Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 10:30

...

Suit un fort beau dimanche,

au Croisic le matin, son petit café, des pas, 

la mer est au plus bas, et comme c'est joli,

les coques couchées comme des chevaux las,

et l'esprit s'émerveille, avec des  oh des ah,

mais comme c'est joli, de lui donner de la vie,

encre encore encore, à ce fils qui est autiste,

tout est si tendre si bon si beau si inespéré...

alors quand vient de rompre ce beau week...

par son départ à pieds à 17h30,

il précise que c'est l'heure, et comme il est si bien,

j'ai cette bêtise aimante, quand il me dit et si 17H35, 17H40,

de lui dire *tu choisis,

et là le crack boumhue,

bien plus que du plaisir, c'est le vrai déplaisir,

non cadré, pas guidé par ce qui était prévu, dit, entendu, accepté...

et cela le panique tant faut croire encore,

il prend une bouteille d'eau pas ouverte, à côté de lui,

et d'un verre et de deux, à quatre quand il le dit,

faut tenter de l'extraire de son mal être de l'instant...

-

puis le départ son fluide, même si il rappelle les faits,

-

quitter le Foyer me fait mal, si mal, si douloureux,

des pas dans le petit bourg, un éclair acheté pour oublier l'orage, 

une fin de soirée, triste, à se dégouliner,

-

et puis ce matin réveille de l'humeur belle et claire!

-

mais comme c'est inhumain de ne pas accepter qu'il soit moins bien,

*un moment de la journée,

quand tout fut si dans un rêve tendre et délicieux de vie au plus près de l'amour gagnant,

-

des lectures, écritures,

et l'envie de partir vers la côte ou vers Nantes,

le volant choisira,

bien avant d'aller le chercher pour la séance de psychomotricité!

-

A ce jour!

Au présent!

A la force de vie qui donne tant de vie!

A remercier ce dépassement des souffrances d'hier soir, à penser au futur décès

A souhaiter pour chacun, le bon, le meilleur, la belle solution à un souci

A LA VIE

A LEVIVRE, mon amour...

 

Repost 0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 20:34

...

Un tellement beau samedi,

cet Estaminet chouette, Pontchâteau authentique,

et L 'Ascension à trois, un film si splendide,

Guérande ses remparts à marcher tout en bas,

un café Chez Léon, le coeur chaud fait du bien,

le jeune homme autiste si superbe si heureux,

mais comme c'est bon c'est grand,

dans le coeur du parent.

Le coeur bien reposé, ce soir apprécie tant,

tout ce chemin derrière qui n'est pas à refaire,

ce qui marché se donne, quel parcours d'étoiles,

qui scintillent le coeur, au plus profond en Là.

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 22:31

...

Ce soir fut si merveilles,

le présent fait tant de bien, des grâces du ciel ici bas, c'est tant inespéré encore une fois,

tant d'angoisses, cette dernière quinzaine pour le jeune homme autiste,

et puis tant de fatigues, de chagrins, en fin d'année, début d'année,

le présent est, c'est bien,

même si ma mère au téléphone, de plus en plus mal,

elle a de plus en plus de mal à se lever, et un fauteuil roulant prescrit par la docteurE,

et comme c'est à entendre encore quand elle me dit, que mon père en courses, les volets se ferment à 17h30, et elle est restée dans le noir, incapable de se lever pour allumer,

souffrir comme j'ai souffert ces dernières années, depuis trois ans et demi, devant des incapacités du censé être l'aidant pour voir l'autre qui souffre, cela peut effondrer tellement,

comment faire à distance?

comment aurai je fait de plus près, si critiquée par mes initiatives pour le confort, le respect, l'Humanité la meilleure possible,

il y a ceux qui accablés par la vie, ne peuvent plus voir clair,

et aussi ceux qui ne veulent jamais voir la beauté si belle dans l'Humanité à accompagner.

Et ce soir de prier pour sa vie, que sa délivrance arrive, personne ne mérite de souffrir comme elle souffre...c'est terrible une vieillesse si seule, si impuissante de faire seule, de dépendre totalement d'alentour qui fait dans le sens du devoir, et l' amour?...

-

Il y a ces chagrins si immenses imprévisibles, on ne pensait pas connaître ces tant de vie.

Être en fin de vie, à deux, seul, ou seul en maison de retraites,

levieillir ses grandes solitudes bien trop...

et ce monde qui abandonne...

-

mais ô c'est déjà cela, mon sourire pour mon fils, fut éclatant ce soir, sans le faire exprès, dans le comme çà, comme çà,

et quelle récompense d'en arriver encore là, après toutes ces années,

-

Ô présent tu me vis, et je te remercie,

En amour mes petites grâces, mais comme c'est joli, tout au fond de mon coeur.

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 13:07

...

Décevant à l'ouverture du volet, de ne pas à avoir à gratouiller les vitres de la Toto,

la douche délice fait oublier le gris du ciel, et déjà la porte s'ouvre vers dehors, pour aller la cueillir la vie dans son présent vivant, et tendres délicatesses que les offrandes reçues,

la petite pente se monte si légère, c'est bon,

un peu de repos, des papiers à ranger, la tête est libérée, paisible, cela fait du bien,

et déjà remonte l'essence forte d'aimer, d'aimer encore pour les joies à connaître,

et l'envie d'être au Foyer d'Hébergement pour apporter la valise de linge propre, aider un peu, et laisser faire le duo...et c'est bon de penser que ce temps gagné pour eux deux permettra le tour du lac à pieds, avant l'aquagym,

une vie tranquille, pleine de bonheurs, comme c'est une chance.

Le petit vase reste vide, les jaunes de l'aubépine ravissent tellement...

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 21:46

...

C'est étrange cette lassitude, loin de la personne à aider, à aimer tout simplement,

quand c'est un tel vertige de bonheurs et légèretés, dans le présent d'aimer comme çà...

-

un camion a vidé la maison des voisins de Little Home ce matin,

de l'autre côté, la maison est à vendre aussi...

-

coincée entre des neuves pages de vie à écrire, encore une fois...

quand une maison s'habite et se déserte...

et ici, ce lieu pour combien de temps encore?

pour le moment il est habité, et bientôt les hirondelles reviendront...

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 21:33

...

Deux vies si singulières,

sa vie à elle si libre, en seule, sans enfant,

la mienne, qui m'a donné naissance, dedans.

Je ressens ma trop courte semaine en libre bien plus,

déjà vendredi soir, demain,

et le week à venir,

et je me ressens ma lassitude ce soir...

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 21:18

...

Le vase s'est vidé ses tulipes, l'eau, vide il est, et il est beau aussi.

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 20:31

...

Quand un matin se réveille frais, il a très vite l'envie d'aller gratter les vitres, de ressentir cet hiver froid, comme cela fait du bien,

et puis la Toto, émerveillée, regarde la boule orange si belle tout devant à l'Est, et comme c'est joli,

et un café, des partages, cela fait du bien,

avant tous les obligés in little home, et comme un appel d'une amie,

c'est bon de tripler la cadence, pour la rejoindre une ballade vers Redon,

et des échanges encore, la vie apprend chaque jour...

-

comme celui d'hier...

un RV avec l'orthophoniste, un peu plus dur,

et la psychologue qui vient me chercher en salle d'attentes, le jeune homme autiste est tant envahi de mal être...on tente de dénouer des trucs,

et déjà/ de son ton ferme: *on parle de S, on ne parle plus des autres, c'est le passé!

et cela semble marcher, il se calme...

et déjà tant moi aussi, je cherchais tant à expliquer l'inexplicable ( quelqu'un est là, ou n'est plus là, c'est ainsi...peut importe ses raisons puisqu'il est libre dans sa vie à lui ).

et on repart manger

et on arrive pour la galette, un U de tables, 30 assiettes, on attendra des non venus, 20 à nous tous, à cette asso de dits parents étranges...

et encore une fois, quelles joies, de partir dès 15h30, une amie nous attend sur Missilac, et nous sommes à St Marc, la plage de M. Hulot,

et des partages sympas avec trois mères, infirmières, comme par hasard, ce me sera impossible d'avoir d'autres conversations, je déteste les politesses obligées, ne pas adhérer en mots dans cette asso, laisse tant libre pour agir réagir, avec les stRuctures, et les professionnels,

les parents m'ont déçue...

et ce sera merveilles, de rejoindre la campagne, l'amie, ses mots,

bien avant le Foyer vers 18h15, avec un suc encore amer, hier soir...

-

la brasse, les longueurs, aident à détendre le mental...

 

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 20:49

...

Il s'interroge ce soir, en toto,

*j'avais besoin de parler dimanche matin,

et je le félicite,

*j'ai pas envie qu'on me tue, qu'on m'abîme,

-

demain, le RV avec la psychologue est espéré,

j'avoue être un peu perdue, dans tout cela, encore une fois,

ce fut quarante minutes non stop, dimanche,

avec ses angoisses, ses peurs très fortes,

-

le prochain décès de ma mère?

notre approche en parent, peut être nulle, insatisfaisante pour le préparer au vieillissement, à un décès...

La peur de mourir, c'est féroce, non? et c'est tellement légitime!

Pourquoi on naît pour mourir?!

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 14:29

...

Des jaunes des fleurs de l'aubépine dans le petit jardin. C'est beau,

le soleil si présent, la chaleur dehors, cela décapsule et envole les froids de l'hiver.

La forme est revenue, les légèretés aussi, la piscine demain, des brasses, des délicatesses,

la Nature endormie semble se réveiller peu à peu, et c'est beau,

quelques tiges de narcisses,

leurs têtes bien capuchonnées encore.

Et le corps expire encore, lève les bras, touche le ciel, et discrètement se bulle en invisible.

Le mois de Janvier se termine tranquillement, et c'est inespéré,

renaissance.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.