Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 10:16

...

Il a vingt cinq ans Aujourd'hui, le jeune homme autiste,

mon fils,

une visite à 17H30, après son ESAT SACAT,

comme il dort à l'HP,

le coeur est barbouillé son ventre,

c'est loin d'être facile, tout est dur,

mais il faut avancer, confiante,

regarder devant,

encore,

en corps,

 

le petit bois donne la main à tit'home,

pour apaiser encore quand un rappel de la crise,

sans oublier, c'est bon cette distance,

avec le temps qui passe, le doux revient,

plus encore,

en corps,

 

le repos s'étale ses aises,

il était épuisé son être,

après six mois de tant de tensions,

internes externes en tous sens,

 

on avance vers le printemps...

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 08:02

...

Le corps est lourd de sa lenteur possible, le petit bois ouvre son ciel de brume, son dernier mois d'hiver, il peut encore gelé, c'est bon d'attendre ses doigts pour couper des tiges de plantes,

il y a ses passages douloureux de la vie, si difficile, qu'il faut oser tenter *levivre, pour le meilleur encore, c'est inutile de sombrer, même si c'est essentiel aussi parfois de s'entendre son chagrin, et puis, remonter sa pente, encore, en corps.

Quitter la colère et la peine, la peur, soulage, en se gardant belle énergie pour avancer son pas.

Cela reste hyper dur un chemin de vécu en autisme, depuis vingt cinq ans, mais il faut bien le parcourir en se sautillant le plus possible, la légèreté aide pour s'envoler, dans son immense profond d'être.

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 15:28

...

Le silence, l'apaisement, l'amour...

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 15:27

...

Mon petit lieu, mon paisible, ma vie qui me vit, Aujourd'hui...

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 14:26

...

J'aime ton Humanité

A Toi celui qui Est

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 12:54

...

La porte du jardin s'ouvre sa clé, le pas ému marche le bois de la terrasse, cela sent bon les douze degrés,

une coccinelle, une autre,

des bourgeons aux hortensias, des petites feuilles aux rosiers,

les feuilles des lys, des narcisses, des tulipes et jonquilles,

ce petit monde se vit son doux, et fait tant de bien, aux yeux, au nez, aux sens,

le petit bois babille son calme, et la respiration le suit,

c'est tendre, c'est délicieux, c'est magique, c'est intense,

c'est ô oui que c'est, et comme c'est bon...

un baillement, les mains savent qu'elles auront à couper, ratouiller la terre, bientôt,

 

c'est pour bientôt,

et déjà tellement l'instant!

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 12:45

...

Le corps se souffle expire, se laisse aller,

le jeune homme autiste, son fils,

dans de très bonnes mains, à l'HP de Blain,

il reprend l'ESAT SACAT demain, y dormira le soir,

y passera le week,

pour en sortir le 3 Mars, passer un week in home,

avant d'intégrer le foyer d'hébergement pour son stage,

du 5 au 16 Mars,

le jeune homme est souriant, son humour là,

il apprécie le contrat du docteur chouette,

l'équipe est superbe, jeune, à l'écoute, attentive,

fait ce qu'il faut faire avec l'être autiste,

c'est rassurant dans le faire confiance,

 

il a été fort mal pris en charge depuis fin Août,

déjà mai juin, sans soins, par le précédent psychiatre,

des mois d'enfers si lourds pour lui, pour l'aidant...

 

c'est derrière!

à devant!

 

ma peur s'envole, mes ailes repoussent, je m'envole,

dans mes délices mes belles envies, ma vie aussi!

 

C'est comme une délivrance, déjà,

j'y crois, en eux, en leurs regards, leurs appréciations,

c'est une chance d'être arrivés là,

 

C'EST UNE CHANCE POUR LES SOINS VRAIS ESSENTIELS!

 

 

 

 

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 12:04

...

Avant de sortir son petit talon joli, le pas s'avance son délicat, la main bouge la grosse tige à quatre fleurs, et merveille déjà, une seconde fleur commence à se pointer son vivre sur l'autre tige,

l'oeil est heureux de sa découverte, il enlace son chemin, et l'embrasse à l'avance,

dehors est soleil, en dehors des rencontres d'oeil, de pas, de chair, c'est bon,

 

il est plus que temps de cueillir cette vie sa passante tranquille son velours, son baiser posé doux sur mes lèvres en amour.

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 11:47

...

Le corps est encore lourd, alors il faut lui prendre la main et le sortir,

déjà il a réussi à se faire des jolis cheveux, tendre féminité,

un peu de bleu, du rose, une écharpe ses couleurs, le jean son élégant,

il faut le saisir ce temps pércieux, même si tant chargé par Aujourd'hui,

une table, le centre du bourg son marché, il faut y arriver,

 

mais quel chemin que ces six derniers mois, d'espoirs de désespoirs,

c'est encore autre chose, la souffrance qui explose en violences,

cela choque tellement, et il faut rester droit, tenter son équilibre, encore,

le perdre déstabilise bien plus encore l'autiste de vingt cinq ans,

quand une montée d'angoisses isupportables, l'habite,

 

mais quel chemin derrière...

et comme il y a devant...

 

il faut sortir s'extraire des chocs des souffrances,

c'est de par son vivant qu'on peut venir en aide, en force vive,

l'amour n'y suffit pas toujours, il faut de l'énergie, des ondes positives,

des partages des vivants du dehors, de la chaleur, tendresses,

le bois paisible, expire, inspire, prend toute sa force en courage,

et se rentre dans la Toto, pour *levivre le meilleur,

 

encore,

en corps,

 

que vivement, j'ai hâte...

Ô oui comme j'ai hâte...

d'un vive mon printemps,

son printemps à mon fils,

en ayant cet espoir...

 

SUR SON CHEMIN DE VIE,

plus apaisé, son vivre.

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 07:18

...

C'est déjà cela, quand les gros chocs, celui d'avant hier est déjà un peu loin,

deux nuits à récupérer, même si le réveil lourd,

c'est terrible toute cette souffrance, pour un autiste adulte,

l'estomac est chargé, le dos fait les efforts de se redresser, mais,

comme c'est douloureux tout cela,

et il faut s'extraire encore du trop lourd, pour pas se casser,

le courage est à aller chercher encore, comme cela, facilement, ou avec des efforts,

 

l'amalyllis, lui, vit son simple, sa seconde tige si belle de ses grosses fleurs rouges,

la première sa ratatinée de sa splendeur passée, la troisième s'ouvre déjà sur un peu de rouge,

 

la vie...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.