Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 23:09

...

c'est difficile quand un cdd de six mois tombe au milieu de leur séjour

c'est difficile quand j'imagine leur départ, elle vers Lille, lui vers Lyon,

c'est difficile quand ma chère petite fille quitte sa nounou chérie

c'est difficile quand aucun contrat dans six mois

c'est difficile quand la vue voit et ne peut que voir sans choix à faire

c'est difficile quand soutenir en étant juste là

c'est difficile quand en 2015 une vie sa zen est impossible sur Evry actuel

c'est difficile quand un petit village dans le coeur

c'est difficile quand le vol des hirondelles, le troupeau de vache, les paniers d'haricots verts

c'est difficile quand le lait chaud, la confiture sa succulente, le plat sur le fourneau

c'est difficile, quand mais où va donc le monde?...

c'est difficile quand ma petite fille je l'aime tant...

-

c'est difficile quand l'estomac se soulève un peu, les nerfs tiennent cette fois

c'est si difficile de décisions impossibles pour eux, dis le ciel, éclaire le monde et eux...

c'est tant difficile d'impuissances en seule, alors faut allumer ses espoirs de lumières...

-

c'est heureux quand on sait ses enfants joyeux, même si loin de loin

c'est heureux quand et encore quand et plus encore, mais c'est rêver peut être...

c'est heureux quand les lueurs d'espoirs à s'en gorger sans cesse...

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 13:18

...

Mais je ne rêve pas, un panache, mais le même, non c'est deux,

leurs roux tournent le tronc, en se poursuivant,

les deux écureuils de mon début d'après midi.

Les voilà qui remontent,

ils sont au moins deux dans ce bois,

et comme c'est bon de le vivre,

ce noir d'ombre qui roussit au soleil...

ils ont choisi ce tronc tout devant et je les vis,

et ils regrimpent descendent,

quels vifs, quelle dextérité,

les branches nues rideaux ouverts dévoilent...

c'est incroyable leur jeu d'adresse...

je quitte le fauteuil pour les poursuivre,

par la fenêtre, avant de sortir par la porte...

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 09:49

...

Le coup de mou, derrière,

un tel vide, après des pleins si beaux,

et ce jour ses offrandes offre bien des lumières,

youps, le pas il s'envole,

pour accueillir des tant, des pleins,

des beaux, des bons,

*levivre c'est son vivant...

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 09:35

...

Quels voyages en plein ciel, ces dernières années,

quelle balade ce matin, bien avant de sortir,

l'âme son sac à dos, aime voyager ses tendres,

et son petit baluchon, des forces des années,

lui murmure des doux sons, qui dorlote précieux,

*comme c'est bel bon d'aimer, à mesure, démesure,

pour trouver la mesure,

son chemin éclairé...

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 09:27

...

Le jour se laisse cueillir dans ses essences,

c'est bon ce calme, la liberté, toute cette paix,

c'est bon de se ressentir à sa belle place,

en grand parent,

sans déborder de son espace d'amour,

-

ne pas être le parent, mais être le grand parent,

c'est un apprentissage,

comme une gestation,

huit mois, et ce bien bel précieux,

se sent bien à sa place...

-

il en a fallu du temps,

comme pour tout évènement,

qui séisme la petite âme en potager d'amour,

nourrir chaque petite graine,

de pas trop, pas trop peu,

parfois, de temps en temps,

-

il y a un temps pour tout,

pour le temps de l'amour...

-

et cueillir en dehors ce matin si géant,

cela fait bien de bien,

le bois est souriant, les ailes leurs légères,

un chemin de grand parent,

c'est être là, quand on sonne à sa porte,

quand l'enfant en demandes,

sans les pressions bien trop,

c'est bien plus partager que donner des conseils,

c'est bon quand les générations échangent,

adaptent, s'adaptent,

-

chaque enfant singulier pour le bien de l'enfant,

chaque parent lui même,

chaque grand parent sa vie,

-

et ce petit potage,

comme il me plaît de *levivre,

à distance,

fleur de peau,

comme *levivre ses offrandes,

propose ses leçons de vie,

dans des paquets cadeaux,

aux rubans leurs merveilles.

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 23:55

...

quand *levivre si fort plein

c'est bon de se méfier

du vide sa seule de trop

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 15:56

...

*levivre c'est être persécuté par la justice,

*levivre c'est être doux

*levivre c'est les cœurs purs

*levivre c'est artisans de paix

°levivre c'est ceux qui pleurent

*levivre c'est avoir faim et soif de justice

c'est à peu près, ces mots là...

bon de laisser quelque temps mon petit monde, leurs petits mondes,

de gravir le parvis de la basilique de Nantes, hier, vers midi, après la gare,

de me laisser envelopper par la quiétude, le bien être, le silence, la musique, le lieu haut,

de me laisser flotter apesanteur tout ce chemin derrière,

de lire, six affiches, dans l'allée centrale,

HEUREUX, était écrit à la place de de *levivre,

mais on vit pour être heureux, non?!

mais on peut cueillir le bonheur dans la vie, non?!

alors heureux et levivre, c'est du pareil au même à accueillir son jour, son moment, son instant, pour se faire du bien, faire le bien, se ressentir léger, même dans des durs lourds quand les fatigues telles essentielles et puissantes, viennent de cette force, qu'on appelle... AMOUR...

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 15:54

...

Chaque jour sa foultitude de timbres pour envoyer ses purs, ses balades dans son âme, dans ses voyages bels qui remuent états d'âmes,

on ne le fait pas exprès de *levivre à fleur de peau,

et la paix fait du bien et silence fleure bon.

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 23:09

...

Un jour on aime tant

Qu'on en oublie le temps

Tout contre soi serré

Son éternel précieux

Sa porte belle ouverte

Levivre s'y invite

Sans cet être c'est trop vide

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:30

...

Les roses jaunes sèches sur le confiturier, sentent bon sa présence chaude en main, d'il y a deux mois et demi, la revoilà dans quelques heures, la petite Imani,

little home s'est faite sa coquette, a installé ce qu'il lui faut pour se sentir bien, la petite chérie, la gazinière glougloutera des petits plats, comme c'est bon où çà passe à l'avance,

cette table sur laquelle repose l'ordi, mes mains mes plumes, *levivre ma vie, j'aime aussi quand il ressent fort en palais d'être des mets vivants, en lèvres à embrasser la vie, encore et encore,

en amours ses toujours,

mon éternel tout contre moi, ma haute passion de vie, mon amour si grand en dedans, me couve chaud, me serre de vie et comme c'est bon, et comme c'est tendre, d'années dedans,

la toto m'attend tout devant, le calme ici m'étonne bien fort, ce lieu paisible rempli que de vie, me donne à être envies de vie, plus encore plus, tendresses, souffles si doux,

ce port d'attache dans ce petit bourg, je l'aime fort,

de grands amours!

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.