Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 21:26

...

Un certain lâcher prise sage,

m'apprend beaucoup ces derniers jours,

c'est comme si regarder le ciel,

soupoudre d'étoiles jolies,

qui éclaire le regard,

le brille de mille yeux,

et l'oeil ouvert ces jours derniers,

commence à percevoir,

une autre vue d'aimer,

en lâcher prise...

Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 07:41

...

Quelle rentrée ses soubresauts,

j'avais bien ressenti ne pas me sentir capable d'affronter le rentrée, même si elle me semblait programmée possible, dès fin Juillet, il faut des prévisibles dans un vécu en autisme,

et le crack de mi Septembre, cette société de services interrompant brutalement les services de la dame des mardi et vendredi, selon sa demande au final d'avoir cherché la vérité...

elle était revenue avec une tête hyper épuisée de ses vacances, son intimité lui revient, c'est dommage que certains ont la lâcheté de penser s'enfuir sans parler,

le compromis trouvé, puisqu'elle vient encore trois heures et demi au lieu de sept heures, cela convient à mon fils, à moi,

ce soir, une première rencontre avec une personne qui travaille avec des autistes, qui s'est portée bénévole lors de l'opération brioches, ce soir, il la verra le temps d'une collation à nous trois, pour faire connaissance, j'ai vue déjà une fois,

pas d'autres choix que d'ouvrir mon éventail de possibilités de soutiens, de relais,

car au bout du bout, on peut, chacun, se sentir devenu fatigué, las, d'accompagner...

-

c'est peut être que la mère peut avoir des chouyas et des chouyas possibilités en plus, peut être?!

mais loin de moi, l'idée de tout mener, seule,

il a la capacité de comprendre mieux l'environnement, de pouvoir se poser de bonnes questions, de rapporter des dialogues entre lui et quelqu'un d'autre,

c'est rassurant,

il peut plus voler sans moi,

sans me détacher affectivement, défusionner en temps accordé, est devenu vital, pour moi...

-

deux mois bien trop lourds pour moi, de partout, de fardeaux de bien trop d'aimés à accompagner,

ce nouveau souffle grand qui m'arrive,

il était temps,

J'AIME TANT PROFITER DE LA VIE,

-

EN VIVANTE!

 

Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 07:31

...

C'est bon de se coucher, la vie dedans, des projets de vie,

c'est bon de se lever, la vie dedans,

d'ouvrir le volet, la fenêtre, de respirer ses souffles doux,

de se projeter déjà vers dehors,

une petite descente, des sourires en voyant la petite boîte plastique, son élastique avec deux perles de couleurs,

et déjà l'envie de sa douche, de se dorloter, de se vêtir pour marcher dans le centre, sans feux rouges, sans voitures, juste quelques unes, de rencontrer des têtes connues, d'aller dire bonjour à Isabelle,

-

d'avoir déjà belle distance avec le week end qui fut une jolie merveilleuse rencontre de famille, sans étouffements, que de la vie en bonheurs, que des respects de vie,

et comme ce fut à voir à entendre, cette rencontre entre mon fils autiste de trente ans, et ma petite fille de 20 mois,

je visualise comme c'est tellement simpel avec elle, et plus sac de noeuds à trouver les bons bouts légers souples avec lui,

c'est ainsi, ma vie,

je l'aime ainsi puisque je préfère l'aimer pour m'aérer dedans, voltiger et voler des moments les plus vivants, les plus poétiques, les plus romantiques, j'aime tant ce c^té de vie là aussi,

-

devant le petit bois de toutes les couleurs de l'Automne, comme c'est beau,

-

et quand mon beau fils me confie, que la vie sur Paris bien trop chère, une qualité de vie uniquement pour ceux qui ont des revenus immenses,

j'aime quand il opte pour un changement de vie encore, une recherche de travail, vers une vie avec d'abord,

-

LA VIE DEDANS, une qualité de vie,

-

car une vie morten'a pas de sens, non??!

 

 

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:29

...

je descends chercher une bouteille, au garage tout en bas,

et sur l'escalier de bois, un petit élastique pours es cheveux à elle,

et je l'aime,

et sa présence est encore tant là,

-

et comme c'est bon de ranger celui ci dans une petite boîte oubliée par sa maman,

avec un petit beurre que j'ai mangé en pensant fort à elle,

-

comme ce petit boudoir des lois et mois, resté au fond de ma poche,

-

je vous aime mes aimés.

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:28

...

quand on est allé au bout du bout,

*c'est maintenant qu'il faut reprendre la vie,

mon amour!

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:19

...

Je suis d'accord, et je réponds,

*il faut reprendre la vie,

-

j'arrive ma petite chérie,

le souci de tes parents,

c'est de voir si peu clair, *et c'est pas une critique,

juste une tristesse profonde,

alors les éjecter,

leur donner libertés,

-

et moi et toi nous vivre des moments que de vie, *sans stress, sans contraintes,

juste dans nos rires nos partages nos jeux,

-

je viendrai chaque mois,

hugh, c'est promis!

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:13

...

Délivrances, après demain, vers Angers, pour en savoir encore,

-

et puis les aimés à retrouver,

-

je suis déverrouillée, de ne pas faire à ma guise, enfermée verrouillée,

-

mes écrits interdits,

-

cette fois je me vis,

que pour toutes mes envies, et comme je les trouve belles,

c'est une liberté saine...

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:09

...

ce soir après l'avoir déposé au foyer, encore des soucis d'eau pas très chaude comme il y a deux ans, encore de l'énergie à dépenser avec la chef de service cet après midi, parfois, les épaules en ont raz leurs épaules,

avec mon petit navire température, je vérifie, 37, 5°,

c'est les étages du dessous qui sont les plus touchés,

alors c'est bien une lutte pour trente deux résidents, nécessaire,

-

après ce tant de tout dès 17h vers la psychomotricienne,

-

un arrêt dans ce bourg, un face à face que j'exige, je mène, je dis, je livre,

-

j'aspire le point final de cette rupture...

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 14:41

...

J'aime si fort croquiner la vie, avec les petites dents délices de ma petite fille,

j'aime ses froufrous ses rires, ses yeux à découvrir,

sa petite main si petite, sa petite taille qui me donne si simple de me baisser me mettre par terre m'allonger me poser à son niveau,

et comme le petit d'être, c'est délicat c'est bon c'est beau de ses innocences,

un éclair en plein coeur, un arc en ciel vivant, des sucreries si belles,

du miel gorgé d'un monde comme il est bon de vivre.

Et aller te chercher après ta sieste ta nuit, ta grenouillère si chaude, ta tétine tes petits yeux qui délicatement se sortent des paupières,

c'est bien au delà de vivre,

une péninsule d'amour que de se donner d'amour, de vrai son authentique,

sans se poser de questions,

faire confiance au coeur, quand il vibre si bon,

-

la vie c'est se vibrer son coeur le plus possible, de mélodies leurs douces, de musiques plus vives, de pas de danses légères, de pas plus lourd pesants,

-

et quand le dilingdiling si apaisant, vivant, yaouh c'est force vive,

-

fatiguée vendredi midi, si fort si lourd,

fatiguée avec des cernes ce matin, si légères si belles, que déjà elles ont disparu.

Il y a ces fatigues que mon coeur aime si fort, qu'il gambade comme un fou, car il sait tout de vrai que se fatiguer d'aimer c'est se faire du bien.

 

Repost 0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 14:25

...

Quatre petites roses, en vase, des rescapées de la chaleur des bougies qui entouraient le verre,

une jaune, une blanche, cet autre sombre prune, et cette orange, belles,

elles sont froufrous de danse, et mes doigts en clavier se jouent une partition,

un bel jour en offrandes, des bels présents de vie,

à lire à écrire à manger une omelette qui regarde la vie, le lac à longer des arbres en tutus,

c'est une belle époque que cet Automne en feuilles,

que de feuilles dans les arbres,

il fait encore si doux,

les géraniums éternuent de leurs rouges, les bégonias respirent soufflent en couleurs si jolies,

le tapis de feuilles sur le gazon offre un bien bel manteau pour attendre l'hiver,

du calme ce jour ci, ses gloussements vivants à ma petite chérie,

mais comme t'es belle vraiment, la vie quand on se cherche à te vivre tes beautés, tes bontés, tes tendresses,

bien sûr que le laid est là, mais d'un revers de geste, c'est bon de le faire fuir, comme on shoote dans des feuilles, et qu'on les regarde se propulser, quitter un tas trop gros, et perdre de la vigueur,

Toto déterminée, tu me fais sourire de vies, et j'aime tes essuie glaces, et j'aime ton champignon, quand il m'emmène vivante, sage, et toute folle aussi,

il y a des essentiels qu'il est bon de serrer, pour ressentir cette force,

comme c'est bon d'aimer,

même si des traversées apeurent, vertigent, tuent,

ensuite revenu à soi, ses émotions si douces, comme c'est bon *levivre, comme cela garDENT vivant dans l'instant de *levivre et ceux qui suivent ensuite...

 

Ps/ et de me lire et et de sourire,

pourquoi ce DENT si grand,

peut être parce que le vivre, c'est bon à pleines dents...

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.