Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:13

...

et il est arrivé, et il a enchaîné avec son repas de Noël surprise, avec l'ESAT, finalement dans une vedette jaune sur la Vilaine, au départ d'Arzal, ils ont mangé, ils ont dansé, ils ont chanté, yaouh, son sourire des mille, m'a fait oublié l'appareil,

il me reste,

un puissant coucher de soleil, magnifique, des lumières sur la mer, et puis ce café bord de digue, peu de personnes, une lecture de l'Unapei,

après une lettre d'un poète, dans le milieu d'après midi, et bien sûr que l'âme précieuse serre des chaleurs leurs merveilles, d'un être cher, c'est magique de *levivre sa force de vie,

les tulipes sont belles, le jeune homme en super forme, les amarylis se penchent vers la lumière du bois, les guirlandes clignotent, celles mises à l'année, chaque jour sa petite fête, à les regarder danser,

un soir, content, les mains tiennent le menton, les paupières se ferment, baillent un peu, tellement de vie, ce jour.

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 14:08

...

Pendant sa gym, le click va se cueillir la mer, ce soleil de l'instant si il veut bien rester,

si beau depuis ce matin,

un réveil chaud, des dynamismes dedans,

c'est déjà J-21, et celui de l'an passé, il semble très très loin,

tant de matières dedans...

Le ciel est si bleu, un court temps une demi heure, pour savourer, scruter le bois, ses écureuils, voir tendrement le petit jardin, pour le moment *levivre ici, pour le moment...la joie dedans,

les images sur le sol, ramassées, avec tendresses du temps qui passe,

doucement accrochées dans l'âme du dedans, et le petit cœur artiste sur son chevalet lui, il peint il mouvemente ses accords de ces ans. Ses battements légers, ses tintements jolis,

c'est tellement bon d'être en accord avec sa vie.

Et le corps musicien se prend ses airs pour lui, et sa chorégraphie du prendre soin pour soi, Ô comme elle est jolie,

c'est si doux si merveilles de *levivre son temps dans des matières uniques qui n'appartiennent qu'à soi, loin d'être son robot, loin d'être un placebo pour ressembler à la vie,

sa vie en tout dedans qui est là que pour soi, pour marcher, se lever, mais comme c'est essentiel de se faire du bien, c'est s'aimer soi aussi,

et comme c'est émouvant, d'être amoureuse *o temps.

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:24

...

Mais comment que j'ai fait, elle se le dit souvent, et m'écrouler maintenant...

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:17

...

Le bouquet des roses jaunes leurs sèches, est à la poubelle, son triste sort,

des tulipes leurs roses frais a pris place, tout l'espace, de little home,

une nouvelle orchidée blanche brille près du petit téléviseur, sur ses paniers à roulettes,

un azalée son foncé rose, près des boules oranges,

d'ailleurs cela donne envie de le monter d'un étage, à la place des deux amarrylis,

qui monteront leurs tons de blancs jusqu'au Nord, dans vint deux jours,

comme le temps passe, son de plus en plus vite,

si le temps des enfants, il passe son temps d'enfants,

celui des petits enfants, va à sa toute allure, de les voir bien moins, de les voir toutes les six semaines, les mois, les deux mois,

quand son enfant on le voit tous les jours, son plusieurs fois par jour,

la vie elle est étrange,

c'est vraiment ses trop pleins, et ses trop vides ensuite...

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 18:14

...

On se ressent parfois un château de cartes, et puis une à une, elles se tombent, on les regarde de haut, et aussi de tout bas, on se les attrape sur le bout du nez, l'oeil se protège écarte son cil pour voir plus encore, son destin de vie, paraît il qu'on choisit, peut être, parfois, mais aussi c'est le destin qui nous choisit et c'est coûte que coûte, quand on aime...

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 17:42

...

Sans me lasser, jamais, de t'aimer...

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 14:22

...

Le petit bois ses charmes remplit des amours d'être leurs précieux.

Le petit bois ses charmes remplit des amours d'être leurs précieux.

Beaucoup de fragilités, dans ces temps un peu froids,

les irremplaçables sont tellement de chaud,

par leurs présences précieuses qui donnent des ailes magiques.

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 18:50

...

A partir de demain, juste que des images, réelles et bien en vues,

parfois, les mots s'embrouillent et sont leur bien de trop,

une image son jour, vers cet avent d'après, même si l'avant d'être laisse des indélébiles,

d'un amour son immense, son incommensurable,

il y a des raisons qui n'ont aucune raison,

car,

*quand on n'a que l'amour,

et bien,

*quand on a que l'amour,

c'est un chemin si hard, mais si beau, son essence...

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 18:42

...

Le ciel c'est l'aimer nu

Sans obligés de *levivre

Juste vivre son état pur

On fait des sacrifices

Pour accompagner la vie

Parfois elle se déroute

Ses jugements sont lourds

Et quand on reste droit

Pour soutenir l'enfant

Ensuite on est jugé

Des mille et uns défauts

C'est étrange *levivre

C'est une leçon de vie

Parfois qui pèse si lourd

En cette fin d'année

Alors que l'an prochain

Juste *levivre à vivre

Dans des chairs leurs sensibles

Sans aucun intérêt

Juste quand on n'a que l'amour

Comme unique raison*

Et ma redite connue

Pour l'emprunter tellement

Ca sert à quoi d'aimer

Pour être anéanti

Non, non,

Pour être vivant

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 16:57

...

Comme c'est bon, ce deux, rempli de ses deux sens, sans excès, qu'en beautés,

le départ du matin, si belle complicité, si grand le jeune homme autiste dans ses difficultés,

comme cet après midi, une solitude douce, le bois est si joli, l'écriture une force, des lectures complices,

sans rush,

sans trop de vide,

un fort bel équilibre, qui donne du baume au ventre, et donne aux sens cachés, le nectar d'être en vie.

Souvent bien trop souvent, des trop pleins des trop vides, chutent ou grimpent si vite,

le thermomètre du corps parfois se perd un peu, essoufflé de l'allure, d'un thermostat de *levivre si complexe d' humain, qu'une vie en autisme. Le corps a pris des ans, il faut en prendre soin, le chemin devant si beau, pour le marcher encore. L'esprit lui a appris a ouvrir grand ses cils pour ramasser chaque onde remplie d'un souffle de vie. C'est tellement bon *levivre dans l'accord corps et âme, pour frissonner son jour.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.