Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 19:31

...

Palmyre quand je te vois, démolie, cassée, ta mémoire brisé,

j'y vois bien plus encore...

un coeur peut être grand,

mais quand un être vulnérable, en incapacité de se défendre,

je garde distance avec l'oppresseur, sans devoirs obligés,

mon coeur seul parle vrai, et je l'entends, appuyé par une pro.

 

 

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 15:00

...

Le petit divan, prend de l'air, tousse encore, rejette le mauvais, laisse se tomber sa petite tête qui sourit, le baillement, oui mais quand même, mais sans épuisements, juste une pause de calmes, tranquilles,

qui se saisit de son présent, rien que son présent, en plein dans sa vie,

les mains se joignent, les bras se tendent, c'est bon,

le dos se redresse, les épaules aspirées vers le haut, la ficelle du ciel semble gigoter l'être de belles aises, et cela fait du bien, et cela est si tendre,

c'est horrible quand la vie se sert de soi comme d'un boulet qui s'enfonce dans le sol,

des petits souffles gais, des dégringolis intérieurs sont encore expulsés dans des souffles de bonheurs, première vraie nuit, cette nuit,

alors çà va...me semble, c'est bon de rester son humble devant les forces de la vie.

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 14:48

...

En ouvrant son oeil ce matin, le volet regarde un cerisier tout rose de fleurs jolies de ce Printemps qui arrive,

probablement qu'il était rose depuis hier, peut être depuis quelques jours...

peu importe...

Ce matin mais quels délices de le serrer cet arbre, au coin de la rue, sur la gauche,

presque en dessous de ce si bel croissant de lune hier soir.

Si les mimosas leurs jaunes avaient tant apporté de lumières belles à l'oeil, la mer ses roulis, le bateau vers l'île aux moins pris sans aucun projet fait, juste car il allait pratir alors pourquoi ne pas monter dedans, pour voir plus loin, ses souffles à récupérer,

faut croire qu'au retour à Little Home, bien des brumes de tête, empêchaient de voir le tout de vrai de réel si bon, si beau,

c'est bon de ressentir que l'esprit plus aéré, laisse le corps tranquille, le pauvre si malade depuis le 13 à consulter, fort certainement que le mal s'était déjà infiltré lors de ce trou bant en tout dedans à l'annonce des trois derniers jours, le décès, les funérailles...

Toutes ces agitations bien inutiles, destructrices, à entendre porter tenter d'expluser, quand le plus grand silence aurait été le seul convive invité à ma peine...

Depuis quelques jours le chagrin peut se faire son travail de vie qui aime aimer, et c'est bon de se ressentir tout vivant de plein dans son être qui agit réagit dans des émotions rien qu'Humaines,

cela m'émeut de me retrouver vivante, peut être plus vivante encore, je le ressens, dans une existence plus précieuse encore, tournée vers la beauté, la bonté.

C'est un léger héritage, ce tout cela de présent éclairé de jolies lumières, au final, et c'est bon en tout dedans.

 

 

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 14:33

...

Certains arrivent à accepter ce monde 2017 comme il fonctionne,

pourtant,

*on ne voit bien qu'avec le coeur.

Merci le petit prince.

Et quels éclairages on peut voir, avec son coeur vivant.

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 14:25

Il y aura un mois dans deux jours, la maladie d'aimer se soigne jour après jour, c'est un peu mieux,

la tête est moins lourde, les souffles plus tranquilles, le coeur bat moins vite,

un tel précipité d'émotions, intenses, vives, devant la cruauté de la vie,

cela assomme, anéantit, brise, pulvérise, muettise, fait voir le réel si lourd en irréel pour le traverser un peu plus avec forces ce temps si épais, un ressenti de balancements de vertiges d'apesanteur,

avant de réaterrir déjà un peu plus,

la vue de son oeil qu'en amour, dans la vision de la chair d'être, à son rien, à son néant,

c'est bien trop cruel...

Ce monde qui choisit de plus en plus la crémation, me dérange, souhaite balayer au plus vite, les mémoires des êtres,

un coup de balai, plus de mise en scène, circulez y'a plus rien à voir de son vivant.

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 19:39

...

La Toto gare sa petite roue dans le bourg d'à côté, un piplotage rapide avec une copine, qui la trouve fort fatiguée, c'est vrai qu'elle se sent épuisée ses roues, pour le moment,

son petit poumon sain vu à la radio, l'apaise plus, le docteur à revoir demain,

mais comme l'oeil du coeur est le meilleur, le qui se trompe pas trop en hypersensible, tant pis si la vie parfois écroule,

et le soleil pour revenir, la carosserie laisse échapper un:

j'ai été choquée

puis un autre j'ai été choquée,

du silence,

et puis un j'ai été fort choquée

et les vues sur les côtés de la quatre voies ingurgitent ce potage de vie...

Un peu de forces pour le petit boucher, sa petite quiche lorraine, un oeuf au lait,

et puis elle se gare, contente de rentrer, de déguster le foin dans le petit jardin,

le petit bois est doux,

-

une longue pause dans le petit divan, des lectures,

et le moment d efermer le volet de devant, un croissant de lune sur la gauche,

l'oeil rempli de joli, se ferme, s'enferme allumé en dedans.

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 13:24

...

...

* Le vivre, encore et plus encore,

commencent de nouvelles pages d'écritures,

me semble,

on ne sait jamais, la pirouette qu'une seule seconde de vie, peut bousculer,

deux oranges, deux pommes, une banane, une poire, dans une assiette de verre,

ont remplacé les fleurs sèches, en poubelle, l'oignon de la jacinthe à planter dans little garden,

qui offre sa première fleur jaune sur le sol, et l'aubépine encore jaune, et la bruyère mauve,

c'est tranquille tout cela,

l'ordi est paisible, il respire de souffles bons, même si la toux peut être de trop,

-

pour le moment, cette journée, refait surface, donne des légèretés, des états d'âme en paix,

l'encaissement n'étant plus possible, plus du tout, il en assez vu son sac à dos,

c'est libérateur de ressentir si fort cette belle invitation à faire demi tour sans partager une vue,

quand un être en désir de conflits, de faire du mal, sera sur la route.

-

Ce qui reste au goût du jour, c'est encore et encore, la cause des personnes fragiles, vulnérables, sans capacités pour se défendre...

pour les personnes fragiles en situations de handicap, les personnes âgées en matières bonnes, les enfants leurs insouciances leurs méconnaissances,

dans ce monde qui peut déraper et se monter si cruel, bien plus encore quand la puissance lâche peut agir bien plus férocement sur des fragiles.

-

Son jour chaque jour, le regard tourné vers le beau, le bon,

cela est apaisant...

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 13:12

...

La vitalité revient, même si une radio pulmonaire cet après midi...Il y a des situations de vie, sans aucune beauté, sans aucune bonté, qui happe toute substance vitale...Tant à voyager en moins d'un mois...

C'est bon d'avoir laissé le temps faire son travail qui passe, sans trépasser dedans, en visant *levivre encore et encore.

C'est incroyable un tel virage, un tel changement dans l'âme, qui peut se protéger, puisqu'elle a enfin vu, accepté, que certains peuvent du mal, exprès...c'est tellement inimaginable *lejouir en faisant du mal.

C'est le présent, et c'est un bel Présent, comme un cadeau du ciel qui tombe, fait comprendre, révèle d'autres facettes d'un l'homme dit humain, qui disfonctionne.

C'est immense d'avoir enfin cette capacité de ne pas être tenté de partager sa vue, de tenter bousculer la vue en face, qui ne voit rien, qui ne peut rien voir, qui ne voit pas l'autre.

C'est que je n'en reviens pas d'être à ce point d'éclairage...qui me fait du bien pour me protéger, me prendre en soin, car le respect de soi, *levivre pour soi, c'est être égoïste, peut être...? mais

C'est Essentiel, quand on ne peut bouger le monde dans ses vues au monde, qui sont inaccessibles, puisque dans des zones sombres du cerveau.

C'est fou de voir clair, bien plus, et c'est une belle folie.

 

 

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:51

...

Quand il faut neuf mois pour accoucher ma nouvelle naissance, en justes vérités entendus vues comprises enfin de tout de vrai de monstrueux de cru de vie.

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:51
25 mai 2016

Hier, souhaitant la prendre par surprise plus encore,

ma demande pour livrer un joli bouquet de fleurs bien à l'avance,

pour le goûter bien avant la fête des mères,

sa soixantième...dans quatre jours,

-

et puis puisque chez l'orthophoniste ce matin,

au marché, le poisson, un repas dans l'autre bourg,

son départ vers l'Esat à pieds,

-

un peu de vide, de temps à bellement remplir encore,

après les heures superbes de ce matin,

la toto se pose le lac, des pas,

un café, une gâterie pour le corps gourmand,

posée tranquillement,

et ce souhait de partager avec ma mère, ce lieu si beau,

ce sera mon père au téléphone, dans tous ses états pas beaux,

elle est hospitalisée depuis ce matin,

-

je l'avais trouvée entendue si essoufflée parfois ces derniers temps,

à l'appeler plus encore, pour échanger,

son petit fils autiste avait partagé avec elle un bout de digue au dernier week,

-

levivre ce tout cela,

-

c'est heureux que les forces soient là,

même si encore un ramdam de cœur hier avec un mail du Foyer qui agace,

-

et puis le monsieur du Transat de la digue de St Nazaire, il part en fin d'année,

après neuf ans à cet endroit,

huit ans que je savoure un thé, un citron, une bière juste parfois,

une crêpe,

-

il n'y a pas de doute,

*levivre une marche en avant.

-

quand on a la chance que j'ai eue de partager avec ma mère,

pendant presque soixante ans, c'est un grand bonheur,

elle me disait souhaiter que son parcours cesse il y a quatre jours...

alors c'est bon de faire confiance en la vie bénie qui offre la vie.

Voir les commentaires

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.