Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 12:57

...

L'Automne fait son chemin dans la tête,

il apprécie ses chances de vie,

il regarde paisiblement les moins biens,

toute une vie, les hauts les bas, l'adaptation,

une distance belle essentielle pour adapter sa vue, éclairée,

parfois on boit la tasse, on perd pieds, on se dit que c'est impossible,

*levivre,

et puis, confiance, détermination à aimer la vie, patience, légers,

cela aide cela propulse cela garde un coeur en été,

en plein dans une fin d'année,

-

chaque époque connaît ses crises,

nos parents ont eu les leurs,

la nôtre, notre vie dedans, nous amène à paisiblement prendre soin de soi,

pour penser accompagner soutenir, nos enfants, nos jeunes, en devenir,

-

le sens du devoir d'être, s'est élargi plus encore,

ensemble,

vers demain,

en riant, en appréciant la vie ses simples dès qu'elle est là,

en donnant le goût de la vie, dans ses essences, ses amours,

-

c'est tellement une immense priorité,

que d' Aimer, aimer jusqu'au bout de soi, au delà de ses limites,

-

j'aime aimer ainsi d'être, au delà,

-

mon amour éternel...

Repost 0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 17:03

...

C'est bon de ressentir de l'amour,

pour le moment, quand un être,

éblouit de sa lumière,

et quand notre état d'être,

est transporté, envolé,

par une force immense...

Repost 0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 16:48

...

c'est étonnant, c'est parfois si éreintant, un regard qui ne se détourne pas de l'amour,

et le vise pour cible, sans le vouloir vraiment, parce que c'est comme çà,

en intérieur profond,

parfois, cela pourrait être un peu plus simple d'aimer moins,

mais l'œil qui aime aimer se lessive en ciels bleus de toutes les couleurs de *levivre...

ET...

pour belles récompenses, la force qui en ressort de cet amour d'aimer, est,

tout simplement, inattendue, incroyable, si forte,

d'un JE VOUS AIME MON AMOUR ETERNEL...

belles délicatesses, dans la pureté des ondes, qui permet d'aimer aussi fort aussi bel...

et quand un week qui pleut sous les reproches, les pas assez, les mots dits pour taper fort, c'est fort cruel de *levivre dedans, tous ces injustifiés, par une vue déformée,

certains, à mesure que le temps avance, se fabrique un autre passé, l'arrange à leurs sauces,

c'est étrange une vie, dans son réel à *levivre, dans comment le réel est restitué quarante ans après,

c'est incroyable, *levivre, et cela n'arrêtera pas d'étonner, par les milliards de vues...

-

LA VIE

-

LE VIVRE

-

EN AMOURS

-

le reste n'est que le reste,

-

L'essentiel c'est d'aimer et être aimé!

Repost 0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 14:19

...

Essentiel de se ressourcer, pour reprendre du souffle, plus et plus encore...

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 13:41

...

Quand le monde manipulé,

c'est bon de se mettre à distances,

pour l'entendre au plus près du réel,

par la lunette censure de son oeil,

qui jette rejette les fausses vues, triées,

jetées en pâture à chacun,

en voilà revoici,

des infos, des sensationnels, des bien trop...

Mais dans quel monde on vit?!...

Allez il y a le bel *levivre,

et c'est bon de le happer de le donner à voir,

pour en entraîner d'autres, à ce souhait de vivre,

d'être heureux par des simples, des tendres,

en amours d'être.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 12:14

...

Des pas libres, bien plus pesants de liberté ses ailes, ce matin, dans ce bourg où seule la vie est là, *levivre, des gens, un sandwich, la poste, un café à la torréfaction, des partages, d'autres mots, la belle envie de ces cueillettes, avant de commencer la journée, c'est si bon de récolter les belles choses dès le matin, de se ressentir aéré, il fait quinze degrés doux,

et comme ce bourg donne de la vie, le regard s'arrête sur un mur de pierres, une kolie vue vers tout en bas, et les yeux boivent accueillent pendant qu'il est encore temps,

cela fera huit ans, début Février, et quelle mouvance depuis...

Le bourg voit ses maisons vendues avec un terrain grand qui accueille une construction, un premier bloc d'appartements,

un second en cours, un autre pour lequel le grand jardin a perdu son âme,

cela m'a rendu infiniment triste en Juillet, en plus de tas de raisons,

car quand la vie se perd, comment faire pour la rattraper?

la vie se vit dans son moment, on ne la retrouve pas si on l'égare,

-

et c'est ce qu'il y a de plus précieux, LA VIE,

c'est un si bel message d'amour pour nos enfants, que celui de LA VIE A VIVRE LE MEILLEUR!

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 11:55

...

Il n'était pas pressé de rejoindre son studio, hier soir vers 19H, le jeune homme autiste,

et il a bien exprimé son envie forte de faire le chemin, vingt minutes à pieds,

comme il y a une dizaine de jours...

alors comme on vise cet aller retour, Foyer d'Hébergement à l'ESAT, seul à pieds, à plus ou moins long terme, ou si jamais si cela s'avère impossible...

*il fait noir, je sais la pression sur mes épaules, mais il faut que je le fasse grandir prendre confiance en lui en allant jusqu'au bout de ses défis envies...

ma little Toto, le voit partir, démarre, cinq minutes après, on s'est mis d'accord qu'il m'appelle une fois sur le grand pont,

et comme il peut, à présent, se servir de son téléphone avec aisances, cela nous aide pour avancer encore...

-

la Toto fait escale pas vue, là et là,

et pousse son ouf, quand il arrive vers 19H02,

-

le réveil se met à la bonne heure de sa seconde,

-

la Toto repart, stationne la rue St Catherine, et marche, entre dans une boulangerie, regarde une tortue prisonnière dans un aquarium chez un fleuriste, elle sort la tête regarde prend l'air puis comme les personnes ont fermé le magasin, elle se laisse couler pour dormir, rentre sa tête...

-

deux trois personnes, quelle chance de pouvoir marcher LIBRE sur ce sol de France,

je pense à cette chance énorme, ma fille ce matin entre Evry et Lille,

je pense aux femmes, aux enfants, aux bons pères de familles, aux jeunes en ouvertures belles visées, sur le sol de Syrie, d'autres lieux de vie sans vie possible.

-

comme il est lâche, le pouvoir par la force, le pouvoir par l'argent.

-

c'est si beau *levivre,

que rechercher la mort, sort de la jolie conscience pensée pour *levivre.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 16:38

...

Une JET comme il dit le jeune homme autiste,

une Journée d'Etudes Techniques, pour les professionnels de l'ESAT,

alors que de la vie à aimer, de la vie à *levivre,

l'orthophoniste, l'épicerie, un café, la banque, le retour à pieds,

little home, le ciné, un goûter,

et bientôt le moment de le raccompagner au Foyer...

et comme cela va...

des picotements à l'âme de le reconduire vers 18H30,

il est chez lui, ici,

mais aussi...

je vieillis,

et je dois le protéger,

en défusionnant, en le guidant vers son studio,

je remettrai son réveil à l'heure, il me dit que l'alarme a sonné,

dans la nuit de dimanche,

alors je bidouillerai son engin,

mais je préfère respirer, manger, vivre comme aujourd'hui,

plutôt que trafiquer l'heure qui passe sa seconde...

L'instant quand il est bon à vivre, c'est que du bonheur!

-

Allez les enfants, on est là, nous les grands,

voyez nos bras tendus pour vous soutenir...

-

et vous éclairer de vie vers si belle la vie jolie,

pour la garder conserver préserver ce joyau inestimable,

-

la vie c'est ce qu'il y a de plus précieux.

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 13:58

...

Un coup de mou, des instants si libérés de tout, enfin presque,

puisque remplis de matières d'êtres aimés,

des lectures, des écritures, de la vie simple, la solitude,

avant le plaisir qui va me propulser dehors dans deux heures,

direction, l'ordi à reprendre, l'autre bourg, un goûter, la gym de St

Nazaire, la dame des mardi et vendredi, après un coup de chaud

en fin de semaine, quand on apprend qu'elle peut encore venir

à 17 H au lieu de 16H,

une descente, muette,

quel bonheurS quand elle me rappelle lundi, elle s'est arrangée,

ce sera encore 16H...il y a tant à faire pendant cette heure entre

elle et lui, mon fils autiste de 28 ans!

- et si mon bonheur de soutenir accompagner encore!

- mon incommensurable joie aussi de défusionner en temps pour moi,

même si cette heure là, à nous trois, souvent, mais moi dans un livre, plongée!

indisponible presque!

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 13:49

...

Le bois mouillé, il est beau, il s'apprécie, il est gai sous ces gouttes,

le week fut si lourd des évènements à Paris, et pour d'autres essentiels,

la pluie cela a un goût superbe, sous le parapluie c'est bon, c'est un peu froid

qu'importe, c'est du temps de saison, enfin...

nos enfants, il faut en prendre soin, bien fort, le mieux possible, même si c'est

impossible d'aimer juste comme il faut les aimer,

mais déjà les accompagner, penser être cette oreille bienveillante tant que le

vieillissement permet d'entendre pas trop déformé par les années,

c'est bien bon, cet échange de générations,

j'aime cette nouvelle ère des trente quarante ans, qui m'apprennent beaucoup,

c'est pas la peine de pleurer en se rendant compte qu'en passé, on pouvait être

à côté de la plaque,

le temps avance ses connaissances jamais des vérités,

chaque jour remet en questions des mille sujets de vie,

_

et au sujet des enfants, c'est une approche si nouvelle encore,

l'allaitement préconisé le plus longtemps possible,

l'enfant dans la chambre des parents puisque ces morts subites possibles,

c'est une autre façon pour le couple de vivre à 3,

le père si présent, comme c'est bon,

-

ma petite fille,

mis à part à ses deux jours, à la maternité, je l'ai ressentie si peu bébé,

mais uniquement comme un être à part entière, et ses yeux, son regard, yaouh, quelle

communication, quelle implication de la part des parents, quelles sollicitations,

-

c'est une petite vie qui a sa place à table, sur sa chaise haute, et pas qu'en

centre d'intérêts, mais bien plus, dans la belle envie de lui faire partager

le bonheur d'être ensemble!

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.