Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 09:37

...

Les oiseaux chantent dans le petit séjour en cet instant,

un départ vers 7H15, la musique, des danses arabesques, le corps s'ondule, se détend, le petit déjeuner sur Nantes, jolie place, très belle, la vie se réveille, un RV, une envie de rester encore, mais des CRS, une manifestation en vue, le retour plus rapide, un bref arrêt in home, avant de revenir après une table partagée avec une amie, un après midi bien envisagé, avant d'aller le chercher à 17H à l'ESAT, le jeune homme autiste, son RV chez le dentiste, et dans cette vie remplie,

cette tendresse si douce, de le regarder dehors, de *levivre en dedans, ce tranquille, cette saveur si bonne, de se ressentir vivant, si tant vivant encore...

la soirée d'hier soir à s'éteindre à 1H, on y parlait d'autisme, et pas trop mal, c'est vrai, in vivo in vécu,

et si seulement ces temps depuis 2012, allaient encore plus vite si vite encore plus vite, pas de temps à le perdre, la vie elle n'attend pas, et quand on parle d'autisme, c'est sauver au plus vite...

-

oui, l'argent il est là,

mais mal placé, dans des mains dépassées, de connaissances fausses,

il est à déplacer cet argent,

vers le rééducatif, les bons soins de bonnes pratiques,

-

j'y crois

-

qu'attendent ils?

la mort de ces puissants professionnels aux rennes de structures complètement OUT, des mouroirs, étouffoirs, d'autistes qui sont nés pour *levivre...

-

gloups youps,

une tel rebondissement,

que ma nuit belle et douce,

ce matin recueillie en l'accueillant la vie, sur un bout de cette place, un si bon petit déjeuner, les forces sont renouvelées, le dynamisme est là,

c'est comme si ce matin, j'avais trente ans de moins...

Repost 0
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 22:35

...

Je ferme la porte

Et la tenture

Puis je me dis

Et si jamais

La clé se tourne

Un pas se sort

Un autre encore

Le demi tour

Et elle est là

Elles sont là

Les hirondelles

Repost 0
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 15:15

...

Il faut *levivre pour savoir...

Une montée d'adrénaline,

quand 8H25, j'arrive au Foyer,

ils attendent tous, pour sortir et prendre la navette, ils partent...

*heu, y'a eu un petit souci!

-

gloups?!

-

*il était pas inscrit sur le cahier pour ce matin, je ne l'ai pas réveillé, il s'est réveillé seul, mais il n'a pas eu le temps de petit déjeuner...

-

gloups?!

mes yeux se dirigent avec mes pas vers mon fils, prêt, un peu agacé...et pour cause!

youps,

je lui fais prendre yahourt, pruneaux, compote,

je prends une cuillère à la cafétaria,

je l'entends, les entends, ne dis rien,

juste *une personne est responsable, celle qui n'a rien écrit dans le cahier!

-

on file, 8H51, apaisé! super RV,

super café avec un morceau de baguette toute fraîche...

puis il reparle des faits passés,

youps, vers le Foyer,

-

il dépose sa boîte,

et leur dit, qu'il est coupable pour ce matin!

-

l'éducateur lui dit que NON, ils sont coupables!

-

c'est déjà cela,

à l instant mon envoi de mail! rappel de son retour à 18H demain, il va avec moi chez le dentiste!

réenvoi de mon mail où est inscrite la nuit de Jean Sé au foyer, cette nuit, et mon arrivée à 8H30.

-

c'est heureux qu il n'y ait pas eu d'incendie cette nuit!

c'est heureux que l'hirondelle soit revenue, qu'elle se soit enfuie quand j'ai ouvert la porte ce matin,

c'est heureux que ce soit le Printemps,

c'est heureux que ses possibles compréhensions, à mon fils autiste,

c'est heureux, et comme c'est le Printemps, je me cueille un bouquet,

c'est HEUREUX pour lui, que je sois sa mère RESPONSABLE!

Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 19:14

...

Un moment fort d'adrénaline,

et si l'ESAT n'a pas prévu la navette à titre exceptionnel, comme je l'ai demandé,

et si mon fils autiste de vingt neuf ans, est sorti à pieds, comme chaque mardi ordinaire

et si il a oublié que la dame des mardis et vendredis, de la Prestation Compensatice du Handicap, en vacances

et si...

mon cœur appelle à 17H10,le portable de mon fils en messagerie, les secrétariats de l'ESAT et le Foyer, en messageries????!

le corps se calme, se dit que oui, encore une fois, l'espoir il sauve du pire...

-

deux appels encore,

-

et le OUI il est bien arrivé au Foyer, RASSURE! mais oui, quand même, on n'est que sa Humaine née! il est 18H.

-

le dernier trois quart d'heure de réunion plus lourd, évidemment!

-

c'est une telle charge de tête, que la vie, la survie de son enfant singulier fragile.

Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 19:06

...

Un bon jour, comme cela fait du bien,

à Rezé, une psychologue du Centre Recherche Autisme de Nantes, la même qu'à la première journée de formation le mois dernier,

une formation menée ce jour par une psychomotricienne, une infirmière,

et surtout la Présidente de l'ADAPEI, forte de son vraidevievécueinvivo, en autisme de plein,

et cela change tout,

et cela transmet vrai,

et cela donne envie d'exprimer, dire, entendre, partager au repas, encore, encore, encore...

-

c'est une délivrance que cette deuxième journée de formation pour les aidants,

si belle par rapport à la première journée, il y a un mois, qui m'avait mise hors de moi, souvent,

pendant, après ce jour terrible de stérilité, si triste déçue dans cette médiocre journée vide ou presque,

on est en 2016, Non?!

-

alors qu'en Parent, on ne peut qu'être en exigences, dès lors que la Charte pour l'Autisme a été signée pour respecter avec les bonnes conduites, un autiste.

Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 19:14

...

Il y a...

il y a quarante cinq ans,

je trouvais tellement, qu'avoir un enfant,

cela devait être un parcours si difficile, semé d'épreuves,

et puis, le couple, la famille élargie, le laisser seul après le décès du parent,

et puis...

il y a eu cette envie si forte de devenir mère, il y a trente quatre ans,

si fort si incommensurable, sans raison de sagesse, la folie d'une future mère,

alors...

*levivre ce chemin in vivo en autisme,

c'est tellement fou de partout, tellement de sens poussés aux extrémités de soi,

c'est juste l'amour pour l'enfant fragile qui permet de voir ce parcours en envolées si belles,

car,

*l'après soi,

c'est la big question...à vie...de vie...

et la douleur d'imaginer le laisser sur ce sol de terre, dans une pleine conscience de maladie incurable, c'est au delà, il faut *levivre pour savoir...

-

c'est pourquoi,

encore et encore, se tenir au courant,

happer des informations pour avancer encore,

peu à peu, pas à pas, penser mettre un réseau de soutiens en place,

peut être même remonter dans le Nord, ou ailleurs,

près d'un lien familial,

pour le moment, chaque soeur, vit sa part de vie qui lui revient aussi,

et cela prend beaucoup de temps et d'énergies,

-

le temps avance,

-

malgré cela,

bien peu, ont conscience, du vrai devenir d'un enfant laissé dans une institution,

-

et quand on aime la liberté, l'autonomie le plus possible,

c'est cela cette lutte encore et encore...

-

jour après jour, voir grandir sa pensée, se réjouir de ses prises d'initiatives,

de ses bons choix, de sa joie de vivre, de ses questions existentielles,

-

il faut pas croire que le confier en institution, rend libre immensément,

déchargé de son fardeau de parent aimant, responsable, à vie,

loin de là,

-

néanmoins, le foyer lui permet de grandir encore,

dans ce monde invivable, quand un parent décède bien trop vite avec un enfant petit,

un adulte encore enfant,

-

espérer de belles santés, en parents, des nerfs d'acier dans l'usure du temps,

une tête avec des étoiles encore,

-

quel régal que ces bateaux de la Roche Bernard, ce petit café, dans le vieux port, une boule de glace croquinée tendre, même si le froid gelé, un Vannes au soleil, si chaud, une giboulée si forte sur les parapluies tremblotants aux vents, des grappes de sons sur les tissus, des dégoulinis, les semelles trempées, la voiture chaude à retrouver,

comme c'est bon d'inscrire tous ces plaisirs de vie, dans sa tête d'enfant, encore et encore...

Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 18:38

...

Le soir se tombe sur ces trois jours de Pâques,

avec le meilleur de lui, le jeune homme autiste,

une fois son retour au foyer,

le rythme s'écrabouille comme souvent,

une telle présence essentielle que d'être à ses côtés,

même si parfois seulement un oeil de loin, à travers un mur,

parfois une attention soutenue plus nécessaire,

alors, l'être, mon mien, met un temps, longtime, ses presques deux heures,

celui d'entre deux...

du temps d'un vécu en autisme

au temps hors autisme ( avec encore l'autisme dans la tête )

-

avant de ressaisir un temps de tête libérée, libre,

enfin, des grands mots qu'écrire cela,

la tête d'une mère d'un jeune homme autiste, n'oublie pas,

et puis, l'éloignement de ses filles, au loin, plus vif,

en ces jours de tempête si vive si belle, à saisir,

à La Turballe avant hier,

Vannes hier,

La Roche Bernard ce jour.

Repost 0
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 12:21

...

Mon fils

Celui

J'ai envie de te confier

mes bonheurs si leurs hauts

Ô comme ils sont précieux

inestimables tant

*

Quand l'après midi de la Journée Etudes Techniques, tu es venu avec moi, chez une Dame si belle, si géniale, croisée il y a quatre semaines, notre RV écrit, elle travaillait par ici, dans un restaurant, elle a été si superbe avec toi, si généreuse, si grande de ses sourires sa patience, il y a déjà sept ans...sept ans...si gentille coach en socialisation extérieure...

Quand ses petits gâteaux mangés avec délice, et comme il y en avait quatre...ce fut bien trop dur pour toi de ne pas céder à être trop gourmand, pour une fois...

*

Quand tu étais appliqué devant les feuilles de travail plaisir, préparées par la dame de la Prestation Compensatoire du Handicap, un appel téléphonique, tu as pris ton appareil de suite, ( et quel travaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil derrière pour en arriver là ), la Dame au bout du fil, vos partages secrets, tes oui, ton aurevoir radieux...ta coach de tes mardis et vendredis soirs...

*

Quand ensuite tu utilises ta tablette, un temps dispo avant de repartir...

Quand je suis dehors devant les jacinthes, la clé de la Toto dans la main, et qu'un appel encore, de ton père, qui te coache aussi pour ce jour exceptionnel...

Quand tu dis que c'était bien, qu'on reviendra, qu'Elle te dit oui, on l'invitera...

*

Quand l'arrivée à ton foyer, tu exprimes si clairement l'agenda des jours exceptionnels à venir, ce soir au foyer, samedi dimanche, chez toicheznous, lundi mardi au foyer en mardi exceptionnel, une journée longue à venir pour moi, au sujet d'autisme encore...

*

Quand je reçois ce jour un sms de cette jeune ado d'avant, maman à présent, qui a souhaité te revoir lors de la dernière remontée dans le Nord, infirmière à présent, ses enfants de 5 et 8 ans,

elle t'a encadré, vu, entendu, couru après, haleté, en sourires...à tes 5 à 8 ans...cela fait vingt ans..

*

Mon chéri,

tu m'offres tellement des personnes si riches à serrer à me donner d'aimer, que je te dis merci,

Merci pour ta joie de vivre,

pour mes rires éclatés que tu m'offres à foison,

allez, je gomme le plus terrible, des peurs immenses en moi, quand tu allais si mal, les espoirs m'ont aidée, mon amour m'a donné force, des forces que je ne savais pas, avant d'avoir à *lesvivre

Alors, et je m'expire aspire, inspire de l'air encore,

dans une heure et demi, tu reviendras à pieds, seul, c'est aussi un si bon travail derrière, pour en arriver là,

MERCI LA VIE que d'être en vie encore!

ce soir je me reposerai, pour me ressourcer, et accueillir ce week de Pâques, en beautés, dès 11H, jusque lundi soir,

merci à tous les coachs vivants, qui ont parsemé ton parcours de mille aides, petites, grandes,

et sur le sms, cette jeune femme du Nord, dit qu'elle t'appellera demain matin, alors, j'espère que tu m'entendras à 20H quand je te déposerai: *n oublies pas d'allumer ton téléphone demain matin, pour que tu puisses être joignable.

Tu crains moins d'entendre une voix au téléphone, sans visage de chair à voir serrer de près...

-

alors?!

-

on le continue le chemin?!

-

et que oui,

je pensais m'arrêter à tes dix ans, tes quinze ans, tes vingt ans,

-

j'ai enfin compris que seule ma mort m'arrêtera sur un si joli parcours en amour si intense si passionné si fort si incommensurable,

comme j'aime aimer,

-

ce fut un cadeau de vie de pouvoir aimer autant!

-

alors mardi prochain, je continue mon chemin mien de transmettre,

il faut parler il faut dire,

si peu savent qu'un autiste a des capacités, et qu'aller tenter les dénicher cueillir mettre en avant, c'est immense de bontés à recevoir en retours,

quel plus bel cadeau que d'accueillir une vie qui s'épanouit au fur et à mesure que le temps s'écoule....?!

-

hymne à la vie, au Printemps, à Pâques, aux bontés, à la Beauté,

-

je vous aime!

Repost 0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 18:08

...

MERCI Andrée, pour ton envoi, je le partage ici.

https://www.youtube.com/watch?v=8oTh-WTVgCU

MERCI aussi pour ce partage avecJean-Baptiste HIBON lors d'une conférence,

sur REGARD et ERREUR

par http://laurentprum.typepad.com/

comme c'est bon ces chemins guidés par l'amour, d'une vie sa plus douce, pour chacun.

cela me soutient, cela me donne des ailes, cela m'invite à continuer mon chemin car en le vivant en amour en le transmettant cela me donne des bontés des ondes si précieuses en retour d'être plus vivante encore.

UNE PLACE EN AMOURS POUR CHACUN!

Repost 0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 17:27

...

Comme c'est bon de laisser reposer le temps,

reposée, tellement, comparée à il y a quatre jours,

le doux fait du bien, une belle journée avec le jeune homme,

hier,

des pas tranquilles ce jour, pas de bousculades,

de la musique tendre, des pas de danse,

improvisation du temps présent,

aujourd'hui,

terminer de rentrer des pleins d'énergies,

des ondes jolies à foison, le séjour calme,

le bourg habité de vies, il dormira exceptionnellement,

demain,

c'est une chance, un tel délice de pouvoir user de temps si bon,

c'est essentiel, fort nécessaire,

à mesure que le temps avance, le petit être se rend bien compte,

que quand il se bouge comme à trente ans, il récupère moins vite,

alors, l'âme sans culpabilité aucune, le ressentir si bien, épanoui,

le jeune homme autiste de vingt neuf ans,

permet de me faire du bien,

et comme j'apprécie,

et puis une journée lourde, mardi prochain,

mais importante à mes yeux, alors...

c'est bon de cueillir chaque graine d'amour qui passe,

et de m'en pulvériser des océans,

yaouh, comme il est bon ce temps de ce soir,

une allégresse à ciel ouvert, devant le petit bois...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.