Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 09:33

Et la Toto va se sortir,

 

elle va marcher marcher,

 

et se dire que l'Humain,

 

est une bête curieuse,

 

à commencer par soi,

 

quand on y voit trop peu!

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 09:32

...

C'est PRENDRE SOIN DE SOI

que de sortir de ses gonds

d'écrire de parler de voix

de simple vérité

 

quand des faits graves de vie,

pourraient anéantir

en les gardant secrets!

 

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:41

...

La vie fait devenir bien trop suspicieux,

 

et c'est ne pas être angoissé,

 

c'est juste se contenter de rester responsable, devant la vie de ses enfants!

 

Et EXISTER et souhaiter *LEVIVRE pour soi et ceux qu'on aime, reste ESSENTIEL...plutôt que s'effondrer!

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 07:57

...

C'est VITAL

de S' EVADER

de situations insolubles

 

POUR RETROUVER

un bel équilibre

joli simple paisible,

 

UNE SOLUTION MEILLEURE EXISTE,

il faut prendre le temps de la chercher

pour enfin la trouver,

 

et vivre soi

et ceux qu'on aime.

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 13:37

...

Ce fut, Ô ce fut, un régal en palais, eux, je les aime, une table charmante, la monitrice du premier stage dans la presqu'île, lui, au mieux de lui, pétillant, super,

et en quittant Saillé, vers l'église de Batz,IMG_6843.JPG

 

lui,

 

et la mer, ses roulis, ses jeux de vagues contre les rochers, un long moment, assis, devant, le chevalet, le cil en doigt, la vie devant, la beauté, c'est bon de remercier la grâce du temps sur sa petite toile de soi en tout dedans, tout près, dans l'écrin secret de l'âme, qui sait.

 

comme c'est bon d'aimer, d'aimer sans se  lasser d'aimer, encore, en corps, à ressentir, la vie,

 

Là en tout Là!

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 06:49

...

Il fait sa fin d'été en ce second jour de l'Automne, un trente deux degrés hier au soleil,

la fin de matin va se vivre à Saillé, dans les marais, petit village si joli,

 

un repas à l'ESAT de Saillé,

premier lieu de stage du fils, il y a déjà quatre ans....

 

histoire de rencontrer des personnes croisées, vues, des responsables chouettes,

 

histoire de vie.....

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 06:05

...

Quand on a repris goût à prendre soin de soi, à penser se protéger, dans des actes bons de vie, dans des décisions jolies pour son aisance plus encore,

c'est bon,

c'est fort,

c'est immense,

de pouvoir l'envisager, tracer la route, se border de sécurités belles, pour ne pas se perdre en chemin, ne pas agoniser sur le bord sous des trop,

c'est immense de pouvoir

 

reconquérir la liberté de son être,

pouvoir s'interroger pour le meilleur pour soi aussi,

 

c'est parfois une simple chance qui tombe,

c'est parfois une chance qu'on est allé chercher au prix de grands efforts coûteux en fatigues grandes,

 

et même si parfois, cela demande et redemande souvent d'analyser, chercher le meilleur,

cela vaut le coup de faire des efforts pour réfléchir, pour ne pas hésiter à changer de route,

 

toute route n'est pas bonne à prendre pour soi, ou à conserver son chemin,

 

pour le respect de soi, pour la liberté, pour les partages riches.

 

 

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 05:54

...

Finir sa vie, terminer son ouvrage, en douceurs, c'est un rêve, tellement,

quand la maladie d'Alzheimer,

mes parents ont toutes leurs têtes à leurs quatre vingt un ans,

une mémoire si fine, qui me surprend souvent, surtout celle de ma mère,

mon père brode à sa façon de voir, parfois,

et comme avec elle, à deux, on remercie ces jours qui leur sont donnés,

 

c'est immense que de pouvoir communiquer, exister pleinement de son vivant de chairs,

avec des aimés, le voisinage,

 

c'est immense que de vieillir dans ses jolis souvenirs,

se vivre tout simplement son petit temps de vie encore,

 

je souhaite si fort une fin de vie brutale, d'un coup, sans des galères de vie de fin de vie,

qui ne laisse aucun temps pour se voir mourant,

 

j'aimerais tellement garder au fond de moi, leurs images actuelles, vivantes, vives d'esprits,

 

l'émotion est forte de l'écrire.

 

Evidemment, on ne souhaite à PERSONNE, une institution, un placement,

dépendre de, perdre de sa liberté, souvent de sa dignité de son respect d'humain,

 

CHACUN MERITE DE MOURIR HUMBLE DIGNE HUMAIN!

 

et de parcourir sa fin de parcours le mieux possible!

 

C'est heureux de les avoir au téléphone, EUX, de pleins! Le lien est, il continue,

 

C'EST GRAND pour enfants et petits enfants que l'héritage parlé dit échangé transmis par les anciens!

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 19:49

...

Vingt quatre eux, leurs quarante huit mains, ressentir leurs vingt quatre coeurs, Là,

un doux moment, vraiment,

même si il me fut dur de trancher la semaine dernière, *ne plus les accompagner ou continuer, en cette reprise de la gymnastique pour les handicapés adultes, me sachant en juste souffle parfois, pour accompagner mon fils autiste de vingt trois ans, et ce depuis vingt trois années, tant et tant, parfois chaque seconde courant son temps, en jeune age, l'être n'oublie pas en intérieur profond.... la lassitude du temps, son épuisement,

 

et puis finalement, mon coeur en bonheurs, vraiment, de leur donner un peu de moi à mon atelier expression corporelle, des retours magnifiques, quatre ateliers dans la salle, plusieurs adultes, et circuler de présence en présence pour le jeune autiste, fatigue moins dans la longueur du temps,

c'est être en présence seule, qui épuise...parfois, pas toujours, selon les humeurs,

 

alors la Toto légère revient joyeuse, le soleil tout orange derrière, la lune ronde devant, un vingt et un degrés en ce vingt et un septembre, à vingt heures.....

et ce soir, j'affirme que ces cinq personnes avec difficultés, mon fils avec eux,  m'ont tellement moins fatiguée en dix minutes, que mon fils de lui, dans le même temps, parfois, quand il est au moins bien de lui. Et pour les trois fois dix minutes avec six personnes en difficultés tellement différentes, bien moins que l'atelier mené avec lui,

 

car mon gaillard à mon atelier, c'est mon gaillard, et,

 

je l'aime, ce mec,

 

quel mec!

 

 

 

 

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 10:11

...

Quand il faut absolument quitter une voie tracée pour en chercher une autre, pour éviter la trop grande prise de tête, en démarches téléphoniques obligées, en flou à nouveau,

 

c'est bon de penser s'évader, de sortir le long bout de bois avec une cisaille à son bout, et de couper la haie du fond qui a fort poussé, et qui empêche de voir plus loin, en profondeur, dans le tout bois dedans.

 

De la balustrade, la vue s'est élargie, longue, cela fait du bien pour envisager des points de raccommodage, c'est qu'il a la main ferme, ce jeune homme autiste de vingt trois ans, et si parfois il fait dans la dentelle jolie, parfois ses mouvements brusques et trop rapides, déchirent un bouton, font un trou dans l'étoffe,

 

alors l'aiguille encore va se remplir le ventre de fil et se courir le tissu,

 

devant cette ouverture, la foi en tout dedans, le bel espoir devant, l'aiguille va marcher vite ses belles délicatesses.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.