Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 22:25

...

Ce soir manger avec les grillons, cela apaise, cela colmate des failles sensibles, cela bouscule des manques et se remplit de vie, la solitude trop grande.

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 22:03

...

Un deuil peu importe l'âge, on se sent si démoli longtemps si pulvérisé dans tous les sens, cela remue d'autres séparations,

cela met en avant, les impossibles de vie, de l'encaisser bien trop la vie,

la mémoire n'oublie pas, elle aime ses amours, et elle s' accommode juste a little pour pas sombrer bien trop, car elle préfère la vie, à la mort,

et puis cette dame dans l'appartement en rez de chaussée près l'appartement, sa sœur au premier sur l'autre coin, alors quand ses volets fermés, des semaines après on apprend qu'elle est en phase terminale d'un cancer, qu'elle a quitté son lieu, que sa sœur dont les volets fermés aussi vient de décéder,

qu'une amie perd sa mère chère, qu'une voisine plus loin se suicide, qu'un voisin moniteur auto école de l'autre côté de la rue meurt à 58 ans,

alors c'est trop, c'est trop la finitude qui habite chaque jour, c'est le noir qui domine,

il faudra un long temps pour revoir clair...

Prenez bien soin de vous, mes aimés. Je vous aime, ceux que la vie ne m'a pas permis de vivre avec ma belle histoire.

Le décès est au bout du chemin, dans un parcours en autisme la mort peut prendre tant de place, tant d'envies de l'accompagner le plus possible le jeune homme pour le laisser seul avec des capacités émergées,

bien avant il y a la naissance et son lieu, comme il fut, on le voit parfois bien tard, comme il laissa des traces, sur les choix tatoués, il en faut du temps pour déterrer l'enfant...

et surtout dans le plein réel, il y a son chemin,

avec ses choix chaloupés au plus près de soi, ses libertés jolies, ses désirs d'aider cette cause en autisme et quand des couperets empêchent de faire c'est le devenir fou de douleurs,

...

et sans être un héro, de force nouvelle encore, ce jour fut bon, à rencontrer, dire,

car je n'ai pas dit mon dernier mot,

je suis vivante, plus encore, et c'est bien. On ne me mènera pas par le bout du nez.

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 15:31

...

C'est délicieux, le son d'une mouche, dans le séjour,

c'est l'été qui s'invite, mais sa petite nappe à carreaux,

et invite, pour le déguster tendrement,

un petit flan vanille,

les yeux cherchent une faille, le bois en feuilles si dense,

un mur si vert de beau,

des branches offrent leurs bras vigoureux, et la force se décuple encore,

mais comme il fait du bien ce tendre passage qui reprend souffle, se légère, voit clair.

Le présent d'hier soir et ce jour, donne des douceurs d'être, incommensurables,

les quatre hirondelles, à ce nombre, finalement, grossissent à vue de chaque jour,

elles se regarderont plus encore, et déjà l'esprit rêve à la prochaine nichée...

Un Printemps lourd de tête, donne place, enfin à un Eté qui se pointe.

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 15:26

...

Les oiseaux crient fort, il fait si chaud;

les pétunias devant sont d'une telle générosité en couleurs,

le temps est tellement bon,

que le petit vent frais qui s'engouffre dans le séjour, il fait du bien,

pas en bataille à mener, mais juste *en marche, et comme c'est bon de *levivre...

Repost 0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 15:14

...

Un beau matin, vraiment, pourtant à *levivre en autisme,

mais quand l'équilibre revenu...pour moi? pour lui?

que la réunion des familles après demain au foyer,

qu'une intervenante en autisme au foyer fin Juin,

peut être bien que le désespoir de dire et redire, sans fin, pour deux personnes, sans arriver là les bouger, remuer, se regarder dans un miroir,

l'aide immense arrive, et c'est bon,

-

et ce matin magique, avec son RV avec l'orthophoniste, qui quitte le bourg fin Juillet, et même si cela m'avait remuée, ce jour est tellement léger, elle sera remplaçable,

même si aucune collègue ne souhaite prendre son relais, faut croire qu'un mercredi sur deux, c'est pas assez rémunérateur?!

c'est comme si, cette fois, je me sens une force olympique, même si aucun jeux à gagner, juste ce sens Humain, à le transmettre à d'autres, encore et encore,

pulvérisante d'énergies, animée de passions vibrante, mais comme cela fait du bien,

quel bon café tendre entre ses deux rv ce matin, ceux pris à nous deux ensuite, tout me paraît apparaît si grand si beau, en énergies à aimer pas gaspillées pour des riens,

cela va, reva, et comme cela me va ma mine épanouie,

un contact ce midi, avec l'Esat, où cela va fort bien,

on y arrivera à les remuer, ceux qui se contentent d'emprisonner dans un cadre ferme,

quand le cadre sécurisant, délicieux à se remuer dedans, cela donne force espoirs confiance en soi pris en compte de son autonomie à développer avec félicitations,

y'a pas, certains vont devoir absolument se soumettre aux regards bons des êtres qui savent sur l'autisme, et sur les bonnes pratiques,

cette réunion sera en au delà, là où il faut être pour aider vraiment un Humain, comme on souhaiterait être entendu soi même.

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 10:05

...

Un âge, sans âge ressenti, avec cette similitude, de cet âge en ado, qui bien plus qu'il cherche à remplir un vide, des vides,

se laisse apesanteur, guider planer envoler,

c'est bon de se laisser aller à son petit bec tendre à la croquiner la vie, à ses ailes tendres à s'envoler, à ses tympans sensibles qui aiment assister au concert de la Nature ses tiges, une vue plus délicate encore plus exigeante de la beauté ses purs, tout cela à fleur de peau qui aime se vibrer,

en passions de la vie, à la rechercher ses étourdissements à recevoir de la vie, à foison,

pour la redonner à d'autres,

c'est bon de se ressourcer dans un cadre ses libres, pour se sentir vivant..

Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 09:56

...

Un bien bel matin savoureux, de le flirter son nez le bourg, avec les oreilles grands ouvertes, les oiseaux chantent fort, il fait soleil son frais vent à l'ombre,

cela fait neuf ans et demi, *levivre ici, et c'est goûteux de se mouvementer lâcher prise en intérieur tranquille,

loin de ses vagues à l'âme, le petit cœur navigue sur un courant tendre, il se laisse porter, emporter, vers où la vie le mène pour ses jolis, ses bons, ses délicats instants, ses moments bels précieux,

le temps amène ses paix, des petites, des plus grandes, le jeune homme hier a retrouvé de l'équilibre plus serein, c'est déjà tellement,

et puis les glissades du temps, les pas faits en marches dans les bourgs, alentour, semblent guider la route vers d'autres horizons, dans le bourg plus loin, plus loin de Nantes, plus près de La Roche Bernard qui me roucoulent ses pierres, sa Vilaine si jolie, ses états d'âmes, son petit port tranquille,

et pour guider encore le jeune homme autiste vers plus d'autonomie, par un logement plus grand à pieds, vers son Esat, son Foyer, pour qu'il se racine bien plus encore dans son lieu de vie à vies les plus épanouissantes possibles,

et ce bébé à venir demandera plus d'espaces, Little Home devenue petite, pourtant elle a ses charmes, les hirondelles nées, le bois si complice, si magique,

mais il y  aura d'autres oiseaux, d'autres arbres centenaires, il suffit de chercher, sans pressions, sans contraintes,

juste dans la belle envie, des désirs de changement qui oxygènent plus encore, qui donnent à *levivre plus encore, qui fassent du bien rien que du bien,

dans des enchantements de la vie qui se donne d'aimer.

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 09:34

...

La terrasse sous les arbres, les cuicuis généreux,

un bien bel repos doux dans le hamac ses arbres,

le petit port de Piriac, ses ruelles, toute cette vie,

la place de l'autre bourg, celui de son foyer,

un carpaccio délice, mais comme cela fait du bien,

sans oublier le matin, ses petits cafés, ensemble,

à La Roche Bernard, le jeune homme autiste il avance,

et c'est fort grand si beau, de l'entendre exprimer,

yayayahou, mais quelle chance d'être en vie...

Offrandes d'un dimanche le goût d'un ciel tranquille,

son goûteux simple de vivre, en amours, son roman...

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 09:32

...

Quand la sérénité reprend des pistes vertes,

mais quelle fraîcheur d'être,

personne n'est à l'abri d'une descente raide,

et c'est bien bon encore, de se rattraper, aimant,

à la saveur en Nature, à des mots, des visages,

vois là, c'est reparti, en ballerines ses douces,

le grand vide tout derrière, ses grands remue méninges...

Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 14:35

...

Son week foyer, et il appelle, il appelle souvent en ce moment,

il est moins bien, va savoir pourquoi?

alors je suis moins bien...

La Toto l'entend, son père ira le rejoindre pour un café,

pourtant on en prend un ensemble demain matin,

la tête si peu libéré en poufdeouf, quitte Nantes ses bruits, ses trop,

et se pose le bois et reprend de telles forces,

avant de vivre encore l'après midi,

peut être des appels encore...

Comme c'est difficile de trouver chaque bon mot au téléphone, pour désangoisser, apaiser,

mais ils se trouvent encore, alors çà va...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.