Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:38

...

Sa Toto sur le dos, elle reprend sa route, son sac à dos plus léger, de la savoir son là, elle, cette adorable, qui la vagabonde pensées, sur ses roues ciselées des diamants les plus chers,

la liberté son être, au bout de soi, son soi, dans ses extrémités, la vie exige tant de s'être,

qu'elle n'en revient pas, la petite Toto, d'être de sa vivante, en regardant derrière,

alors devant suffit, c'est déjà bien assez, et Aujourd'hui se vit, c'est d'un tellement magique, d'un tu là, c'est merveille, près de ses ballons ronds qui montent vers le ciel.

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:16

...

Le monde appartient aux clinquants,

pourtant ici que des pures émotions,

alors celui qui me lit, je le remercie.

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:12

...

La petite plume son minois, s'essuie sa délicate ses plus grosses déceptions de vie, à mesure que le temps s'avance, c'est surprenant, une vie, c'est tellement son mensonge souvent, son petit buvard de noir ses encres, n'en revient pas devant l'inhumanité de la vie,

mais elle grandit et a compris que le monde ne se refait pas, ses petits ses cils peuvent juste se mouiller devant bien trop, éternuent d'émotions telles, mais aussi se frissonner de belles aises, quand la vie se vit dans son ciel, à fleur de peau, Tellement,

c'est bon de s'évader son être, de le quitter ce sol de terre, qui prend bien plus qu'il n'apporte,

et quand un Humain devant soi, c'est bon, c'est grand, c'est fort de fort sa vie, ses petits bouts de ses yeux, d'un bleu son plus vivant.

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:31

...

Le petit être voit bien le repassage, des trucs à faire,

mais il choisit le meilleur pour lui de s'évader un bord de mer,

car un tel besoin de *levivre, de se ressourcer, de s'épuiser de beautés,

de se cramponner sa force vive si lasse il y a trois jours,

pour remonter sa pente en plein ciel, quitter ce sol, rejoindre le bon,

 

et je te serre les images, et je saisis toutes ces bontés, ces beautés d'être,

et je savoure Ma toto récupérée ce matin même, absente depuis le dix décembre,

les bras sont las de la direction non assistée, de ses essuie glace affreux,

de sa buée, son non chauffage, ces deux mois tous derrière sont loin,

 

à devant de me renaître en ce matin,

ma santé me permet, récupérée encore,

d'un tel découragement de devoir faire face à autant,

privée Tellement de libertés,

 

mais Réagir a son poids de forces jolies,

 

à Dehors, à Ailleurs,

dans le courant de me faire du bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:20

...

C'est pas bon signe, et tellement inutile, quand un vendredi son pesant d'être, la peur de ne pas traverser peser le week, dans ses obligations à se dondonner son meilleur sur un chemin en autisme,

et puis,

quand un samedi après midi, si agréable, si léger, après deux épisodes plus durs le matin, cela donne de jolies ailes pour s'endormir sa nuit,

et puis,

quand un dimanche matin son agréable tendre, on reste cloué au sol, quand un épisode archi hard, après le repas du midi, et puis l'après midi ne se pousse pas ses ailes, reste lourd de son vécu de tant, de temps, le soir se couche son tôt,

un tel besoin de retrouver de l'énergie,

 

pourtant un week sans lire écrire, prive de tant...

 

Mais quand ce matin, se lève son paisible, que c'est possible facilement de le conduire, de se rire ensemble dans la toto prêtée, c'est un miracle encore, comme les médicaments diminués progressivement lui réussissent, après cet énorme tremblement de terre, raz de marée de plusieurs mois à *sur*levivre...

 

le bois est beau ce matin, ce qui tue c'est de ne pouvoir compter que sur soi, quand c'est sa mère qui a poids sur lui, le jeune homme autiste, que ce vendredi c'était d'un tel lourd, de devoir tant et tout assumer, mon amour,

 

mais cela vaut le coup, le temps avance encore, je me révérence, je m'incline, c'est du bien beau qui arrive...encore...

 

LES EFFORTS NE SONT PAS VAINS,

 

en autisme, il y faut de ses mots, de ses actes, les médicaments ne sont pas utiles, en ce qui concerne, ici, le cas du jeune homme autiste...

 

*faire confiance

*aller de l'avant

*mettre en avant le positif

*croire encore

*lui donner le bel goût de *levivre

 

et puis les saisissants raissonnements qu'il peut avoir, l'aident, et cela c'est à favoriser le plus possible!

 

C'est heureux cette belle prise en charge qui l'accueille pour la première fois, ce mercredi à 13H30, en sacat, il a fallu quatre ans pour y arriver, mais en belle arrivée, cela valait le coup d'attendre le juste temps! et il faut voir comme l'envie de *levivre, lui revient, après cette descente en si bas, qui m'a fait si peur d'éprouver Tellement mon coeur A VIVRE!

 

Et puis, si nécessaire ce pont joli mine d'or en ciels, c'est nécessaire de se faire du bien, d'un amour vrai.

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 13:23

...

La repasse fait du bien, elle donne du baume au coeur de ses saveurs leurs fraîches, coulis du froid des cordes à linge, dans le garage en bas,

comme cela sent bon, les ailes se poussent leurs douces,

bien avant l'aquagym, l'envie de sortir encore et de cueillir la vie,

*le vivre dans ses essences, d'un bel baiser de vie,

le soleil est son là, dans un ciel bleu de tant,

l'hiver cet élégant sans neige dangereuse, sans son verglas à chutes,

à l'Ouest c'est d'un tendre, si près du bord de mer, océanique ses sens.

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 12:37

...

Il y ces vendredis qui se donnent envie déjà du lundi,

en attendant, ce jour se vit, se repose et puis se pose,

car ainsi va la vie *levivre, son temps qui passe.

 

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:51

...

Tu sais, ô oui que tu sais...

 

mais ce que tu ne sais pas,

c'est le jeune homme autiste,

ce soir,

si heureux épanoui,

content de sa journée sa pleine,

à travailler seul dans l'atelier sans chef, en esat,

à gagner un strike au bowling en sacat,

à me sourire me rire quand il parle des filles,

ce grand hypersensible au coeur de lui,

 

alors la mam, elle se sautille ses ailes de joies,

 

et comme elle est heureuse pour ce trente minutes à sortir,

ce matin,

c'est si vrai, qu'en autisme,

se mettre en route, c'est hyper dur,

les nerfs de l'aidant à rude épreuve de chaque seconde sa trace,

 

alors je le croque ce soir, dans tout son suc précieux,

c'est bon son rare, la vie, le vrai vivre, quand la peau se frissonne,

 

et comme c'est bon,

 

tu sais, ô oui que tu sais...

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 14:33

...

Le chou rouge se papote ses pommes tendres sur coulis de fonte sa chauffe, la cuisine sent bien bon, la tendresse des dix neuf degrés a cette envie sa douce d'aller se laisser vivifier par l'air dehors son soleil, même si peu de degrés,

des papotes en voix, ce matin, ce midi, l'envie encore en cet instant de partager de la v i e,

alors la plume heureuse, pose son encre en bulle, et délaisse son pont d'or, juste pour des instants,

à *levivre dehors, ce ciel bleu, cet hiver, enfin son arrivée, et comme il fait du bien,

 

c'est bon de respirer, d'apprécier les bontés de ces jours plus légers, même si du fond du coeur, qui pourtant peut aimer, préfère ce jeudi, au mercredi d'hier,

treize heures en autisme, responsable de tant, c'est beaucoup, c'est bien trop,

mais quelle vie dedans, à happer, à se donner, à partager un ciné, le regard de quatre yeux, c'est fort son important.

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 14:31

...

Lui

Son cheval

Ils se balladent

Seul

Mais si peu

L'esprit

Aéré de bel amour

 

chez http://ossiane.blog.lemonde.fr

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.