Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 22:49

...

Le formateur, psychologue, me fait tant penser aux psychologues du Centre de

rééducation autistique du Nord de la France,

le même que l'an passé, mais je ne me lasse pas,

sa transmission est vivante, touche aux essentiels, comme c'est bon,

de gravités, de francs rires éclatés, de vie de vie de vie à sauver...

ce midi en partages privilégiés à partager à cinq avec le formateur,

un sandwich à la main, la cantine du collège fermée le mercredi,

pour tenter d'aller plus loin encore,

impossible de m'épuiser ce jour, je me sens tant vivante...

Nulle envie de sortir manger dehors pour parler d'autres choses.

Demain, le dernier jour, déjà, dommage,

et puis cette envie de transmettre qui me trottine la tête,

ce vécu en autisme pendant vingt neuf ans,

ces formations superbes de connaissances sur les perceptions sensorielles en autisme,

d'autres enfants, méritent des bons soins.

C'est si beau l'Humanité d'être...un tel sens vivant de vie...

ahhhh, *levivre...

Repost 0
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 20:40

...

Quand je l'appelle, ma fille

Pour ses vingt neuf ans

Elle me dit que son frère jumeau

Mon fils autiste l'a appelée

De son Foyer d'Hébergement des quatre nuits

Cela me touche, pour elle, pour lui

Comme me remue cette formation

Tenter au maximum d'avoir cet oeil Humain

Aimer peut sauver tellement

Avec de bonnes pratiques

Pour les aider dans le bon sens

A gagner en autonomie, en capacités, en Existence

Repost 0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 22:35

...

Comme c'est à la fois

Délicat et incommensurable

La pubication son édition

Quand un écrit paraît

Se donne à lire par d'autres

C'est sans mot

Tant c'est son fort de fort

De vie à *levivre dans *lelire

Repost 0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 22:15

...

Une belle formation encore ce jour,

en autisme,

et comment dire?...

combien j'Y SUIS aux anges, en amour,

comme je m'aime en amoureuse en amour,

au plus près au coeur Là, TANT Là,

d'un je vous aime vrai...

C'est pas rien d'y être,

déjà pour transmettre des mots de vécus vrais,

comme ceux du psychologue qui sait de quoi il parle,

puisqu'il le vit de fort près,

mais en parent, la transmission, mais comme elle est jolie aussi.

Je m'aime à ma place Là, ces jours de cette semaine...

-

une formation d un jour la semaine prochaine à Rezé,

*l'aidant familial dans un vécu en autisme

à découvrir aussi,

c'est ce qui est le plus diificile, non?

de tenir dans la longueur des jours, un parcours en autisme,

et *levivre son spirituel donne des élans qui surprennent,

et peuvent donner des ailes à des surprenants courages,

inattendus, inespérés, au delà de bien des espérances,

et c'est chouette de vie! dans son ainsi faite! autant l'aimer en complice sa vie!

Repost 0
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 20:55

...

C'est incroyable, l'amour,

quand cela prend toute la place,

ses trois jours, en amour, en manou, en maman,

ses 1 an, leurs 29 ans, et 32 ans,

-

aujourd'hui encore,

en formation en autisme, St Nazaire,

la nouvelle chef de service du Foyer,

comme cela bouge, enfin plus encore,

j'y retourne demain, trois jours,

Ouf ce formateur 2016 de St Malo comme,

cette Equipe Sacrée du Nord de la France,

quand on est amoureuse de la vie,

plus encore, au delà,

en plein coeur, qu'en amour...

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 17:27

...

C'est si bon une présence dans ses délicatesses d'être...

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 17:09

...

« Il y a ainsi des gens qui vous délivrent de vous-même - aussi naturellement que peut le faire la vue d'un cerisier en fleur ou d'un chaton jouant à attraper sa queue.
Ces gens, leur vrai travail, c'est leur présence.
Aimer quelqu'un, c'est le dépouiller de son âme, et c'est lui apprendre ainsi - dans ce rapt - combien son âme est grande, inépuisable et claire.
Nous souffrons tous de cela: de ne pas être assez volés.
Nous souffrons des forces qui sont en nous et que personne ne sait piller, pour nous les faire découvrir.

Bien peu de gens savent aimer, parce que bien peu savent tout perdre. Ils pensent que l'amour amène la fin de toutes misères. Ils ont raison de le penser, mais ils ont tort de vivre dans l'éloignement des vraies misères. Là où ils sont, rien ni personne ne viendra. Il leur faudrait d'abord atteindre cette solitude qu'aucun bonheur ne peut corrompre. »

Christian Bobin.

Qu'ils sont jolis ses mots...Annick

(...)

"On peut donner bien des choses à ceux que l'on aime.
Des paroles, un repos, du plaisir.
Tu m'as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m'était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore.
Ma maison mentale, ma maison de coeur était fermée à double tour.
Tu as cassé les vitres et depuis l'air s'y engouffre, le glacé, le brûlant, et toutes sortes de clartés."

Christian Bobin

Comme c'est bon de le lire, comme cela fait chaud au coeur, ses mots.

***Il y a des présences dont on ne peut se lasser,

la solitude si grande devant une telle présence au monde, *c'est glacé et c'est brûlant...

Il y a de l' amour que nul mot pour écrire, il faut *levivre en tout de soi pour savoir sa grandeur.

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 14:40

...

Oui, un îlot de fraîcheurs, de bonnes choses pour le coeur, de douceurs,

de tendresses, d'élans bels, de spontanéité délivrée de toute obligation,

comme c'est bon, c'est chaud, c'est bien grand de liberté,

-

mes jours libres je vous aime,

-

comme ce jour encore...

-

demain un autre temps,

pour *levivre le temps d'aimer avec des délicatesses de coeurs, de la vie à donner,

et c'est tout un programme...dès demain, précieux!

-

Cet instant il se vit comme il regarde dehors, comme le ciel est bleu, comme la paix est

-

-

Merci

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 14:35

...

De la neige au réveil, une nuit un peu lourde dans ce vécu en autisme,

qui emprisonne bien au delà de son propre décès,

alors, le bourg, des pas, des papotes, deux appels,

la télévision marche à nouveau, coupure de trois semaines,

un boîtier défectueux, mon troisième appel a eu raison de mes mots fermes,

vigoureux, sans aucune possibilité de faire le nécessaire, au plus vite...

-

Quand il le faut, c'est essentiel d'hurler son besoin d'aides...

tant croulent sous le poids de contraintes, de prévus, de tempête et ses dégâts...

-

mais son petit soi, c'est bon d'en prendre GRANDEMENT soin!

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 14:27

...

y' a pas,

mercredi matin, chez l'orthophoniste, son bilan dans les mains,

puis le café, son achat à l'épicerie,

et vers le Dr Delouvrier, à St Herblain, 11H...

RV propulsant encore, cela soutient, cela donne des ailes.

-

et aussi cet élan là, actuellement:

du temps du vivant du parent,

le parent peut choisir d'être le coach, les coachs attentifs, vivants,

pour tenter oser équilibrer le plus possible la vie de leur enfant.

-

peut on attendre de la fratrie, autant d'attentions, autant de disponibilités,

autant de présences de chairs,

peut être pour certains,

ici, avec l'éloignement, pour le moment...peut être un éloignement plus

grand encore avec le temps, qui sait?

Alors, penser imaginer, se triturer chercher de construire un réseau

de liens, des coachs au cas où, en cas de nécessités,

pour le devenir de la personne fragile, si des angoisses,

dans des temps de lourdes précipitations...

-

l'argent résout si peu,

c'est le coeur, l'attention à l'autre, le respect, la transmissions des plaisirs de vie

en permettant qu'ils se vivent...

qu'un être fragile peut, peut être, ne pas basculer dans un sentiment de total abandon!

-

Alors, merci à ma vie, quand elle me confie des belles libertés pour ressourcer les

batteries, c'est qu'il en faut des milliards de piles,

dans un vécu en autisme, quand on ne peut s'empêcher d'Aimer,

et c'est fort bien comme çà!

-

Demain dans la peau de grand parent, plusieurs jours...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.