Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:59

...

Le pas descend, guilleret, c'est déjà cela, la machine à rêver,

le linge sort en panier, et déjà il regarde, le gazon nouveau né pousse, encore,

le soleil chauffe le dos endolori si fort, ce jour,

les feuilles de l'iris pas fleuri l'an passé, alors cet an, peut être,

les branches se balancent, déjà les doigts se glacent, le vent est assez fort et froid en ce Printemps,

et puis les jaunes des fleurs, offrent tant de leur temps,

 

l'oeil se repose son temps, il apprécie de rester sur son petit espace,

c'est fort petit ici, mais comme c'est ravissant,

seul son regard de tendre, charmant, tout attendri,

qui n'en finit jamais de saluer le jardin,

 

pour toute sa grandeur, dans toute sa splendeur,

 

et le pas se remonte, frissonne un peu déjà,

quand le fauteuil se pose, il s'avance la vue, le regard fixe les arbres,

et le voilà le couple des deux pigeons de cette année,

ils viennent fort souvent, juste devant, tout près,

et c'est un bel spectacle que leurs amours vivants,

tout contre, ou s'envoler, et puis se rattraper,

je t'aime lui dit il, elle s'envole,

il la rejoint,

c'est beau les battements d'ailes,

des approches gênées, de la délicatesse,

je veux bien avec toi,

 

et voilà, qu'ils s'envolent, mais ils se reviendront,

juste sur ces belles branches pour doux se désirer,

pour ma plus grande joie, c'est bon d'être vivant. 

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:44

...

Il en faut du courage, et du courage pour vivre,

 

toute la vie se vivre,

 

dans la beauté s'aimer, au plus près.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:32

...

C'est bon de penser à soi,

de se protéger, c'est vital,

dans la liberté de soi,

pour s'appartenir,

 

et se laisser vivre.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 21:39

...

IMG 5715

 

 

PIRIAC Loire Atlantique

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 10:03

...

Les petites tartelettes aux fruits, posées dans le réfrigérateur, gigotent leurs couleurs, leurs croquants de Printemps, leurs souffles m'arrivent jusque la table du séjour paisible.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 09:55

...

Sur le coffre, un bouquet de roses jaunes, et des petits pots de plantes vertes ou à fleurs,

tout devant, sur une petite table, une orchidée se repose, c'est une question de temps,

et sur les autres petites tables, l'orchidée en pleine forme, s'époumone,

une autre posée à ses côtés, somnole, parfois ouvre un oeil, mais ce n'est pas encore le moment,

elle se réveillera un peu plus tard, quand ce sera son temps de se vivre ses couleurs,

 

la lumière fleurit un coussin posé dans un petit fauteuil,

et l'étoffe qui se joue, moitié lumière, moitié ombre,

 

c'est de la vie en corps,

 

si lumineuse dans ses deux parts essentielles,

de légèreté, de gravité,

les deux se donnent la main, pour avancer son être,

 

sans trop tout voir,

juste un peu voir,

c'est déjà tant,

 

de voir la vie,

avec recul, dans la distance,

en la volant, en s'envolant,

dans le profond, la mise à nu.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 09:46

...

Les rayons du soleil invitent les pâquerettes, qui s'ouvrent, imperceptibles, sans faire de bruits, si peu, le temps est porteur d'aises.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 08:35

...

La porte fenêtre est ouverte, les oiseaux rentrent leurs petites cordes souples et légères, le cri d'un coq plus loin, la table est dressée pour ce midi, avant d'aller sur Nantes, après le bord de mer merveilleux de Piriac, hier,

 

même si le jeune homme autiste a encore bien trop pesé sur l'autre, les autres, mais c'est ainsi fait que cette vie, et c'est bon d'accepter le plus légèrement possible, ce qui peut être bien trop douloureux de vie.

 

C'est tellement de la gravité, une vie, la vie de son enfant,

 

que la douce poésie, sans la chercher, jamais, est un magique bâton de pèlerin, qui aide à avancer, en aveugle parfois dans des temps de vie, en sautillant ses flaques d'eau dans d'autres parfois, en le jetant en l'air son doux bâton en bel équilibriste, en se courant avec, léger, tout léger,

 

en se trouvant, bel nu devant la vie, et en s'habillant délicat des plus bels partages, des voix aimées, des pleurs partagés, des sourires échangés,

 

c'est si bon de s'habiller tout doux, de marcher en complices,

 

car c'est fort bon d'aimer.

 

VIVRE, c'est chaque jour, serrer sa solitude d'avec sa mort, l'apprivoiser le plus bellement possible, et puis garder encore sa belle part d'espoir, de se la souhaiter douce, pas trop cruelle.

 

Mais en attendant, sans rien attendre, c'est souhaitable de vivre, de forcer parfois la porte de la grande tristesse, de se sortir, de happer encore chaque bulle qui passe, et puis se protéger du trop dur, se faire son petit cocon tout doux, être en accords jolis avec soi, s'extraire des souffrance que la vie offre sur son chemin.

 

Les yeux se ferment, les oreilles laissent entrer les oiseaux, le bois est beau, les jonquilles splendides, les branches souples remuent, un pigeon vole,

 

la journée sera longue, peut être bien pleine encore,

le linge est préparé, sa valise à remplir avec lui, ce soir,

les jours d'avant, des bouleversements de ses repères, au jeune homme autiste,

ne sont pas les plus simples, et il faut les supporter,

avec le plus de grâce possible, avec de la délicatesse encore,

 

en cet instant, c'est calme, et pas une miette ne se perd, et l'envie telle de partager un temps de réconfort, malgré tout.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 08:32

...

Revoir un enfant, c'est fort,

 

c'est chargé de gravité, de bonheur,

 

l'accompagner encore, en présence discrète,

 

l'écouter, le respecter, lui faire éviter des pièges de vie

 

la vie de soi, elle apprend, tellement,

mais toujours en insuffisance,

 

et avec son modeste vécu, c'est bon de partager,

sans écraser d'impact, mais en touches subtiles,

pour penser offrir son meilleur, encore,

à son enfant, fait, pour toute une vie,

 

une vie d'abord à lui,

 

le parent reste un porteur de vie, dans son ventre,

par la mémoire qu'il transmet.

 

C'est beaucoup de gravité,

la vie.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:14

...

C'est une belle journée, comme ils disent,

et quand dans le tout fond, l'âme sourit,

délicate et belles aises,

c'est une belle journée,

à se vivre d'aimer,

 

ses enfants ce midi,

un bord de mer ensuite,

des silences, des échanges,

chacun son espace de vie,

en territoire se marche,

 

et c'est bien.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.