Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 07:34

...

Little lieu de rassemblement, pour un bien bel départ,

c'est émouvant *levivre quand il se passe paisible ses tendresses.

-

*levivre qui propage par ses enfants, le petit enfant, c'est vraiment,

-

aussi,

des trucs ressentis uniques de vie, c'est fort, c'est grand, c'est simple,

-

c'est la vie!

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 22:10

...

La toto ses sacs à dos, dort avant le départ demain matin,

vers eux trois,

des moments tendres forts pleins à saisir à lesvivre tout de près,

eux trois,

c'est incroyable, mais quand on n'a pas le choix,

on prend ce que *levivre donne, quand la distance sépare...

d'eux trois,

et ce qu'elle offrira ces trois jours, c'est tellement plus précieux encore...

-

Aimer c'est aussi bon que cela peut être douloureux,

-

et comme tenter être heureux le plus possible, est un bien bel défi,

cela aide, infiniment, si les pires de *levivre pointent leurs bouts de nez...

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 22:19

...

C'est bien bon de se serrer ses plumes, tout de contre, cela réchauffe,

ce petit lieu est une force, il a permis de prendre radicelles, ici, dans cette région,

*levivre d'avant est si loin,

et pourtant ceux d'avant, y sont,

-

l'identité, l'amour, l'amour encore, l'amour toujours, l'amour jusqu'au bout du bout, l'amour cela fait du bien, cela apaise tellement d'aimer son au delà, en dépassements extrêmes...

cela aide pour se regarder, autrement, jamais vu,

*levivre, ses découvertes, et déjà celle de soi,

-

c'est magique, c'est précieux, c'est singulier,

-

c'est incroyable *levivre, la vie, le vivant, c'est immense, c'est le flou, c'est le voir, c'est sans fin, enfin presque...

-

l'instant est si long quand il est beau, et remplit toute une vie, de jolis,

les souvenirs si grands inoubliables, dans les deux paumes aimantes, d'un comme çà, sans calcul, à juste aimer aimer, cela étonne souvent, aimer c'est cette douceur cette chaleur cette fusée qui propulse tout au fond de son âme pour sevivre vivant...

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 21:47

...

Le réveil avant l'heure de la sonnerie, tendrement en profiter encore, accueillir le jour, et puis une mise en route ses simples, pour le jeune homme autiste,

il accepte même une courte manucure, avant le départ dans deux jours, juste un dérapage, ses lunettes que je vois par terre, un lancer d'un geste agacé peut être, il s'empresse de les ramasser...pas vu depuis longtemps un jet intempestif...l'émotion du week de quatre jours à venir, avec sa nièce, celle d'une remontée dans le nord, annoncée hier, pour Noël?...

comment furent possibles ces années en crises si immenses de départs le matin, il y a quatre ans, en jeune âge, où il fallait guider tant et tant, encaissé toutes les violences,

j'ai aimé tout simplement...fort de fort...impossible de faire autrement...l'énergie a suivi, comme çà...

8H35, il sort de la voiture, il souhaite prendre finalement le sac de vêtements choisis pour partir chez sa soeur, il m'avait demandé de le porter au foyer mais IMPOSSIBLE pour moi, un RV 9H,

-

et la Toto se surprend à danser ses tendres, à chanter si fort, le soleil, la liberté, un RV prévu, puis le marché ensuite, le vide agréable du rien de prévu obligé,

-

et ce soir, 20H25, douze heures après, sans le faire exprès, la rue, la Toto croise un locataire, puis voilà le Foyer, la cafétaria vide est allumée, je glisse une enveloppe dans la boîte,

et la Toto repart ses arabesques, sur la quatre voies, de la musique envole, le coeur apaisé apprécie sa soirée douce à venir...

-

la soirée fut, elle est encore,

une amie du Nord cet après midi, ma mère hier, une amie d'Ouest ce matin, des lectures, pas seule, seule, selon le moment,

c'est tendre ce soir et c'est bien, la chaleur de ce premier mois d'Automne,

on remonte à trois, dans deux jours,

-

le dos du pull est terminé, ce soir ce fut le repos des doigts en clavier leur plume tendre, c'est si bon d'écrire en amour...

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 12:58

...

Il reste dans le coeur joli,

les bels moments au Croisic, ce samedi après midi,

sur la place de Pontchâteau dimanche midi, avec le jeune homme arrivé seul, de son foyer,

à la Roche Bernard, ce dimanche en fin d'après midi,

de grands moments, de beaux rendez vous à pleine frimousse, avec,

*levivre,

-

il reste, cette balade vers le phare, au Croisic, cette mer haute, les kawaks de mer, les marins, les petits enfants en vacances, les plus grands, beaucoup de monde, un sandwich, le café, à nous deux,

il reste, ce soleil si fort, son épanoui intense, à mon fils, à nous trois prendre un café, puis un autre, à marcher dans des rues, à parler, à le faire avancer encore sur le chemin de sa pensée à lui, à l'ouvrir, le faire découvrir, sans cesse, et comme c'est bon,

il reste, hier en fin de journée, de la fatigue après le repas, un café, devant la Vilaine, ses bateaux, la terrasse pleine comme en Eté, il fait si doux, une saison ne signifie plus grand chose, tout devant le soleil qui descend, il est 18H de la nouvelle heure, il se couche le soleil et si rouge si éclatant, il brûlait à midi,

-

c'est heureux qu'il y ait ces moments de fêtes, ces instants de belles grâces, à tant, à trois, à deux, seule...

Repost 0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 14:26

...

Le coeur par ses tamtams parle de mots fort justes,

c'est bien bon de l'entendre son palpitant vivant.

Il ressent ce qu'il vit, survit, ou se revit,

pour le moment de s'être dans la grâce du ciel,

qui décide de tant...

Et quand il reste enfant, à aimer aimer tant,

à être aimé aussi, son dessin doux incite,

à aimer plein de gens, leur coeur enfant dedans.

Repost 0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 12:10

...

Il a été créé tellement puissant, le désir de procréer,

pour que l'humain puisse peupler encore et encore la planète...

et même si juste l'envie de l'art d'être amoureux, un certain art de vivre,

il y a quarante ans,

il faut bien se rendre à l'évidence, que ce désir d'enfant fut si incommensurable,

quand il pointa son sens de vie...

-

Tout ce parcours derrière...

en parents, l'art d'être amoureux s'en prend plein de pleine face habitée par les enfants...

SOUVENT!

-

Cela sauve de ressentir,

plus fort encore, cet art d'être amoureux, cet art de vivre visé,

cela remplit de bels rêves, de tournicotis tendres, cela propulse *levivre,

-

dans le merveilleux de se laisser conduire par soi, avec son gouvernail,

dans son canot à mener le plus loin possible, envie de vie à vie...

Repost 0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 09:07

...

L'horloge chante ses secondes en haut, le bois ne bouge pas, il en jaunit ses bels, le rare brin d'herbe soupoudré de feuilles, se donne un air de vert, de jaune, c'est qu'il en a vu entendu respiré mon brin d'herbe de vie,

de toutes les couleurs de la vie,

et *levivre qu'il en reste, mais comme il est tendresses, mais comme il est puissant de ses sensibles immenses, mais comme cette force de vie si douce et si tranquille, permet d'envisager bien des ans aérés, pour en aider des autres, comme çà sans le faire exprès, dès que le hasard dessine de bien belles rencontres,

sur ce chemin tracé, mais que je signe aussi de mes coups de folies, de mes désirs puissants, de mon envie sa folle de l'aimer cette vie,

par ce regard aimant, qui aime chaque beauté, chaque bon, le plus possible le plus,

c'est bon d'être vivant.

Repost 0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 08:47

...

C'est si bon de se ressentir à sa place, un peu bien...

Un pot hier, pour fêter les excellents résultats de la vente de brioches,

en seconde position en ce qui nous concerne...

Une action ponctuelle annuelle, en ce qui me concerne, en bénévole simple, non engagée;

C'est si bon de se ressentir à sa place, si bien...

Quelques mots à la présidente, dont le fils autiste, à l'arrivée,

quelques mots à elle, à mon départ:

- il est le seul responsable de l'action Brioches, je fus bénévole les deux jours,

et ce qui m'a fait chaud au coeur, au delà de l'argent récolté,

c'est de faire passer cette nouvelle pensée, cette approche éducative proposée pour la personne en situation de handicap,

là, je suis là, vous pouvez savoir que je suis là, je veux bien vous aider dans ce sens,

transmettre en témoin qui a vécu de plein de réel,

que la bonne prise en charge, sauve la personne en situation de handicap, des biens pires.

C'est si douloureux de pas me trouver à sa place si mal, tellement...

à ce petit discours, à ce pot, ensemble, en parents, bénévoles extérieurs.

De telles détresses à entendre, je n'en suis pas capable de les entendre. Cela me fait trop mal, car des parents menés par le bout du nez, ont tant fait confiance aux pros d'une génération passée. C'est un noyau costaud de parents qui se soutiennent comme ils peuvent, mais j'ai besoin d'oxygène, d'ailleurs, de fraîcheur, de sons doux, de beautés à découvrir, en ce qui me concerne.

C'est si vivifiant pour son sens à soi, qui mérite d'être aimé, à sa place,si fort...

de suivre son courant de pensée à soi, sans se laisser étouffer, envahir, dévorer, par des chagrins alentour pour lesquels on est impuissant. C'est impossible en un claquement de doigt de changer une pensée en face.

C'est si essentiel, ensuite, seule, si égarée, sans place, tant de temps...

de louper une sortie, de prendre la troisième ensuite, de traverser la campagne, ses noirs ses jolis, cette Nature si forte, pour aérer cette heure et quart, de respirer, expirer, inspirer, se sentir revivre encore, yaouh, comme c'est bon, essentiel, magique.

C'est merveilleux, ce matin, de sortir vers le bourg, bien à sa place, ici, pour le moment...

d'aller chercher le pain, à la boucherie, lâcher prise s'envoler encore et encore, rêver les yeux leurs tendres, pas résignée, pas en attente, juste dans un joli courant choisi pour presque tout.

C'est si souvent Youpsdegloupdepoufdeouf, que m'être en poésie, ma place si tendre, la majorité du temps...

c'est bon où cela place, laisse de jolies traces,

*levivre en amour, son parcours, c'est si léger souvent, de *levivre ainsi fait.

Repost 0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:10

C'est immense de ne pas être seul, de savoir que quelqu'une est sur la côte, à trente minutes, en semaine dans le bourg,

cela permet d'avancer dans cette autre région d'adoption,

et c'est étrange, cela permet d'envisager de quitter ce bourg de nid cocon d'atterrissage il y a huit ans, de partir plus loin peut être, un lieu neuf, à habiter à vivre à se ressentir si autre si en besoin d'autres parts, cela prendra le temps nécessaire, son jour le jour, ce lieu est un petit ravissement pour être...

C'est émouvant d'être ce papillon qui se crysalide ses ailes, se renouvelle, vole d'autres ailes, se recrysalide,

*levivre une éternelle renaissance encore et encore,

pour ressentir que le souffle est doux, la tête sa tranquille, le chemin éclairé.

Voir les commentaires

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.