Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 15:05

...

Voir faire voir, entendre faire entendre, sans être vu, c'est assez difficile,

par des biais, des contours, tant peut être déformé...

C'est bon d'y aller de sa présence réelle, comme çà,

sans aucune envie de se montrer, juste car des choses à partager.

Hier, cette réunion, au Foyer, et devant moi, deux mères, je sais un peu,

c'est étrange quand elles repartent, amies depuis que leurs deux fils trisomiques arrivés en même temps, dans les structures identiques,

c'est surprenant, quand j'avais proposé à une, il y a trois ans, de manger un jour, ensemble, avec elle, son fils, nous...

quand sa proposition arriva un jour pour manger à nous deux, cela ne trouva pas mon oui ok...

je reste disponible pour elle, par téléphone,

mon temps libre est tellement précieux, au bout de toutes ces années, à me vivre Là, là, sur ce chemin en autisme, parfois bien obligé, impossible de s'en échapper...

C'est troublant comme beaucoup se trouvent sur la route si douloureuse en handicap, des complicités pour partager le quasi même sort,

cela me semble, tout à l'inverse, tellement porteur pour moi, de discuter sur d'autres sujets de vie, élans de tendresses, du plus simple, des charmes jolis, sautiller encore de belle légèreté ses pas de danse douce, sourire et rire dès que possible,

l'incontournable vient bien assez vite, dans son temps, comme çà, ses noirs,

CE FUT UNE ENORME CHANCE DE VIE QUE CETTE EXCELLENTE PRISE EN CHARGE, PENDANT 13 ANS dans le Nord,

cela lava, essora, fit sécher au grand soleil, beaucoup de pleurs intérieurs, cela créa de belles envies de lutter s'accrocher encore et encore...

Où en serions nous? où en serait mon fils autiste de 29 ans? sans les apports exceptionnels du Nord de la France.

alors cela reste fort bien, ces 51 ans dans le Nord de la France, par chance...

Dans d'autres pays, cela aurait été plus facile, dans d'autres tellement insoutenable,

CE COMBAT POUR LA VIE, qui reste d'abord une présence née dans un lieu

ici ou ailleurs, en chances, malchances de vie, cette INJUSTICE DE VIE au départ pas choisi!

Hier soir, j'ai eu mal, quand leurs fils, restés seuls, pour le repas au Foyer, quand elles deux reparties très vite ensemble à deux, pour manger à deux...j'ai eu très mal comme quand on ne peut voir qu'avec le coeur...

Tellement de parents souffrent pour eux, et ne voient pas les douleurs de leurs enfants.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 09:16

...

Les grâces de la vie, mais comme c'est joli,

avec délicatesse, on touche, on sent ressent,

on est privilégié, devant ce beau de vie,

et l'esprit à jenous, pense à d'autres en peines,

cette mère qui ne sait pas quoi faire pour son enfant,

cette autre qui se pleure, un enfant est parti,

plus de nouvelles d'un autre dans un autre pays,

et le temps passe et saigne leurs coeurs meurtris détruits,

une mère ne peut pas vivre sans que le fruit de ses entrailles,

elle ait quelques nouvelles, sait où ce qu'il devient,

même si le choix de l'enfant différent de son chemin,

avant de mettre au monde,

je m'étais dit si FORT, comme c'est dur d'impossible,

comme cela doit être si pesant, d'être une mère à vie...

OUI, c'est douloureux souvent,

mais c'est fort bon aussi,

déjà donner la vie,

et puis donner matières à son petit être en vie,

UN CHEMIN EN AUTISME, ne permet pas souvent d'être auprès de la fratrie comme une mère le souhaite, c'est cruel et si rude,

les enfants mal construits ensuite peuvent en vouloir à ce parent SANS COEUR...

et quand l'enfant fille devient mère, tellement de trucs jaillissent dans la vue de l'enfant, qui GRANDI, clame haut et fort:

*mais comment que t'as fait?

LE PARCOURS D'UNE VIE SE DEVOILE A MESURE,

il faut laisser le temps éclairer des passages invisibles, sans sa lanterne à soi de réel de vrai!

Chacun peut être si méfiant d'un éclairage d'un autre, et le temps qui laisse voir, lui il ne peut pas mentir.

Je vous embrasse dans vos vies à *LESVIVRE!

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 09:09

...

Quels bonheurs, cette réunion avec les familles, au Foyer, hier soir...

Le courant de pensée de la Direction a changé, c'est fort certain...

Bon, pour beaucoup de familles, les pensées sont restées en arrière,

comme au temps où *une personne en situation de handicap, et bien,

on lui cherche une *case, à la caser, pour pas qu'elle dérange trop,

la société, la famille...

IL FAUDRA BEAUCOUP DE TEMPS ENCORE....

mais comme le courant des professionnels, a choisiune belle voie,

C'EST HIPHIPHOURRA!

Pas facile, d'être parent, de ce courant, provocateur de ce courant,

bien des parents sont dérangés, interrogés, mis devant leurs RESPONSABILITéS DE PARENTS...

Avant de faire l'amour, avant de faire un enfant, on ne sait JAMAIS où on va...

Cela exige tellement de prudences de faire l'amour, de faire un enfant,

ce sont de si incommensurables matières de vies si précieuses A AIMER...

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 09:00

...

Quels bonheurs de courir plus ce matin, de se lever plus tôt, de l'urger un peu plus,

quand il savoure tant, son RV tous les quinze jours, avec une orthophoniste hypergéniale,

encore une de ses chances de vie, que je saisis, je recueille avec beaucoup de saveurs si bonnes,

puis, je l'attends au Chêne Vert, il me rejoint avec les clémentines, sa plaque de chocolat pour nous deux, et nos cafés se laissent boire, comme une péninsule de liberté, de bon, de beau,

yaouh, comme c'est grand ce mercredi matin,

que j'en éponge, son père trop exigeant encore, hier soir, avec les 25 cl, les 33 cl, bien trop d'informations pour ce jeune homme autiste, qui avance à son rythme,

A LA VITESSE DE SA VIE D'ÊTRE que le ciel lui confie, en vie sur terre...

Ravaler, qu'il ne faut pas contredire, réagir, fut encore une fois, de trop...

Et pourtant, c'est en choisissant cette voie hyper douloureuse, que l'accompagne le plus possible, mon fils autiste, en voyant le plus possible, les travers d'autres, qui peuvent ne pas saisir toute les capacités de sa pensée autistique, à respecter d'abord, pour pouvoir agrandir ensuite son champ de vision, de priorités, d'essentiels incontournables.

La soirée, pour lui, fut bonne sa calme, la mienne aussi, récupératrice, méditations aussi.

On se rejoint à trois pour ce midi, dans le bourg de l'ESAT SA ESAT, Foyer d'Hébergement, pour de nouvelles aventures encore,

SUR SON CHEMIN DE VIE que je souhaite le plus épanoui, le plus autonome, le plus ouvert possible,

dan sa dignité d'Humain, son respect d'ÊTRE, sa PRESENCE AU MONDE!

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 13:42

...

Les charmes de *levivre

C'est bon de les dénicher

Sans jamais sans lasser

*levivre s'apprend à vivre

Chaque jour son bel jour

Dans ses bels dans ses bons

Qu'on appelle AMOUR

Quel art sacré de vivre

Qu'aimer aimer sa vie

A la vivre partager

Donner envie à d'autres

D'être dans une bulle jolie

Dans les bontés de s'être

Au plus près de l'amour

En peau en onde si belle

Qu'on en cherche recherche

L'amour c'est merveilleux

C'est ce puissant piment

Qui donne une matière

Dont les poussières de restes

Sont grandes immenses lumières

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 13:41

...

"Nous avons eu enfin des précisions d'Arte ! Il y a donc deux films produits par Alegria, l'un sur l'ONU et le maintien de la paix, et le mien sur le développement.

Donc diffusion le 13 octobre dans le cadre d'une soirée Théma ONU = 22h35 Mozambique = 23h30"

m'écrit la maman de ma petite fille...ma fille aînée.

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 12:09

C'est du paisible que ces deux jours, pour se poser, sortir marcher La Roche Bernard avec une copine, un café, hier, ce matin dans ce bourg des rencontres de la vie, des pas tranquilles qui fleurent bon toute cette vie dedans si apaisée, les plus rudes glissent légers, mines de riens, et sont vite oubliés,

ce qu'il reste c'est ce passage savoureux, ce courant de pensée qui change vraiment au sein de l'association, cela valait le coup de passer par tous mes états si douloureux de mal être quand on se ressent si impuissant devant une pensée hermétique, qui pousse rudement hors de ses plates bandes.

C'est bon ce moment gentil d'âmes qui s'ouvrent et la réunion de ce soir, au foyer, risque d'être fort belle, à me ressentir cette envie forte d'y aller, sans pieds de plombs comme il y a quelques années, quand une direction blindée entr'ouvait sa porte, inquiète dérangée, devant un parent dérangeant...

L'Opération Brioches, de l'an passé, permet les aménagements d'espaces de loisirs, plaisirs, au Foyer d'Hébergement de mon fils autiste, et comme c'est bon de vue de vrai,

alors, comme c'est savoureux aussi d'avoir entendu les mots de l'institutrice spécialisée la semaine dernière...

* les fonds permettront qu'elle crée des outils de communication pour:

- favoriser l'autonomie par la compréhension

- mettre en avant le sens, l'utilité

Alors, là, Là, yaouh, je fourmille d'envies d'idées de plaisirs de faire d'être en vie ainsi faite,

je peux les rejoindre que pour cela, car c'est ma lutte en amour ma bataille mes défis mon jour le jour, depuis 28 ans et demi.

CHAQUE PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP, PEUT AVOIR ACCES A SES CAPACITES, si on se donne les moyens de l'entendre au plus près de ses difficultés,

le b a b a de la belle Intelligence Humaine, ce pourquoi il est juste bon et essentiel de s'épuiser, se dépasser, avancer son jour après jour Bellement.

Voir les commentaires

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 15:57

...

Quels bonheurs partagés, quand dimanche midi, après son pot sur la grand place, à son initiative, le retour au foyer, avec son enveloppe d'argent de poche, on rentre,

des sourires, des résidents, des professionnels,

c'est loin du paillasson comme invitation à ne pas dépasser,

et les clés ouvrent les 3 portes des salles qui ont bougé, remué des meubles, en ont accueilli d'autres,

cette fois:

- une salle détente, TV,

- une salle pour eux les pros,

- une salle pour l'atelier cuisine, accueil pour le retour de l'Esat son petit café chaud, là l'atelier cuisine, l'atelier sport avec rameur, vélo, tapis roulant pour marcher, une table pour massages relaxations ne doit pas tarder...

et en dehors:

- un potager à créer à voir pousser à ressentir son corps vivant devant la graine qui sort sa tête.

Alors oui, je rêve, car devant des rêves réalisés,

c'est bon de rêver encore, POUR REALISER SES RÊVES,

pour une planète AIMANTE, HUMAINE,

qui tourne son regard vers le joli le bon, et favorise ses petites révolutions personnelles à son échelle.

Chaque main tendue, chaque baiser, chaque sourire, PEUVENT SAUVER DE LA VIE.

Et *levivre beldebon, YAOUH!

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 15:12

...

Quels bonheurs partagés, entendre l'institutrice, qui a travaillé avec des autistes, engagée pour trois ans, expérimentation,

pour donner l'envie plus et plus encore, d'aller chercher créer se creuser la tête, pour rendre plus de lisibilité de compréhension dans un ESAT,

et cela me parle, et JE SUIS EN BONHEURS,

quelque chose s'est passé, une prise de conscience, un courant de pensée NEUF EST,

et aujourd'hui, comme il fut bon, de la cueillir après la réunion, à vérifier le matériel pour l'opération brioches, avec une copine devenue bénévole aussi, au bord de mer, sur la digue, une crèpe froment beurre salé, une carafe d'eau, le simple, le beau devant, et ensuite de mettre des affiches dans le bourg de l'opération, avant de la déposer à la mairie, pour une réunion,

c'est que l'ENVIRONNEMENT mérite tant de considérations pour l'offrir joli aux jeunes de demain.

et le corps léger virevolte, joyeux, propulsé, par ses réalités si tendres douces, si paisibles de belles volontés qui se laissent aller à ce courant de pensée devenu tellement bien plus à oeuvrer,

pour,

le respect, la liberté, l'autonomie de la personne en situation de handicap, en considérant encore et encore ses difficultés, ses fragilités,

encore et toujours, chaque jour, qu'il est moins de 20 ans ou plus de vingt ans.

Chacun bouge se transforme dans une vie, eux aussi, les personnes en situations de handicap, et tenter oser saisir CE QU'IL LEUR FAUT pour être mieux encore, dans un bien être que chaque être sur terre mérite.

Me reposer trop me fatigue, c'est une chance de se ressentir en forme si bonne, pour rêver encore, entendre fourmiller des trucs en soi, et le parcours devant comme il me plaît.

En fait il se contente de se poursuivre, un jour à la fois, en humaine limitée.

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 17:26

...

la clé tourne la porte, un bruit de battements d'ailes, et si Ô oui, encore,

le pas descend le hall, regarde en arrière, le nid est bel son vide,

alors que vers devant, c'est le ballet des feuilles de leurs doux bruissements,

mon regard se frémit, accepte cette offrande de *levivre ses pétilles,

ses jaunes, ses brunes, ses belles, à un arbre là bas, un autre un peu plus loin,

l'Automne chantonne doucement, sa berceuse d'été, qui aujourd'hui encore,

brûla de chaud soleil,

la cueillette pour l'hiver, récolte des jolis,

mais comme c'est gracieux, les tendres parfums d'une vie,

le petit coeur canaille, se rit de s'être trompé,

ah si seulement encore des ailes dessus l'entrée,

pour ce Printemps prochain, sans attentes nouvelles,

juste à *lesvivre l'Automne, et sieur cet hiver Là...

Comme chaque saison a sa forme à ailes, pour envoler là haut,

au pays des faciles, des simples, des amours,

qui durent toute une vie...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.