Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 16:36

...

C'est difficile, voir impossible, un chemin en autisme, en parents,

l'un avec ses souffrances, l'autre avec les siennes,

celui qui peut, l'autre ne peut pas, les choses s'emmêlent,

et quand séisme, tsunami, inondations, tremblements de terre,

-

essentiel de retrouver l'équilibre, fort vite, de suite,

la personne en autisme ne peut supporter le mal être,

-

ne pas céder à la facilité de réagir par de la colère, mais bien plus en diplomate, toujours...

-

et quand sauver de la vie, de la vie, de la vie, reste un défi essentiel, vital,

clamer qu'une communication saine, sans opacité, est essentielle avec les structures,

-

dans un drame de vie, se délester de lourds, reste plus léger,

et attendre avec patience qu' un RV, un mail, qui ont déstabilisé,

se vivent en intérieur avec le temps passé qui atténue les brûlures.

-

L'autisme exige une telle vue d'oeil ouvert, et pas dans n'importe quel sens,

encore moins avec un oeil de parent en souffrances.

Il faut tellement cette force vive à renouveler sans cesse, sur un parcours long si long jamais fini.

Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:12

...

Le corps a expulsé des stress violents, des peurs intenses,

il a repris ses forces, son regard de miel, il est heureux de ressentir en amour le fond de ses yeux, et comme il est content de ne pas avoir cédé à répondre à des mots dits dans la colère, sur ce chemin en autisme, si éprouvant, pour faire le moins pire possible,

-

et comme on ne peut changer quelques personnes,

et comme on ne pourra jamais changer le monde,

-

comme cela reste bon de *levivre pour le meilleur, de se mettre des jolies parures de matières de vie si riches que cet or est aveuglant et dérangeant pour celui qui n'aime pas,

alors sauvons ce qui est à sauver, encore et encore,

son humble, ce qui peut se faire...

et si chacun s'agite de belles attentions autour de lui, de belles parties du monde peuvent surgir comme des îles précieuses,

et au plus elles sont nombreuses, au plus elles feront chavirer des canots de sels noirs.

-

c'est tellement vrai que quand on aime, on se ressent inattaquable, parfois durement touché, c'est vrai, mais la force qui en ressort encore,

yaouh, cela méritait de sombrer un peu...

-

un blockhaus, non!

mais dans un écrin inébranlable de plus en plus, avec dedans des sels de vie si précieux!

Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:04

...

Un week qui a allégé au fil du temps de samedi à dimanche soir,

il en faut du courage pour relativiser et prendre distance avec la souffrance,

et bien plus garder l'oeil ouvert, sur ce chemin en autisme,

puisque le plaisir de vie est d'abord à serrer de près au plus près encore,

bien plus qu'entendre quand il s'agit de Loi, mais quelle horrible mot,

pour des personnes, pour l'Humain,

quand une décision est bellement sortie de réflexions d'attentions humaines, j'accepte,

mais nulle envie de me mettre à genoux, devant, une espèce machin truc de pouvoir, de domination...

-

le seul décisionnaire, reste le parent, à vie, tant qu'il est en vie...

-

j'ai beaucoup souffert la semaine dernière, mais les joies c'est plus fort que moi, c'est elles que j'entends, c'est pour elle que je me lève, c'est pour cette lutte vers le meilleur sur ce chemin en autisme que je me vis, c'est l'amitié profonde qui me donne des forces immenses, c'est l'amour qui me guide l'oeil ouvert,

-

et cela me va ainsi fait de *levivre, ainsi soit-il?

-

et il y a ce visa qui ne vient pas, de l'ambassade du Cameroun, peut être demain?

et une grande amitié en amour, mais comme cela fait du bien, mon chaque jour de vie, sans jamais oublier, pas un seul jour de ma vie en vie!

Repost 0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 08:02

...

Son retour serein hier à 16H, à pieds,

à nous trois avec la dame de la PCH, puis son aquagym,

seul, presque, il se gère de l'arrivée à l'accueil jusque la sortie, habillé,

elle l'attend dans le hall,

-

une soirée tranquille,

-

il partage, il nous dit, c'est si bon de l'entendre dans son plus près,

comment pourrais je trouver cette JOIE en tâche dure,

je l'aime,

et l'amour permet tant de traversées parfois si douloureuses,

-

quand une âme aime aimer, la vie semble déjà tellement plus facile.

-

son atchoum à l'instant, il se prépare,

de la vie, de la vie, de la vie.

Bel week pour chacun en amour.

Repost 0
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 12:03

...

quand on a des bâtons dans les roues, sur son chemin en amour,

cela défie tout mot juste pour l'écrire, la souffrance ressentie,

-

deux jours après,

trois jours après,

quatre jours après,

-

la souffrance doit être quelque part, sans aucun doute,

bien qu'elle s'est vidée, par divers moyens,

et puis, déjà, ce mail n'est pas fait, pas écrit, tellement repris avec le temps qui passe,

pour écrire le plus juste, sans le trop, le pas assez, juste de vrai vécu.

Le week à venir, on l'espère aérien,

pourtant si peu libre, quelque part, *si c'était possible... Evasion, Oubli des tant, Vie entre parenthèse

mais le week à *levivre encore et toujours, qu'en amour, je l'aime bien à l'avance, si fort,

en prenant soin de moi aussi,

allez, on se gonfle le ventre, on inspire,

on rentre le ventre, on expire,

la main douce sur le ventre, son complice, son nid, son lieu des enfants avant que d'être nés,

on se prend soin, on évacue,

-

on tente la sortie des stress, des airs nauséabonds de personnes alentour,

on se piquouze de l'air de Printemps, les hirondelles je les aime, les myosotis plein le jardin, la tête libérée aujourd'hui, presque comme si une semaine tendre depuis cinq jours,

c'est incroyable comme le cerveau peut se tatouer des meilleurs, même si des tragiques cette semaine, et comme le cerveau dispo, le volant de soi entre les mains, c'est bon, c'est déjà cela...

pas libre totalement, mais un peu, c'est déjà cela...

POUR LE CONTINUER CE CHEMIN EN AMOUR QUE J'AIME!

-

et tant pis pour les faiseurs de mauvais, je les ai presque oubliés déjà,

*car L'Oeil Ouvert pour Aimer, *levivredoux, j'aime, par dessus tout...

-

suis je devenue enfin, blindée?!

même si ébranlée quelques jours, pour repartir, plus forte encore...

Repost 0
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 11:47

...

Quand Elise Lucet, exprime ce midi, puisqu'elle doit partir...

* l'Art a cette manière de dire les jolies choses.

-

enfin, de tête cela doit ressembler à cela,

le contenu est bien là...

c'est tellement bon de bien de bel de partager le meilleur, le joli, le constructif,

en amour, en amitié, en santé, pour toucher au BONHEUR!

car les joies ne s'achètent pas, et quand elles sont, c'est si bon de les mettre en vitrine...

MERCI A VOUS LES ARTISTES, du bout de vos doigts purs...

il est tant sans sens ce monde d'apparences,

qu'il faut secouer si fort, faire tomber les étoiles,

quand on est né pour vivre un destin en autisme.

Apaisée de me retrouver,

après ce gros rush cette peur en détresses telles il y a trois jours, certains arrivent à nous atteindre si violemment...

Alors, vous, la tendresse, la bonté, l'Humanité, je vous embrasse, en amour éternel qui me vit...

Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 13:50

...

Aimer c'est

Empêché d'aimer

D'aimer quand m'aime

Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 13:34

...

Quand son soir d'il y a deux jours, le noir XXXLarge,

c'est bon de s'en dévêtir à mesure que le temps passe,

en patience de se récupérer vivant, plus vivant encore, peut être,

de se réveiller son déjà mieux, en fin de nuit, son si tôt dès cinq heures,

et de rouvrir des tiroirs leurs jolis, de s'en habiller d'être,

pour démarrer son jour bien mieux,

-

il faut croire que *levivre c'est aussi mordre à la poussière,

histoire de savoir un peu bien à l'avance, la consistance si loin à des milliards de vrai de tout réel,

quand cette extrême solitude en fin de vie, pour tant.

-

pourtant, les jolis les meilleurs les doux les tendres les roucoulous,

aident tant à avancer son bien être, son mieux, son énergique.

-

et puis le blanc SLittle aussi petit soit il, ainsi soit il, j'aime bien mieux.

Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 10:01

...

Deux jours et demi après une tête si chargée, un jour après l'explosion d'un parent en souffrances, une demi journée après un mail du Foyer d'Hébergement qui émulsionne le cerveau,

avec la distance, en patience du temps,

c'est bon de penser y répondre ce soir, en force tranquille, à ce mail, son chargé contenu de tête avertie.

-

c'est bon de se ressentir ses paisibles, quand tant fut fait en arrière, quand c'est essentiel d'avancer avec courage encore sur le chemin d'aujourd'hui, avec le Foyer d'Hébergement, quand les valeurs du parent qui priment, sont le respect, l'écoute, la liberté le plus possible, le prendre soin le meilleur possible, pour la personne dite soi disant adulte, une personne fragile exige toutes ces attentions HUMAINES,

pour ceux qui sortiront de l'IME dans quelques années, il est question de créer une structure pour accueillir les personnes avec Troubles du Spectre Autistique,

-

en attendant,

c'est vital et cela reste meilleur de veiller au meilleur grain goûteux à se croquer délices, puisque le non agir en parent démissionnaire, peut nuire à la personne en situation de handicap.

Et ce qui est incroyable,

mais où sont les parents?

et je ne parle pas de ceux qui ont quatre vingt ans...

-

Pourtant une confiance relative n'est pas démissionnaire de son devoir de parent, en amour, et la prudence en œil ouvert reste jolie, importante.

Comme quoi, encore et toujours, c'est fort essentiel de bien réfléchir avant de mettre un enfant au monde pour devenir son parent...A VIE!

Repost 0
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 15:18

...

il y a ce *chargé de tête, l'envie de ne pas rester seule, un appel téléphonique, une amie, maman d'une jeune fille décédée l'an passé, en fauteuil roulant, sa maladie orpheline,

et notre échange fort qui réchauffe fait du bien, on se comprend nos mondes,

-

et quand le corps abattu encore, par des lourdeurs des trop,

cette image son flash sa puissance son éternel sa pleine vie, comme cela fait du bien,

quand des légèretés de profondeur extrême, envoient balader le trop lourd, et le corps se remet en marches avec ses ailes,

de la musique, des ci des çà des petits trucs sans importances qu'il faut les faire...le bon moment quand le cerveau a ce besoin de s'oublier dans des riens du tout...

-

et cet appel, de ma fille,

le visa de son beau père refusé, ils font appel,

le même écoeurement que l'été passé,

leurs deux visas refusés...

au moins sa belle mère est arrivée il y a douze jours,

pour venir du Cameroun, pour voir son fils pas vu depuis quatre ans, au Cameroun,

pas vu depuis cinq ans et demi sur le sol de France...

-

toutes mes pensées vers ceux qui ne peuvent pas revoir ceux qu'ils aiment...

à ces migrants, à ces pauvres gens sans rien, en manque de tout, de tant,

-

et pendant ce temps là, d'autres luxent leurs vies.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.