Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 15:22

...

Le pas marche le sable, grimpe des rochers, s'enfonce dans des algues, respire, se repose, marche, marche plus loin encore, descend, regrimpe, les odeurs, la vue, des voiliers fort loin, la vie, le silence, des mouettes, un banc, on s'asseoit,

on se tait, rien à dire, juste regarder la vie se vivre, des falaises, précipices, chemin barré,

un demi tour, on repart, belle ballade de deux heures, cheville douce, la main tendre, bel envol que ce temps,

la Toto et son coffre, le pique nique dans son sac, un autre banc, devant la mer, un bâteau dans la vase, l'eau remonte, comme c'est beau, comme c'est bon, ce tout cela, des tomates, deux oeufs durs, de la ratatouille, des pommes de terre, la faim est, quelle chance, d'être là....

les pieds se posent le petit muret, état d'aises, décontraction maximum, hors du temps, être son simple petit état de vivant, puis on remarche, des ruelles hortensias, de bels rouges, des fort bleus, des petites maisons, le silence, toute cette paix, des randonneurs, sac à dos, leurs bottines, belle retraite...

un café, et deux crèmes, devant le port, quelle vue, apaisement, cette douceur, peu de gens, le pas se relève, d'autres rues, d'autres maisons, d'autres vies, posées là, en tendresses du lieu d'être....

Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:27

...

C'est une chance de vie, l'évasion vers la côte sauvage de Piriac, ce jour, avec deux amies du Nord,

 

trois heures de patience en soirée hier soir,

beaucoup de gestion des nerfs pour rester zen, encore ce matin, dans un  vécu son quotidien en autisme,

 

alors ce jour est bien, pour se laver le cerveau du trop, se vider des moins biens essentiels en autisme pour avancer encore,

 

car ce n''est pas rien, ce nouveau bureau de vingt quatre ans, choisi avec turbulences il y a trois jours, ce bureau qui arrive après demain avec sa chaise....

 

IL FALLAIT QU'IL SE VIDE DE L'ANCIEN hier soir, avec des souhaits démesurés, bruyants, gesticulants, de le démonter complètement, ce qui était impossible, et puis une telle patience d'arriver à le convaincre de ne pas le donner, mais de l'utiliser dans un garage...

 

pour lui, son ancien bureau, c'était dans sa chambre du Nord, dans celle de l'Ouest, et le transposer dans un autre lieu,

yaouh, quelle prise de tête!

 

mais c'est déjà passé!

 

à Aujourd'hui à VIVRE ressentir humer se serrer des beautés roucouler tendres ondes se lover un nuage jouer avec des coquillages suivre le parcours d'un petit insecte,

 

dans le délice de la lenteur, de la liberté, du bien mon être, c'est fort de vie qui garde envie de vivre!

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 16:35

...

Quelques pétales mauves sur le brin d'herbe, des rouges et blancs au bord du bois de la terrasse, la table de trois ans et les quatre chaises de vingt deux ans d'un blanc éclatant de cillit bang, le jeune homme autiste rentré son gai calme malgré une température d'étuve de trente sept degrés,

ce petit monde de bulles de vie ses tendres, font du bien, où cela passe et laisse de belles traces de bonheurs forts, en Là, si grand, le petit jardin nettoyé bichonné ronronne d'aises et vaporise des beautés,

 

c'est beau, c'est bon, c'est grand, la vie!

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:02

...

Hier, sur la digue du port de Piriac, c'était un bombardement de coccinelles,

 

joli!

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:47

...

Il fait beau, il fait chaud, les mains coupent des fleurs fânées, enlèvent les marguerites qui furent si élégantes, les roses tellement d'un rouge plein de sang,

les pétales se balaient le bord de la terrasse, il faut penser à laver la table et puis les chaises, c'est un peu négligé quand on aime que vivre sans se poser de soucis avec les poussières du temps présent, celles d'après un jour seront là,

alors en attendant, vivre, sans se soucier d'un jardin son anglais, d'une terrasse éclatante, ce charme de cet ici, c'est toute cette vie, qui a toute la place, son authentique, son naturel, son vivant comme il vit,

et comme c'est bon de saluer la vie ses poussières dedans, les vitres sont à laver aussi, ce sera un autre jour, plus lointain,

 

car Aujourd'hui se vit, au plus près de l'amour, et s'économiser, c'est en donner bien plus, dans sa santé offerte, qui permet de sautiller les touches d'un piano, pourtant parfois impressionnant de tels éclats dedans,

 

une vie en autisme, cela reste, *quelquechose de *levivre, son intense, Là, en tout Là, de dedans, pour pas se perdre de vie, et bien plus se retrouver, plus près, à fleur de peau, à m'aime la vie,

 

cela rend si vivant....

 

 

et puis après s'être essuyé la vive transpiration se poser son divan, prendre l'écran partages,

 

c'est, ô comme c'est ô de vie, si bô, cet oiseau qui se pose sur une branche tout près, et entame ses vocalises, comme c'est varié, mais que dit il dans ses airs, le petit corps frémit de tant d'honneur de ce spectacle vivant, si grand, il est petit vivant, son bec chante la vie, et comme c'est joli, il sautille les branches il semble fort heureux, et vois là, je souris, mise en scène réussie, saisie et capturée par du beau du bien bon du vivant ventilé,

 

les courses attendent un peu, le panier se remplit de sa poitrine gonflée qui expulse des vies, des perles si belles douces, le ciel se couvre un peu, il fait si lourd, la pluie pas attendue peut être tombera t-elle, le petit gazon son tondu aura délices à boire, encore en corps, ses brins avides de vie si belle.

 

Youpssss, hop là, la Toto elle s'en va, son panier, ses belles envies de faim de vie, à se remplir d'ondes magiques, d'un simple vif moment inattendu d'Humain à se partager d'aimer, son sourire, un mot, son existence pas qu'à soi.

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 06:25

...

 

 

Courir vers sa douce perle, tremper son tendre orteil, souffrir des petits graviers, viser le sable plus doux, polir un petit galet, tremper sa main ses doigts, respirer l'odeur d'algues, fermer les yeux sa barque, être là, tellement là, comme c'est bon tellement, cette vue est splendide 180°, la prunelle se galope pour presque rien louper, puis doucement se pose, étale sa petite serviette, un petit temps son zen, les paupières tour à tour ouvertes ou fermées, cela repose son temps, cela permet vraiment d'envisager encore des pas des marches devant pour l'accompagner encore, lui, le jeune homme autiste, qui nécessite encore de belles aides alentour pour l'aider à comprendre le trop de ses humeurs, à saisir bien plus le vrai de l'autre à côté, il se prend tant de tant la vie de pleine face, il faut encore l'aider à arrondir les angles, à se plier un peu lui n'est pas seul au monde, l'autre il existe aussi, il a le droit de vivre,

 

chacun mérite respect de sa vie tout dedans....

 

et c'est un long travail, une belle aventure qui se dure déjà depuis plus de vingt quatre ans, à s'aimer plus encore de son petit vivant de tenir sans béquille, son petit mât serré, capitaine au long cours d'une vie sa richesse de son Humanité à s'explorer sans fin.

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:19

...

 

 

En venant de Mesquer, le tout départ de cette côte merveilleuse qui rejoint Piriac, son pique nique splendide son repas mille étoiles à la bise du vent sous les pins, le soleil si chaud de lourd sur la crique de Lanseria ses beautés,

 

PHOTOS-1-7949.JPG

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:42

...

 

(...)

      comme c'est bon suspendu à son fil de se sentir léger aérien et planant le corps libre dans les airs vivant

      comme c'est bon les invisibles tellement visibles, leur lumière, elle, généreuse de partages en amour dedans

      comme c'est bon cette porte ouverte cet air frais qui cheville la peau sa tendre douce pore

      comme c'est bon de le savoir sorti du bain à 9H45 quand le lé départ prévu à 10H15

      comme c'est bon de regarder le chemin parcouru de rire en ce matin son calme

      comme c'est bon ce moulin ses grains son glouglou le café dans la petite cuisine au réveil ses 6H30 son matinal

      comme c'est bon assise le soleil qui se lève ses rayons sans béquille plein d'entrain plein de vie sa sève vive

      comme c'est bon cette pizza ce soir avec l'amitié du Nord au bord de la Vilaine

      comme c'est bon ces cris d'oiseaux dans le petit bois son charme sans cesse surprenant d'intensité de belle vie

      comme c'est bon ce brin d'herbe qui reverdit, ces hortensias blancs et bleus, ses bégonias rouges et blancs

      comme c'est bon ce matin quand trois soirées si douces donnent force de vie qui prend Là tendre si vivante

      comme c'est bon de partager se vivre aimer ses extrémités, bien au delà encore, ses bulles d'amour si grand

      comme c'est bon le pigeon

      comme c'est bon les bouts de doigts son écrire

      comme c'est bon de se remonter si bon encore

      comme c'est bon cette journée à la vivre

      comme c'est bon ce pique nique de demain à Piriac merveilleux sa côte sa table de bois sous les pins parasols

      comme c'est bon de voir de ses yeux voir la beauté et l'aimer de toutes ses petits souffles d'être là simplement

      comme c'est bon le nu pied, la jupe blanche vaporeuse, les bras qui se voltigent doucement l'air du temps

      comme c'est bon ces trois derniers examens pour la semaine prochaine la fin de ses études

      comme c'est bon le projet d'une pile pour permettre peut être à ma mère de vivre encore un peu

      comme c'est bon l'autre fille revenue pour le moment sur Lille avant le Canada dans un an

      comme c'est bon d'avoir vu un peu la vie, et de serrer ses précieux, plus encore

      comme c'est bon de palpiter de fermer les yeux de rêver de les ouvrir bien fort de sautiller léger

      comme c'est bon sa vie dedans sa vie son moteur sa belle force ses espoirs tout devant

      comme c'est bon d'aimer sans jamais s'arrêter

(...)

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:20

...

La vie c'est sacré, rien ne remplace la vie, à se donner d'aimer, à se surprendre encore, chaque jour, à être, sur son chemin de vie.

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:14

...

 

 

Après trois années d'école du cirque, en SACAT, le jeune homme autiste qui montait sur une énorme balle l'an passé, le voir cette fois grimper sur le trapèze,

c'est fort de vie dedans, à remercier encore chaque être qui a aidé à le construire ainsi fait en 2011...

ET LA VIE EST DEVANT ENCORE ET EN CORPS!

 

 

 

 

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.