Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 15:55

...

IMG_7118.JPG

 

Vive la liberté!

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 15:31

...

Ivre de liberté

Son aile va fendre l'air

Vive les ondes dehors

A se rentrer dedans

Entendue pour l'avenir

En foyer d'hébergement

Elle espère tout de contre

Que l'enveloppe sa matière

Aura assez de coffre

Pour obtenir un oui

 

Et quand juste à l'instant

Un mail offre de l'aide

La demande de la présidente

D'Autisme 44

Entendue, réagie

 

Car c'est si vrai de vrai

Qu'hier dans mon hier

Ma détresse d'enfermée

Prisonnière tellement

Mon cri du plus profond

A hurlé tant de tant

 

Alors ma liberté

Je te chéris tes ailes

Je m'extrais et m'envole

Au pays de ma vie

 

Reste à serrer dimanche

Au plus près du charmant

En l'espérant serein

Ce jeune homme qu'est mon fils

 

Et déjà ce lundi

Pour onze nuits de libre

De ces jours sans cogite

A me laisser aller

Sans départs sans retours

En autiste de son jour

 

Vivent ces instants forts

Tout contre

Que j'aime partager

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 15:03

...

Quand l'oeil se tourne son élégant remis de ses émotions,

il n'en revient pas que du si dur a eu à se vivre, à levivre ce temps,

c'est tellement incroyable!

Il se réajuste sa vue, se distille bel oeil, pour happer les beautés, encore,

 

mais il ne souhaite pas oublier,

car d'autres n'ont pas cette chance, de pouvoir voir clair, ensuite.

 

Alors,

le regard souffle encore, apprécie,

et il sait,

 

que sa manif à lui,

se fera par le dire,

dans l'écrire,

quand des êtres se meurent,

faute d'avoir des aides,

des coeurs tout auprès d'eux,

 

car l'oeil est d'un sensible,

il est sa fleur de peau,

d'un amour son joli.

 

C'est un bel amoureux!

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 14:21

...

C'est bon de se respirer sans se transpirer la tête,

de se laisser aller, doucement son tranquille, sa petite vie serrée,

c'est vital de s'extraire de se souffler son bon,

le plus dur est derrière, ce matin bien meilleur,

le sourire au repas ce midi revenu, est signe que le raz de marée s'est calmé,

le raisonnement possible revient, dans sa tête à lui des choses positives,

 

un zona, son orage électrique, chez un autiste adulte, fait vivre des temps fous,

si impossibles à vivre, si pas possible d'écrire, de décrire le tout vrai, c'est de la fiction vraie, décapante et tuante!

 

Alors.....

 

Ma tête, viens,

ma tête,

je te pose mon là,

tu es mienne

mon unique,

heureuse

de se serrer  mon moi tout de moi,

car cette dernière semaine

si effroyable

tellement,

que

quelques absences des sens

l'impression de me perdre,

effectivement fort courtes,

 

mais assez pour ressentir

 

comme ma tête

c'est précieux

car ses trucs en son elle

me permettent

juste d'être,

 

et c'est tellement bon

d'être en présence de vie

pour se vivre ses sens

en tout de Là

avec sa tête à soi

qui perçoit les belles ondes!

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 11:16

...

Quelques points sur son dos,

au jeune homme autiste,

trace du zona presque disparu,

 

reste ce souvenir indélébile,

pour le moment,

de ces dernières semaines,

 

le calme revenu,

ses humeurs qui permettent

*levivre,

 

cela fait souffler,

de tout son poids de vécu intérieur,

cela fait du bien de respirer,

 

mon être déjà se réveille,

si assommé de fort hier,

la vie, ma vie pour moi,

 

je l'aime,

cette après midi, un relais,

du confort pour mes aises,

 

demain?!

demain?!

demain sera parfait peut être?!

 

demain sera parfait!

je le veux!

je me le souhaite!

 

si vivement d'Humaine!

 

car j'aime la vie,

que je clamerai encore,

dans tous ses états d'être,

 

car des manques de moyens,

des tant besoins d'aides,

en France qui se dit riche,

 

c'est fort d'inadmissible,

quand la vie c'est précieux,

c'est plus

et plus encore,

dans son corps d'être libre,

de se vivre ses joies,

ses petits bonheurs, sa paix,

 

de tout son pesant d'être,

à s'envoler ses sens,

se sentir si vivant,

 

CAR OUI JE ME SENS VIVANTE!

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 07:18

...

Où et quand poser ses limites, à soi, c'est parfois guère simple, cela ne va pas de soi, parfois,

 

alors,

 

où et quand poser ses limites, à l'adulte autiste, c'est un  labyrinthe, dans lequel il faut trouver les bonnes clés qui donnent accès aux beaux passages qui permettent de la vie, de l'autonomie, du bien être, de l'équilibre, dès que le raisonnement est accessible et permet....il ne faut pas louper les possibilités de chaque perle de vie!

 

Quel parcours de tête!

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 06:57

...

Il se lève, 7H20, et ferme la porte de la chambre pour ne pas se faire entendre. Mon sommeil se réveille de suite, on se retrouve sur le palier, il est calme, je lui dis que je vais préparer le café, il ne dit rien, c'est bon signe,

je sais que j'ai laissé le pot avec les grains, en bas, et en ce moment, c'est inutile, voir dangereux de le tenter, car sa limite, il ne peut s'y arrêter,

cela lui est impossible, actuellement, et bien conscient quand il la dépasse, cela déchaîne ses agacements envers lui, l'autre,

 

c'est un passage de vie ainsi fait,

 

hier s'est manipulé beaucoup en intérieur pour visualiser le *Aujourd'hui se vit comment?, en fatigues, en effondrements, en rebondissement encore dans l'après midi...

 

 

 

et se sentir soutenu, penser faire le meilleur pour le jeune homme autiste, est ce qu'il y a de mieux pour le parent,

 

*le plus dur ce n'est pas de vivre, de faire, dans un vécu en autisme,

le plus douloureux, reste, à mes yeux, de se ressentir parent impuissant, désorienté devant l'âge adule où tout est d'oeil neuf à découvrir sans guidance, qu'avec bon sens, amour, en patience moins grande, parfois la lassitude est,

 

L'AIDE D'UN PRO EST ENCORE INDISPENSABLE,

 

 

 

Le parent reste donc précieux, à tout âge, sa vie est une mine d'or, à se conserver en vie, le plus loin...

et pourtant, il est si clair de constater qu'il peut se sentir dépassé, par la vie!

les dernières semaines furent si douloureuses à voir, si épuisantes à vivre!

le zona, en cause? peut être! fort certainement! lui et le reste...

 

A devant, ce jour semble s'ouvrir plus apaisé! et je le brasse ces ondes bonnes! le café doux et bon, le pain si tendre goût, le calme in littlehome, aucun bruit, de la vie de départ de week, comme c'est bon d'y goûter, une chance si vraie quand la vie se vit ainsi!

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 21:02

...

La vie est composée de matière que la lumière fait vivre.

Et quand en autisme, une période de grandes perturbations, à traverser,

en espérant en voir le bout,

c'est incroyable de vérité de constater comme sa matière, il a du mal à tout gérer,

lui, autonome, de toilette,

voilà la cuvette souillée, le contour wc brouillé hier soir, le carrelage peint ce soir,

 

la matière,

une matière de vie,

et celle là, qu'est ce qu'elle donne à lire?!

 

tellement son équilibre, le funambule du ventre,

qui chaussé de ballerines, remet ses gros souliers,

qui maltraite les airs, en odeurs, en haut de coeur,

 

c'est cette folie, la vie, sa matière ainsi faite,

 

vite que cet épisode soit derrière, tout derrière,

car dedans tout dedans, la lumière se fait rare,

 

et les serrer bien fort ses petits désespoirs,

pour en recueillir sa goutte de bel espoir vivant,

 

car chaque jour est son autre,

et c'est fort bien ainsi,

à devenir devant,

travaillé de sa matière, au passé tout dedans,

 

à le filtrer nectar pour se donner à vivre,

à larguer les boues noires qui donnent la nausée.

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 14:30

...

Viens

Donne moi la main

On se part pêcher les rayons

Il fait soleil dehors

Couvre toi bien

Je serai ton écharpe

Pour que toi et moi

On se vole

Le firmament

Le doux câlin du temps

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 13:57

...

Le foyer d'hébergement n'est pas le cap unique, 

il est nécessaire de vital, c'est un fait,

 

dans une rubrique en journaux,

chacun il meurt un jour de vie, le parent aussi,

 

ce qui reste au goût du jour, tellement,

c'est qu'il soit dans son équilibre, le jeune homme autiste,

 

et dans cette marche ce périple de temps,

c'est qu'il s'y perd un peu beaucoup en ce moment,

 

la vie lui demande tellement bien trop,

de prouesses, d'efforts encore....

 

qu'il y a de quoi vraiment,

de se retrouver en girouette,

 

qui se laisse aller dans le vent,

grinçant sa rouille au fil du temps.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.