Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 10:36

...

Il y a ces semaines de vie qui précipitent bien trop,

et youpsdegloupsdeschrumpf,

ses quatre rendez vous au jeune homme autiste de trente ans,

à l'aller retour l'accompagner,

puis ses appels tard le soir et tôt le matin, mercredi soir et jeudi matin,

et quand encore un appel le samedi matin lors de son week foyer,

quand il souhaite sortir aussi la matin, leurs sorties accompagnées seulement l'après midi,

on speed, on est encore là, présents, nous parents, pour applaudir à ses souhaits de sortir de vivre d'aller vers des plaisirs,

mais cela remue des états d'âme aussi,

et puis encore le dimanche matin à lui consacrer, son rendez prévu sur la place,

-

oufffffffffffffffffffffffffffffffff que c'est bon que tout ce temps donné si essentiel pour le voir grandir encore, roucouler tendre de le savoir en capacités d'exprimer, d'oser dire...

-

néanmoins, c'est lourd dans des coins de quelques parts, que j'entends aussi,

-

ce matin un réveil un peu, assez chargé de mini cauchemars de formation en autisme suivis d'un repas dans la rue de naissance de ma mère,

y'a pas, le cerveau en fait à sa guise, et trie, pendant le sommeil, mélange présent passé, pour tenter donner des clés pour penser au futur, l'envisager, dans le présent à *levivre.

-

et comme fille et petite fille arrivent dans trois jours, c'est bon de goûter à la liberté, la libération comptée, jusque 16h30, à aller le chercher et le conduire chez la psychomotricienne,

puis lâcher prise jusque demain 19h30, la soirée avec le jeune homme autiste,

et comme sa prise en charge un mercredi matin sur deux,

le mercredi son aéré, libéré, tranquille, fera du bien,

-

et dans ces cas de récupérations importantes, essentielles, vitales, pour prendre soin de soi,

c'est dans ces moments là, que nul grain pour enrailler la machine n'est souhaitable;

-

Et puis cela reste bon de visualiser ses limites, même si on sait à peu près ce qu'on souhaite:

tenter et oser pour qu'il gagne encore et toujours en autonomie, le jeune homme autiste,

et le rêve de le savoir sortir seul, aller prendre sa boisson seul ou avec un résident,

c'est peut être un rêve qu'on tente encore

c'est peut être un réel tout de vrai vécu pour très bientôt

-

on ne peut jamais savoir avant de l'oser, la vie!

Repost 0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 13:20

...

La psychiatre est fort contente ce matin, elle parle de belle évolution,

un jonglage de tête dont il était incapable il y a deux ans,

est devenu possible,

nous sommes évidemment fort contents, que la vie offre ce beau présent,

-

alors peur que tout recommence,

lâche moi une bonne fois pour toute...

-

Le présent est rempli des belles matières de ce jeune homme autiste,

qui progresse encore et encore,

pour sa vie tout devant.

-

c'est bon, c'est sans nom, juste peut être...

car au nom de l'amour.

-

youps de le conduire à son aquagym ce soir, puis ce week à *levivre en lâcher prise...

-

Merci la vie!

La tête apaisée prend le bel temps de dire à ceux qu'elle aime, des je vous aime...

et comme c'est bon de vie, quand prendre le temps de vivre apaisé, dans le calme,

c'est une si belle offrande de vie.

Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 16:03

...

La fatigue est un ingrédient qui donnerait le bourdon au plus grand optimiste.

Le repos en calmes a reposé, l'après midi récupère des marmelades de cerveau ses matières, le soleil est, la Toto va se sortir bientôt, elle est déjà sorti pas mal depuis ce matin, le bourg serre et réconforte, le café crème au chêne vert,

le repas à little home, le bois, le silence, les oiseaux,

un pain céréales, le pharmacien son shampoing, deux cadeaux chez Isabelle,

les baillements sortent enfin après des récupérations, il a fallu encore envoyer des mails au Foyer, à l'Esat, pour être en phase,

c'est tellement bon de visualiser la prise d'intiatives du jeune homme autiste, de savourer sa libération en fermetures de lui par sa confiance en lui qui l'aide beaucoup,

c'est un petit tourbillon magique en ce moment, il est chouette de lui,

alors laisse moi tranquille le top, les lunettes cassées, pourquoi j'ai imaginé encore une fois un trouble de comportement,

c'est comme si tout recommençait comme il y a cinq ans,

il en faut du temps pour oublier...

car oublier n'est pas possible, quand les chocs de vie furent si lourds, même si le quotidien n'est plus envahi de mal être, une piqûre de rappel comme çà, et le petit coeur s'emballe...

 

Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 15:58

...

http://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Deuil/Quelques-conseils-pour-se-relever-d-un-deuil

 

Il y a ces moments de vie plus lourds, le petit coeur secoué un peu trop fort, des peurs, des chocs,

il y a ces moments où surgissent d'autres chocs, peurs, enterrés.

Il y a cette dure cruelle réalité quand rupture séparation deuil, sur la route du destin.

il y a et il y a aura la vie sa belle encore, quand on l'aime la vie, pour ses côtés si beaux.

il y a le risque de vivre pour découvrir encore ce que la vie offre.

Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 13:16

...

Y'a pas...

Mon petit coeur palpite encore si fort,

le jeune homme autiste a appelé à 21h45 hier soir, pour fixer l'heure du café à prendre en extérieur pendant son week foyer,

puis il a rappelé ce matin à 7h20, réveillée par la sonnerie du portable, pour changer le jour du café à siroter, il préfère finalement dimanche à samedi matin,

yaouh, le petit coeur apeuré d'abord par ses appels exceptionnels, car les premiers, tout de go de lui seul, à se projeter sans accompagnant,

le coeur se remet encore en hypersensible, dans ce parcours au long cours,

-

la priorité de voir mon fils le plus autonome possible, est tellement une cause en amour qui a rendu possible tout ce parcours derrière,

à *levivre, d'abord en osant, tentant, fouinant des pistes, se formant, s'entourant de bons professionnels,

et ensuite à levivre aves des émotions précieuse belles vives si fortes, quand des progrès inespérés, arrivent.

 

Merci à la vie de lui donner à *le vivre, merci merci!

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 16:39

...

comme cela doit être dur d'écrire un livre,

et moi et mes certitudes fausses, et mon égocentrisme, et ma fainéantise, et cette envie folle en un temps, dans ce vécu en autisme à tenir son volant, éviter les noyades, les glissades sur sol escapé,

pour le moment, la psy, l'assistante sociale, nous refixent une réunion, pour apporter encore des réflexions sur Le Baluchonnage,

avec nous, les six parents motivés de voir des champs de bien être, de plaisirs, de détentes, de partages superbes, pour les personnes en situations de handicap, pendant que les familles peuvent reprendre des souffles essentiels,

et une visite se programme début Mai pourvisualiser comment étoffer Halte au Répît, une structure de relais répît, déjà existante sur Pornichet, un joli lieu à découvrir dans ses Humanités que j'aime, certains parents connaissent et apprécient ce projet abouti,

-

par dessus tout,

-

*levivre  *lecoeur c'est du pareil au m'aime? non?

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 16:31

...

et je te remercie encore, ma fille, de m'avoir guidée vers cette robe à choisir, j'avais si peu, autant dire pas du tout le goût de m'habiller, c'est qu'à *levivre son temps, hors du temps qui court, si souvent, presque toujours, on en oublie presque les civilités, ou plutôt elles nous frissonnent et nous paralysent...

je me ris de nos tourbillons dans Nantes lundi matin, et sur la côte dès vendredi, c'est que mon petit coeur se préserve prend soin de lui, il en a tant couru en amont, qu'à présent il se couconne...

à la fin du mois, ma jolie, dont la cadence m'essouffle,

-

ma petite fille, Imani, la cadence de tes pas, me fera du bien, la semaine prochaine, et ton innocence, et tes rires et tes apprentissages, et tes découvertes à ta hauteur,

un bain de jouvence, la vie, levivre que j'aime, tranquille, sans speed, sans stress, juste à l'écoute des tendres souffles entre deux êtres,

l'amour.

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 16:07

...

Les délices des clapotis entre Port Blanc et l'île aux moines, les ruelles, la terrasse ombragée, il fait fort chaud, une crique, trois personnes, le bonheur, la tristesse, cela dépend le sens du vent,

puis Vannes la jolie, ses lumières vives, l'architecture, la cloche de la cathédrale, un dimanche en palpitations du coeur, parfois dans des sens contraires,

et bien avant le départ du train, Nantes la belle, sa place Graslin, deux petits cafés, une tranche de cake, une de brioche, caramel, confiture, compote, du beurre salé, nos verres d'eau, cette salle si belle de mosaïques, la tête tourne, robe de bal, musique douce, tendre tourbillon,

bien avant de trouver la robe, déjà rangée, pour le mariage, c'est qu'à *levivre son temps dans des bourgs, on se ressent un peu pris à la gorge de enser s'habiller un peu, juste un peu, pour une cérémonie pour un neveu,

le goût pour le corail, en période de deuil, le marine trop figé, faisait tomber les yeux, et puis la voici ample, pour se tourbillonner, l'envie n'est pas à la fête, pour cette fin de mois, et pourtant accompagner les deux jeunes amours, quoi de plus naturel, quoi de plus chaud son froid, quoi de plus mystérieux pour les années ensuite, qu'un jour de mariage...d'avoir connu ce jour...

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 13:35

...

Le lilas est mauve fermé, il sera joli sur la table, ouvert, l'autre soeur vient en famille pour Pâques, et c'est gentil,

et c'est précieux,

la semaine à venir, essentielle de jolies récupérations de souffles, de libertés, de préparatifs beaux et gais pour Pâques;

Les tulipes jaunes près des pommes, poires et mangue, resplendissent, les orchidées leurs délicatesses, les feuilles du bois poussent, du nid juste devant des cris d'oiseaux, les parents? les jeunes? C'est bien trop haut pour y voir clair.

Le ciel et le bois communient d'hosties de Printemps...

Repost 0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 13:29

...

c'est que çà déménage la vitalité d'une fille de trente ans qui débarque,

et nous de faire trente deux kilomètres un week,

la Toto en joies de montrer des beautés et des jolis, à se saouler jamais assez,

et puis aussi crackboumhudehugh de partager, de se trouver avec la jeune adulte remplie de certitudes, d'orgueil de vie à venir, de projets démesurés,

c'est youpsdegloups à suivre le rythme,

-

fait bon d'être cet après midi, en lâcher prise, libérée en bien être, surtout que,

-

le jeune homme, lui, une vis détachée de sa monture avait jugé bon d'enlever l'autre verre, de mettre les deux dans la cuvette des toilettes, revenu avec sa monture, après avoir téléphoné trois fois dès sa sortie de l'Esat,

alors les RV avec l'orthophoniste 9h, avec la neuropsychologue 10h30, bien placés, tour à tour sur la place du bourg au chêne vert où il me rejoint, puis en salle d'attentes sur St Herblain,

puisqu' après nous, la psychologue redit qu'une vis partie, direction la salle des éducateurs pour donner monture et verres, l'opticien seul répare!

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.