Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 20:38

...

Les perles précieuses de tes mots glissent velours sur ma peau douce, et chaque pore s'abreuve en silence d'une onde pure. Un frisson, ce délicat, les yeux se ferment la soie ressent, tellement,

 

à fleur de peau,

 

qui délicatement, l'imperceptible, se vit, doucement, si tendrement.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 16:16

...

Hier, la Toto avait rendez vous, sur la route du retour de l'aquagym, avec une toile merveilleuse qui campe dans la douceur du Printemps,

un pré, magique de bels verts, des boutons d'or, par tout, et puis des vaches sur la gauche,

et les hérons à hautes pattes sur la droite,

une sérénité,

qu'à fond les manettes, la Toto apprécie, roule tranquillement, c'est un parfum inégalable, elle se vaporise, se secoue, des petites paillettes la recouvrent, et belle attendrie, elle sourit,

 

et à l'écrire, elle sourit encore, devant tant de beautés, si privilégiée d'avoir renccntré cette toile vivante, gratuite, humble de belle si douce, quand des oeuvres de peintres valent des millions d'euros,

 

cette toile est pour elle, accessible, et déjà elle sait que dans six jours, elle plongera toute crue de son vivant, là, en tout Là, pour vivre spn dernier jour béate, le sourire aux lèvres d'avoir bu à la vie, à la jolie, à la vraie, à celle qui laisse muette, toute chose, humble si humble devant un spectacle tel.

 

Rester et se poser douce, une toile invisible devant les yeux, les pinceaux dans la respiration du coeur, et l'oeil mi ouvert se bel laisser à être,juste celle, chanceuse, là,

 

Là,

 

là, tu vois.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 09:21

...

La Toto trépigne dans le garage, elle en appelle à la vie tout dehors, il fait beau, il fait tendre bise de vent, et ses quatre roues vont fendre l'air du temps, légèrement, apesanteur de bel présent,

le petit volant de vie, apprécie déjà bien à l'avance sa douce escapade, pour la marcher la vie, la manger friandises, la flairer dans ses bons, et remuer ses bras, s'envoler, douce s'extraire en ce joli jour de Printemps.

 

Ce jour est une fête à se bercer dedans.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 08:50

...

Sur la tige d'une orchidée, trois grosseurs, imperceptiblement, offrent de la vie, l'oeil apprécie et guette.

 

Dehors, les arbres pleins de feuilles, laissent apparaître de ci  de là, un petit oiseau ou un plus gros, ils cabriolent tête vers le bas ou bel envol.

 

La bise plus forte remue les branches vivement, et comme c'est beau tout cela.

 

C'est le Printemps en chants d'oiseaux si gais. Cette paix est riche de bienfaits pour apaiser belle douce la sève en soi et se vivre tendrement avec légèreté si agréable. C'est un bel mois fort délicat et si beau.

 

Se remplir des beautés sans jamais se lasser, la dépendance douce pour cette drogue en Nature qui fait du bien de tant, tellement.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 08:48

...

Quand le repos bienfaiteur est possible,

c'est vraiment une big chance de vie,

 

une fatigue immense qui s"évacue en une nuit,

 

c'est immense de bontés.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 19:45

...

En autisme, il faut sans cesse faire avancer en mettant en avant le positif, le bravo, c'est génial,

la coupable c'est moi, trop agacée, ce matin et ce soir,

mais en station immobile, dix à quinze minutes, quand rien ne bouge, cela mettrait hors des gonds plus d'un;, pour sortir de la piscine;

 

mea culpa, ce jour bien trop fragilisé par un promoteur escroc, et il faut avancer serein en autisme, avec cela sur le dos.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 19:33

...

Un départ de matin, et une fin de journée, oups de ailleailleaille, à vivre en autisme, prouve, Ô combien, que c'est un truc incroyable,

 

et qu'il faut le vivre vingt trois ans, pour savoir, qu'un jour peut ne pas ressembler au précédent.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:04

...

Deux feuilles de lierre se glissent entre deux planches de la terrasse en bois, le weigelia s'ouvre ses bels rouges tout doucement,

la tête apprécie de s'abandonner tranquille sur le dossier du petit divan, avant de partir vers l'aquagym du grand, les yeux se ferment et emprisonnent les cuicuis des oiseaux, la bise roucoule si tendrement les veines,

 

c'est grand cette belle solitude après les années passées en famille à porter, envoler, aimer tout simplement, ce qui n'est pas forcément toujours facile, même souvent si douloureux dans un vécu d'autisme.

 

Dans la grâce du temps qui fait du bien, tellement, le présent est un bien bel cadeau de la vie.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 08:51

...

La porte fenêtre s'ouvre, il fait des rayons de Printemps.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 08:12

...

Les oiseaux, cette douceur en feuilles tendres chuchotis, c'est une belle saison, le Printemps, il offre tant de bonheurs, le coeur est léger, il apprécie, un peu de bise, le gazon est de vert, les fleurs crépitent délices, 

 

c'est bon de se laisser aller à soi, c'est une grande chance que de s'appartenir toute en délicatesse, de déposer ses chagrins fort doucement après leur avoir accordés le plus grand soin, si bels précieux que des larmes pures d'amour,.

 

c'est vital de chouchouter ses chagrins, autant que ses bonheurs.

 

Quand les douleurs sont entendues dans leurs états, le murmure des beautés peut se laisser serrer en corps, encore, c'est si bon pour le petit coeur en froufrous de vie,

 

l'instant plein de belle vie.. à souhaiter le donner d'aimer, se donner d'aimer, en partage parfumé plein de grâce.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.