Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 03:23

...

Quatre jours au plus près du Cameroun, tout en étant sur le sol de France, c'est inoubliable, si riche d'Humanité partagée,

 

au plus vrai,

 

entre deux continents,

 

l'individu d'un continent,

son pays,

la construction de sa mémoire,

la transmission de l'héritage familial,

 

des traditions,

des bonds en avant,

 

réflexions, pensées, méditations,

écoutes, mots, silences,

 

de la vie,

 

Repost 0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 15:55

...

Dans la vie, on n'est jamais au bout de ses surprises.

Repost 0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 15:40

...

Le temps avance avec son temps.

Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 16:16

...

Quand des ondes vibrent jolies, elles traversent le temps, en amour.

Repost 0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 13:15

...

Quels partages forts en beautés sur le Cameroun, la vie cette délicieuse d'offrir cette richesse d'ouvertures.

Repost 0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 13:14

...

La vie c'est cette découverte de chaque instant à ne pas louper aimer rêver se vivre.

Repost 0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 07:25

...

Quelque part, c'est peut être un chance, quand on a connu ô temps, de trouver ensuite,

les grands bouleversements de vie, comme assez simples, finalement,

 

la tête libérée plus encore d'une vie hors autisme, depuis quatre jours, mesure,

avec la distance, dans les quatre jours,

avec la distance, dans les vingt trois ans,

 

comme une vie en autisme, reste un immense travail de vie d'un labeur jamais fini,

 

et,

 

ensuite, la vie,

paraît d'un simple,

bien souvent,

 

tellement.

 

Et pourtant, tout n'est pas simple, il faut accommoder, réagir, chercher sa voie encore,

POUR LE MEILLEUR DE *levivre son temps sur terre.

 

Et c'est bon de rester conscient, de voir clair au plus près,

l'autisme à vivre, est loin d'être une chance pour la vie alentour à *levivre son instant pur de vie calme, zen, tendre,

il faut galérer, en patience, tant et tant,

 

ce fut fait!

 

comme il est bon, le temps présent, sans nostalgie de ses parts douloureuses au passé derrière.

 

Le temps avance, et c'est bien!

 

Reste *levivre de pure essence, bien plus encore!

Et à le partager, pour donner de la vie, de l'envie, du désir, de l'amour,

 

quand on aime aimer,

 

A VIE!

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 17:56

...

Et ben dis donc

Ma vie

Quelle aventure

De vie

Tu me comptes

Mon instant

Chéri

Je t'aime

En murmures

Tout de Là

Contre moi

Au plus près

De ma vie

En vie

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 17:48

...

Ouvrir sa porte de sa Toto, puis de sa tite home, c'est pour demain, cet inconnu,

 

la vie reste ce mystère de chaque instant, et faire connaissance des futurs beaux parents camerounais de l'aînée,

c'est finalement, au regard d'Aujourd'hui, facile, dans sa vue Humaine, qui permet d'accueillir, son chaque jour,

 

en amour.

 

Ma vie, mon parcours,

 

en amour, je t'aime!

 

Et plus encore Aujourd'hui, * je chante un baiser, un baiser osé, la mer du Nord en hiver, les flonflons à la française, rien n'avait été organisé, et ses yeux se sont fermés, jugé ma fortune, oh le grand air, tournez  le ciel et tournez la terre, tata ta tata, ta langue amie, liberté liberté chérie, ce moment délicieux hasard, si la vie est un film de rien, ce passage était vraiment bien, ce passage là était bien, je chante un baiser, je chante un baiser osé, sur mes livres déposés...de A. Souchon, j'aime!

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 14:13

...

Le vent est fort, ce jour. Il murmure tout haut des mots qui ne se disent pas, et les petits yeux s'éclairent, s'envolent sur les feuilles, se glissent les branches douces, se nichent un nid douillet,

le regard se réveille, il se frissonne d'aises, jouer dedans ce bois les délices d'aimer, c'est un moment si fort, que les ailes sont douces, la voix à peine audible,

 

le silence est le roi.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.