Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 16:05

...

 Et c'est toujours la même histoire,

qui de quoi tient le corps, soutient l'esprit...

de l'épuisement...

une sinusite, des crampes musculaires...

C'est bon de consulter pour prendre soin de soi.

Les limites dépassées c'est bon de se soigner;

18 degrés au soleil cela aide pour une convalescence...

Le chocolat chaud sur la place, un café allongé, un court,

une barre de chocolat, des visages,

le bonheur de  vivre ici...

Cela fait du bien...

La prise en charge intégrale pour mon fils ce soir

Mon repos possible car nécessaire, comme c'est doux tout cela

Merci la vie de me confier *levivre plus léger à m'en vêtir d'aimer

Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 20:44

...

Je me suis préparée depuis trois ans et demi, voire quatre années, à ces jours derniers, ma mère,

alors t'en fais pas, cela va,

et je te remercie de m'avoir tant aidée à cheminer avec toi vers le point final de ta vie sur terre,

néanmoins, un peu démunis, mon frère et moi, puisque préparés dans nos têtes,

mais comme rien n'était prêt dans les essentiels de célébrations, de pleins de trucs...

cela a remué mes sens simples, hypersensibles, tellement Humains dans l'immense plaisir de respecter l'autre.

Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 20:27

...

La jacinthe rose dans le petit vase a deux fleurs

Ce petit lieu plein de vie sourit

L'arrivée vers 22H avant hier soir c'est loin

Vendredi de te revoir encore ma mère, allongée comme lundi

Ton visage si amaigri tes jolis yeux bleus fermés

Et à 9 h 30 jusque 10h30 des instants que j'ai vécus intensément

Mes filles tes petites filles leurs courages

Vendredi ses 0 degrés ton dernier voyage ma mère

Samedi sa neige en tapis sur le gazon

De le revoir deux fois ton petit lieu ma mère

Avec ma fille puis avec mon père

Ton petit fils apportera sa plante fin Avril il a vu la photo des fleurs

La tendresse si grande de la célébration les musiques jolies

Ta photo au dessus de ton cercueil en pin

Ces mots de moi pour toi lus par un tiers ma gorge nouée mon invisible

Tes cinq petits enfants leurs lumières en bougies autour de toi

Et puis le chaud autour d'une table entre les 12h les 13h

Un café pour trouver force pour l'adieu

Te voir une dernière fois m'habituer à ton décès avant que le bois se referme

Je t'ai tant vécu dans nos mots sur tes maux ma mère soulagée apaisée enfin

Une vie à l'envers à l'endroit sur le fil hors de tout des ondulations telles de tête

Des forces à retrouver entre 14h30 et 17h en sandwichs au chaud

Les plus jeunes sortent s'aérer un peu c'est si pesant tout cela

Dans le train mon retour seule habitée tellement de vie vivante

C'est merveilleux une vie c'est comme çà à rechercher les beautés

La vie pas éternel pour chacun son compté

-

Aujourd'hui une connaissance un café sur la place des partages intenses

Une pause à little home et la Toto vers le pont de St Brévin, une connaissance

L'ami de Toulouse en ligne, des soutiens

Une immense fatigue ce soir comme hier après midi

Le présent est bon

Lejeune homme autiste génial en aller retour son Rv avec la psychomotricienne

C'est inespéré

-

Merci la vie que je t'aime plus encore...

-

Et que vive que la vie en vie de levivre sans se poser de questions comme çà...

Les géraniums sont gelés et d'autres les remplaceront

Il faisait quatorze degrés ce jour et je me suis réchauffée de vie

Tes Vosges ma mère m'habitent et me chauffent mon coeur d'enfant sauvage à vie

-

Merci

 

 

Repost 0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 21:06

...

Le dernier adieu à ma mère ce 10 Fevrier

C'est tellement irreel

Pourtant tant la réalité

Levivre vers le mourir

Ma mère son visage

Que mon amour pour elle

Soulagée pour ses maux

Elle a tellement souffert

Que mes jours s'en souviennent

Et bénissant la Paix de son âme

A présent

Toutes délicatesses dans le respect ses choix

Un petit lieu de gazon auprès d' une haie d'arbustes

Pour ses cendres reposées

Un jour tant au delà 

Que mes jours s'en souviennent

Le travail de Mémoire creuse le ciel ses ondes

Lit des écrits des mots

Demain un partage fort

Une fille d'amie

Nos mères voisines collègues amies

On se rappellera leurs vivants en beautés

Que les jours s'en souviennent

Ô toi pour toi ma mère

Tes parents ton destin

Mon chemin avec toi

Qui me donna le vivre

 

Et que vive levivre

En vie dans les beautés

En bontes en amour

En partages si riches

De  belle Humanité

 

 

 

 

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 20:48

...

Séparées depuis presque,

et j'allais écrire Mi Février,

et je réfléchis, pour être plus juste,

et...mes doigts restent bouche fermée,

on est arrivés un  4 Février 2008,

neuf ans, après, jour pour jour ma mère est décédée.

-

9 ans séparées, elle a souffert très fort de la séparation,

elle s'étonnait encore fort souvent,

plus encore quand la dalle pour le centre d'accueil pour autistes,

vient de cimenter sa dalle sur Wattrelos, leur ville, à mes parents,

ce projet de construction, on avait un peu réfléchi dessus, nous parents,

en Janvier 2001...

-

Séparées, notre lien était devenu un lien si fort au téléphone,

c'est si fort une voix tout contre l'oreille par ses respirations,

et j'entends en moi, ses souffles de vendredi, son Merci à ma fille,

ses Youais, ses Mal,

et tous ses mots indescriptibles puisque ses forces l'abandonnaient.

-

j'ai ce moment de 1h33, en moi, à vie,

sa voix, pour le moment, m'arrive encore avec sa vraie voix d'il y a 6 jours:

*c'est Annick?! c'est dur!!!!

-

Tu es soulagée, je suis presque heureuse ce soir encore.

J'étais écroulée si épuisée de t'accompagner dans tes souffrances,

quatre semaines d'hôpital pour sortir avant Noël.

-

Je t'aime.

-

Et que vive ces petits mots pour le monde entier.

L'amour comme unique sens de vie, se contenter d'aimer, sans galon, sans profit, dans le simple doux plaisir de se sentir vivant de roucouler de vie de bourgeonner d'amour de fleurir des boutons de toutes les couleurs,

comme cet arc en ciel, ma mère je t'ai offert,

de mon bout de fil vivant, mon oreille s'en souvient, de ma main si puissante à scotcher le récepteur si fort si fort si fort.

Je remercie la batterie d'avoir été fidèle pour distribuer de l'amour,

et comme c'est heureux les téléphones portables pour ceux privés des êtres si chers au fond de leurs coeurs.

 

Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 22:43

...

Impossible d' écrire...

Perdre sa maman, c'est tellement lourd dur puissant si douloureux que se raccrocher au fait qu'elle ne souffre plus, sauve du pire.

Et dans cette cruauté indescriptible, on s'étonne de trouver quelques grâces,

la jacinthe rosit dans le petit vase, les orchidées d'ici quand les siennes sur leur table de séjour, ce fut si fort de les revoir, que les larmes s'échappent;

Savoir qu'on ne verra plus un être aimé, c'est atroce, même si on s'y attendait à son dernier jour prévisible qui finalement tombe comme un couperet.

Mais impossible de rejeter levivre qui est si bon, si précieux, si délicat, si tendre,

comme c'est respirant de renifler la vie, dans ses éclats jolis,

bien plus encore dans ces jours si douloureux, ces six jours entre un décès, et les obsèques, après tous ces mois d'avant, de voir son visage avec de telles souffrances,

que je t'aime ma mère.

 

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 23:46

...

Comme c'est aimant un simple verre avec de l'eau et des pâquerettes dedans...

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 23:17

...

Je suis contente et surtout rassurée par les mots du psychiatre,

alors cela va l'aider à aller mieux encore,

quand un parent a peur, que tout recommence comme il y a cinq ans...

cela est destructeur...

La peur m'a quittée...

Je suis confiante...

L'écran renifle devrait se moucher, des larmes, cela fait du bien...

Une respiration, le corps se lance, les mains vers le ciel,

pour un monde sans douleurs.

Les plantes ne sont pas bavardes ce soir, elles se reposent avant la tempête prévue dans quatre heures...

Les volets sont fermés,

demain on vivra le mieux possible pour les meilleurs, à nous trois,

dans ce voyage de la vie,

un destin.

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 22:49

...

Je me disais que ma mère approuverait mon choix de rester auprès de mon fils autiste, à l'équilibre plus fragile depuis le début de l'année,

tant de précipitations de faits autour de lui,

et puis, après l'avoir reconduit à l'ESAT après son RV avec la psychiatre superbe, je me suis assise près de trois heures, pour ensuite carburer pour une course,

et l'idée m'est venue de n'écouter personne,

ils me disent que depuis ce matin, elle a perdu conscience, elle est inerte, respire tout doucement, ma mère,

et j'appelle mon père, quelques news, et vite je lui demande de mettre l'appareil à l'oreille de ma mère...

je téléphone du fixe, pensant être plus audible...

LE SILENCE...

puis le portable de ma fille, qui dit me la passer, mes deux filles sont arrivées chez eux...au plus près...

ET DE SUITE, je suis en communion avec sa vie, je l'entends respirer, et ma fille s'étonne...mais je ne peux plus parler... quelques minutes et je peux parler: C'est Annick! et le reste qui suit est intime, et voilà qu'elle me dit *ouais...je lui demande si elle a mal...elle me dit mal,

et si elle a soif...

et déjà 15H45 et je dois partir, j'ai la valise à remettre afin qu'il la vide dans son studio, et nettoie...

Je me pose, je rappellle, en les attendant,

et encore une fois, des mots que je ne comprends pas, si déformés, et puis je suis saisie quand elle dit si clairement MERCI à ma fille qui lui donne à boire,

mais comme je suis heureuse d'être en communion, d'être dans cette plénitude même avec la distance, les instants sont si précieux, si remplis de bisous, de on t'aime,

de ...il va te dire bonjour, et il arrive, et il se nomme et il dit bonjour s'étonne de ne rien entendre, mais je dis que mamy l'entend...cet instant immense!

et puis ils partent, je rentre, je reste habillée, je n'ai pas cessé la communication, puis j'entends une de mes filles qui explique à mon père que je suis en ligne avec ma mère, il se passe dix minutes, puis je les entends, et cette fois, il monte en ton, il prend le téléphone, *c'est inadmissible, cela la fatigue,

je dis qu'elle est vivante au bout du fil, qu'elle me comprend,

d'un ton sec, il me donne 5, 10 mn,

et comme je dois les rejoindre pour partir vers la piscine, 5 mn suffiront,

d'autant que quand je redis à ma mère, tu veux te reposer, elle me dit *ouais,

quand les autres fois, elle me disait non..

IL ME RESTE CE SOIR SON...

reste!

alors je suis heureuse de l'avoir encore aimée de plus près...

-

la morphine permet des moments de lucidité,

ce fut près d'une heure vingt que je l'ai eue au téléphone...

-

et sans témoin, je pourrait passer pour une folle,

mes filles, toutes les deux, ont entendu, ont vu leur mamy avec son visage différent quand nous étions en communication...

-

elles me passeront ma mère quand mon père sera occupé ailleurs...

-

mais je ne souhaite pas que ces souffrances continuent,

que sa délivrance soit la plus rapide possible!

mais si elle respire encore demain, je lui parlerai encore,

je lui ai offert un superbe arc en ciel quand j'étais juste garée, et puis un bout de ciel bleu, et beaucoup de vent, qu'elle était à sa maison selon son souhait, avec ses plantes à son petit fils qu'elle arrosait avec le plus grand soin,

j'espère l'avoir bien fatiguée, fort aimée, pour qu'elle dorme bien toute la nuit et peut être ne se réveille pas...ne se réveille plus...

et je lui ai dit qu'on était tous là, qu'elle n'était pas seule, et quand à chaque fois que je lui demandais si elle avait mal, elle me disait MAL,

ce fut effroyable d'impuissance, mais heureuse d'avoir délivré ses mots pour exprimer...

-

un décès ce n'est que cruel,

j'avais rêvé à un patch qui enlève douleurs, souffrances,

j'avais à une fleur qui hypnotise et enlève toute douleur quand on la fixe

Mais mince, pourquoi cela n'existe pas?

 

 

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 13:47

...

Le respect de la vie, de toute vie,

c'est ce qu'il y a de plus précieux message à transmettre.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.