Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 21:55

...

Quand on aime on peut parfois blesser sans rien avoir vu venir, involontairement,

est ce que c'est aimer que de ne jamais heurter la sensibilité de l'autre,

un joli moyen d'aimer, c'est peut être de partager, parler, exprimer ses ressentis,

ne pas garder pour soi quand on a eu mal, bien plus s' accomoder avec délicatesses,

tendres et douces attentions leurs simples regards de voir l'autre, en forces, et faiblesses,

comme soi par ses bêtises, ses savoirs aussi..

parfois c'est simplement une mauvaise compréhension, un ressenti que de soi

qui perçoit mal l'autre...

la communication, aimer l'autre dans ses singularités, son autre façon de regarder,

c'est aussi aimer avec beaucoup de discernements, pas d'un bloc,

et puis avoir l'envie de faire l'effort, d'aimer encore même si on a été émulsionné déçu,

c'est aussi un chemin de soi, pour percevoir encore, ses limites à accepter de l'autre...

-

vivre en autisme très jeune permet si peu le moindre écart, en mot, en geste du parent aimant,

que c'est une leçon de vie telle, pour conserver le goût d'aimer, donner l'envie d'aimer plus encore,

pour faire du bien, et parfois c'est nécessaire de faire aussi un peu mal,

c'est rude à se grandir en amour, c'est pas que du linéaire, bien plus des pics, des abymes,

en hypersensible pour soi, pour l'autre,

c'est si difficile de ne pas aimer trop peu ou beaucoup trop, la dose correcte réajustable pour

les milliards d'individus,

chacun a ses besoins, ses manques...

-

*levivre en amours, c'est cultivé un art de *levivre si complexe si délicat d'intime, si précieux.

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 18:04

...

Quelle belle journée de soleil,

même si un matin, avec cette impression de ne rien avoir fait ou si peu, car happé par des tant au téléphone, en organisations à se projeter pour ce midi, cet après midi, demain,

une connaissance du Nord débarquée, là trois jours pleins, youps, on se verra un bord de mer demain, c'est si beau à se le partager!

une autre connaissance, l'envie de me présenter une amie, mais youps, comme ce fut riche,

ce midi, ce demain riche à venir aussi...

et puis ces temps magiques, de tourner et retourner et regarder ces si jolies orchidées qui, ma foi, se plaisent si bien, ici, à la lumière du bois gentil,

little home ma superbe me comble m'offre tellement, comme le bourg d'à côté, on fait plus connaissance,

quand on change de région, on se met dans un écrin si petit d'être, tant à se nicher son nouveau berceau de soi, peu à peu, le petit poucet sème ses cailloux pour retrouver son chemin pour revenir in home, ose un pas, un peu plus, plus en corps...le réseau devenu vaste, et comme il fait du bien,

tellement d'espaces temps ici, intemporels, juste dans l'instant de s'être, mais comme c'est couconneux doux tendre et si vivant, des partages variés, sans être caméléon, mais pour entendre le monde, partager, s'étonner, oser, avancer tel, partager ses idées, se bouger, avancer,

devenir...

mais comme c'est bon, tellement,

de devenir son être tout au long de sa vie, bouger ses pensées,

avec le temps qu'il fait, celui qu'il ne fait pas, celui qui va se chercher, ou celui qui se loupe,

-

et quand mes mains se tendent, dans de belles arabesques, que le tronc il s'élance pour quelques pas de danses,

-

*levivre comme il est beau à le ressentir tant s'être, se couler en dedans, palpiter au profond, glisser de beaux sentiers sur la peau qui se ride,

-

mais comme c'est joli d'avancer son pas d'être, à vouloir se rester, se ressentir son vivant,

plus et encore bien plus...

-

s'aimer le respirer, le goûter le palper le temps ses doux instants qui procurent tant de bienfaits,

-

c'est bon d'être vivant!

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 17:42

...


Au coucher quels délices
de se sentir au chaud
comme hier soir encore

et quelle injustice
quand on sait tous ces êtres
privés tant d'un toit d'une couverture

ses enfants sans logis
la terre comment peut elle faire?
quand certains en fils d'or

veulent leurs sois précieux
autour d'un cou minable
quels monstres ces gens là

l'injustice de la vie
qui peut faire tant de mal
quand on s'est né sans chances

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 15:49

...

Ma petite chérie

Mais quelle chance on a

Quelles chances

De se revoir toi

Tes papa maman

Tata Audrey son amoureux

Tonton Jean Sé

Grand papa et Manou

-

Tes grand mère grand père

Ne t'ont vue qu'en photo

Par Skype

Et pour l'avoir testé

Il y a deux semaines

Skype laisse un goût amer

Sans la chair

Qu'en écran

-

La chaleur Humaine

C'est une essence sans égal

-

Ton gilet il avance

Et je l'aime je le viE

Je me vis par mes doigts

Qui te serrent à l'avance

-

Bels baisers

Ma chérie

Ta petite viE

Me transporte

Tes papotes

Nez froncé

Œil sévère

Ou tout doux

Je t'aime fort

-

Je vous aimE

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 15:36

...

Et la Toto part vers le kiné de ce bourg là, près du Foyer d'hébergement de l'Esat du nouveau coiffeur...

la première séance après les tchocs de fin d'année, et ceux de Novembre, et ceux de Janvier et ceux de Mars et ceux de chaque mois, presque, une année telle...

Bon, je ne semble pas être là pour rien,

et comme je lui demande ce que je dois faire avant le futur RV fin Février, vacances pour lui, formation en autisme encore pour moi...

* libérer vos épaules

* essayez de moins porter le poids du monde!

on se sourit,

je lui dis: * je tente, j'y arrive déjà plus!

-

si vrai que comment ne pas être dans tous ces pays qui manquent du simple vivre,

comment ne pas penser à eux, comment accepter ces injustices...

-

IMPOSSIBLE!

-

cela m'est impossible...

j'arrive un peu mieux, à parfois voir mon chagrin me dégouliner, et pas me rentrer dedans

en me tatouant si fort si fort de fort, en me laissant inerte, abattue, sciée sur place...

-

comme il faut parcourir sa vie telle,

pour un jour de belles grâces, se ressentir hypersensible mais encore capable de goûter

aux beautés de la vie, plus et plus encore, d'en faire part, d'aider d'autres pour y parvenir...

-

chaque être humain mérite le beau de la vie,

qu'importe son statut, son sang, sa couleur de peau,

-

CHAQUE ETRE HUMAIN MERITE DE LEVIVRE SON PASSAGE ICI BAS!

-

je vous aime, sur vos chemins...

-

l'égocentrisme peut faire tant de mal, c'est si bon de se partager d'AIMER...

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 15:27

...

A la sortie du coiffeur, le coeur si plein de belles choses, cela fut au delà de mes espoirs,

MAGIQUE de lui, quelles victoires,

et puis sa soirée, dans l'autre bourg, son départ ce matin à pieds vers l'ESAT, même si 1 degré,

la vitre de la Toto tout blanc joli, le coeur, mon coeur son coeur nos coeurs si chauds,

une résidente du Foyer d'Hébergement passe, la Toto lui demande si elle veut monter...*Ô oui! il fait si froid...elle a fait deux tiers du trajet,

mon gars a un tiers à faire, il est loin devant, dans le sentier,

on papote...

je lui dis que c'est chouette de marcher le matin,

elle me dit que c'est génial d'entendre les oiseaux,

alors que ô de oui, comme j'aime ce qu'elle dit:

*un de mes projets de vie, *faire voir entendre que la beauté des plaisirs des gratuits des les voilà

tout à côté juste là, à saisir à prendre...

Je la dépose, repars avant l'arrivée du jeune homme...

lui téléphone 5 mn après: * J'ai accompagné Allison, et toi c'était bien.

* Oui! on se revoit quand?

* Vendredi

* Et mon ordi et ma tablette?

* Mercredi et vendredi prochains! ( pourtant il sait! )

* Bonne chance!

Je ris aux éclats...

* dis moi Bonne journée!

*Bonne journée, Anita...( et quand il me dit cela, c'est pour me faire rire encore, il sait

que j'aime, quand il m'appelle ainsi, souvent je l'appelle Robert, comme dans le jeu

de Qui est ce?!

-

Chouette départ de jour, mais quoi souhaiter de plus?!

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 13:50

...

...
...
...

Un silence assourdissant, comme la tempête, sa fin, son bout d'elle,

et puis déjà ce vilain son de souffle de vent rude...

Un lourd moment où tout s'arrête, se fige,

-

on est si petit devant la Nature sa puissante.

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 13:35

...

Incroyable,

cette forte bourrasque dans le hall extérieur, et puis ce souffle lourd qui dure,

et brutalement la pluie en paquets d'eau, et puis la grêle contre la vitre de la cuisine devant,

et le volet tenu qui tremble, des éclairs, un orage, de la grêle grosse,

une accalmie courte pour fermer le volet,

un bond vers le bois derrière,

Impressionnant,

vu de la table d'écritures, cela semble encore pas mal paisible, mais en venant tout près de la vitre, des éclairs encore, une énorme branche tranchée net gît sur le gazon entre le bois et les jardins,

Incroyable,

de voir ses gros troncs au bois que j'aime, bouger depuis le sol, très fort,

en cet instant,

une rafale immense,

la peur de devant, ce volet au dessus de la pauvre Toto,

inspirer, expirer, ce n'est que du mauvais temps de giboulées de Mars, deux mois avant...

mais plus longues, plus vives, plus en jours qui se suivent, la copine née ici n'a jamais vu une tempête qui dure autant...

-

cette page d'écritures en pensées pour les sans abris, sans plus de pays qu'ils ont fui,

25 réfugiés arriveront ici, dans ce petit bourg, déjà 5 cette semaine sont arrivés,

et cette tempête du dehors si impressionnante, n'est rien, si tant de riens, pour eux, qui ont

tout laissé derrière, et se retrouvent à la merci des chances de vie, des bonnes volontés...

-

impossible l'oisiveté, l'ennui, le désespoir pour des riens, il y a tant à faire pour ceux qui manquent des essentiels, leurs aimés, un toit fuit pour *lesurvivre,

mais quelles vies brisées,

mais elle est folle cette vie à *levivre,

-

alors usons de poésie dès que l'instant le permet.

-

d'un je vous aime tendre, comme çà, ma plume à ailes sa passion belle entière...

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 13:06

...

Des rafales très fortes encore, des tombées d'eaux copieuses, y'a pas, le ciel est dans tous ses états depuis trois jours,

des francs partages encore ce juste avant midi avec deux copines, cela fait du bien, son gilet à Imani détricote de jolies humeurs en intérieur pour elle, et comme c'est bon de voir cette laine

qui prend ses formes,

une averse immense dans les instants de l'écrire son direct, cela coule de partout,

little home respire tendrement, le coeur est paisible, c'est bon, c'est délicat, c'est tendre...

Ces temps à traverser, à *levivre, sont faciles, sans trop de trop pleins, alors...

chaque seconde pour *levivre, s'apprécie avec la légèreté de goûter ) ses grâces de vie qui

libèrent de lourdeurs gigantesque..

Y'a pas...

mais comme elle fait du bien quand la douceur de vivre...

même si à la seconde, une rafale dans l'escalier, le souffle d'un vent si fort,

le petit bois est pourtant assez immobile,

ce sont de brusques coups de vent, inattendus, comme çà, après parfois de longs moments

de vide de souffles, de silence,

et puis la tempête s'entête à rester encore, c'est ainsi, depuis trois jours,

les volets derrière renforcés par une tige supplémentaire, tiennent bon,

celui de devant moins exposé, et pourtant resté fermé hier, est ouvert aujourd'hui, et tient...

-

c'est bien dans ces coups de déluges de vie, dans son intérieur, parfois, qu'il faut aimer rester debout, coûte que coûte, avancer plié, à genoux, le dos courbé, s'allonger parfois se reposer, et se relever,

*pour aller recueillir la vie dans ses paisibles ses calmes ses ondes positives, et comme elles sont nombreuses,

quand on s'aime vivant de vie à puiser sans s'épuiser d'inutiles, en tournant son regard, vers

de la vie, des envies, de la vie à sauver, des aides ponctuelles, une main, un sourire,

-

ma vie qui est contente de l'accueillir ce soir, le jeune homme autiste ce soir, il va inaugurer une nouvelle coiffeuse de l'autre bourg, un grand moment à venir, mais cela devrait aller,

allez, cela ira, mon optimisme m'habite actuellement, et je m'en sers à m'en saouler.

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 17:24

...

Ce jour tombe doucement, comme il s'est ouvert tendre, les oiseaux,

ses parts à cueillir avec les deux petits cafés, pommes chocolat,

ces gens autour du bourg d'à côté,

cela a ce côté étonnant, d'être si près d'inconnus, tous les proches au loin,

c'est l'absurde d'une vie d'être isolé de ceux qu'on aime,

mais faut croire que cela a un sens aussi...peut être...

et puis cette tempête, heureux les volets avec leurs deux fermetures costaudes,

cela souffle tempête fort ici, cela ventile aussi ses bords de mer, la mer déchaînée mon coeur tel,

le pouliguen la baule samedi, la digue de st nazaire la roche bernard dimanche,

mais qu'est ce que cela soufflait...en dehors en dedans...

le jeune homme autiste au mieux de lui, lui en l'état de lui,

du travail et du travail, de l'amour si fort de fort encore à lui donner d'aimer,

comme avec un ado...pas de trop près pas de trop loin,

allez, je suis encore modeste,

c'est plus simple qu'avec un ado, qui a un frère autiste...après leurs vécus ensemble!

allez, je me trompe encore,

cela n'a rien à voir avec un ado, *c'est un jeune homme autiste,

et moi dans tout cela?!

*j'ai choisi *levivrebel le plus bel dans mes possibles si limités, ma liberté que je trouve incommensurable après ces tant d'années derrière, pourtant tant en liberté vraie, au plus profond de mon intime, pendant toute ma vie...

alors cela va au mieux, je fais tout pour...

JE M'AIME c'est déjà cela! c'est tellement!

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.