petit séjour s'épure et il aime cela, il laisse sa fenêtre ouverte, laisse entrer l'essentiel, les chants, le bruit du vent,

le séjour habite le bois, et respire ses frais, ses verts, ses courants d'air tranquille, ses paisibles, ses beautés.

 

Il est cet havre de paix intérieure que l'âme peint sur les toiles de ses murs.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 14:08

...

Un chat passe entre le bois et le jardin, il s'allonge, muet, je ne sais pas si il se demande comme moi, ce que peuvent bien se raconter ces deux oiseaux, en cet instant. Leur gaieté fait sourire, des vraies piplettes des hauteurs.

La bise souffle sur les feuilles, passe entre les barres du balcon et chatouille les chevilles, puis le vent cesse, tout semble posé, un temps. Les oiseaux près se sont tus, d'autres au loin prennent la direction de la chorale en duo.

 

Beaucoup de calme, ils digèrent, font la sieste, il fait soleil, un doux air frais, ce jour est agréable à quêter ses bontés.

 

C'est bon de changer de système de tête pour son plus grand plaisir, c'est être riche de vie, milliardaire de son temps, possesseur de ses chairs, écrin de son âme, moteur amoureux de son coeur.

 

C'est bon de se respirer vivre, tout simplement, loin des essoufflements, des courses, des examens, des comptes à rendre en tous genres, juste à entendre ses palpitations, se ressentir vivant, être étonné tellement de l'être, vivant.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 08:53

...

Pour la première fois, aujourd'hui, j'entends leurs petits becs, dans le nid des parents hirondelles,

des bouches invisibles bien trop petites, pour le moment,

et à partir de cet instant, chaque seconde à les savourer, compte,

leur temps en nid est compté, et prend des forces pour un envol,

 

en ailes, à travers ce ciel immense,

 

c'est courageux, une hirondelle.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 07:28

...

Une mélodie, que reprend en écho un autre oiseau, sans se lasser, ils se donnent la réplique identique, le fer repasse paisible les étoffes, les tondeuses coupent le gazon de l'espace vert alentour, la fenêtre est fermée, l'air est fort frais, le bruit,

en dedans, le silence, l'absence en toute présence au monde.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 05:45

...

Le soleil monte un peu plus, se glisse plus fort encore entre les grosses branches et les petites feuilles, le petit séjour si sombre, se réveille, s'illumine, c'est bon,

tout devant, un voile de vert, qui a comme cette envie profonde de rentrer in little home et de sautiller ses petites vies toutes simples.

Le jardin se regarde et se laisse admirer avec des ohhh et des ahhhh, il est bon de saveurs en couleurs, jeter son oeil en tout de bas suffit pour serrer la quiétude bonne.

 

Et dans ce monde tel, c'est bon de se protéger devant ces soubresauts de vie, qui la changent d'un coup d'un seul en une simple nouvelle pas attendue.

 

Et ce, de rebondir, de ne pas se laisser sombrer, rester en vie, coûte que coûte,

 

un parent doit rester vivant, pour ses enfants, déjà.

 

Et se plonger le jardin, s'ouvrir en écoutant la Nature, partager un sourire qui passe, c'est bon de vital de vie, quand dans un changement de région, les amis sont fort loin, et puis, il est bien stérile de partager ces coups de sort, les savoir Là, est suffisant.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 05:35

...

Il a plu cette nuit, le petit bois goutte ses grosses perles, remuées par les oiseaux qui sautent de branche en branche, le soleil réveillé luit, un petit lierre posé sur un meuble se pose sur le balcon à l'air libre, la fraîcheur en bonjour, le salut des petites ailes,

et entendre que le bac de lettres a de moins en moins d'adeptes, que peut être il disparaîtra au fil du temps, on se demande où va le monde,

 

si il ne lit plus, n'écrit plus, n'est pas en joies de ressentir percevoir à fleur de peau, en se laissant guider mouton de panurge vers des sens canalisés, étudiés, techniquement appris à réagir ainsi ou ainsi,

 

alors c'est bon de serrer sa liberté d'être, son accès à la pensée, sa résolution de se changer et changer tout au cours de sa vie en s'adaptant le mieux possible avec les faits de vie pas choisie qui tombent, et parfois se réjouir des évènements gais si inattendus, sans les attendre non plus d'ailleurs,

c'est si bon d'avancer sur sa route, avec le plaisir d'avancer sans rien à se prouver, mais juste à se contenter d'exister et de se ressentir vivant le plus possible, un bel défi de vie.

 

C'est vivant qu'on peut se donner à d'autres, partager, aimer, encourager, accompagner, même si le vide peut atteindre chacun, l'Humain reste si petit et si humble devant la grandeur de la vie qui peut le dépasser, bien souvent, en toute intimité.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 22:17

..

Un pull écru mailles ajourées, mis juste quelques fois, tout neuf de son Printemps, a noué deux fils à deux endroits, a ficelé deux bords, le jour c'est la caresse de la bise du vent qui se faufile ses airs au travers de chaque trou, mais c'est d'un tel fragile, qu'il faut voler son air, se renouer son chaud,

l'air son raz de terre, souvent, est bien trop suffoquant, dans son destin pas choisi ou si peu,

 

l'ouvrage de sa vie c'est d'enlever ses mailles, de se mettre de bel nu, pour s'habiller de soi, et vivre que par soi, de ses vécus de soi, en oubliant bien fort les leçons du passé apprises en jeune âge.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 22:16

...

Il y a ces coups de tonneterre, si forts si violents, qui donnent cette impression terrestre de se vieillir d'un coup.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 21:01

...

Les larmes coulent, c'est de la vie.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 11:59

...

Le jardin est une petite splendeur, le coeur ne se lasse pas de le serrer, comme il est bel, son troisième Printemps ici vécu avec des plantations de déjà quatre années,

la ronde des saisons,

le Printemps c'est magique, le coucou, les oiseaux, les mots partagés, la douceur en dehors, la porte fenêtre reste ouverte apprécie, ce tant, ce tellement doux à l'oreille des sens, qui parcourt le petit être, et l'apaise, le repose, lui donne des bels courants de vie si jolis.

 

Les temps qui écroulent, faut les poser, les savoir là, sans les porter, il faut se contenter de serrer ses chances, ses alléluias chaque jour, d'un amour grand qui envole haut, et donne tendresses aux chairs de terre.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.