Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 15:39

...

Mercredi soir si assommée,

un Jeudi matin en réveil téléphonique,

son trouble de comportement entendu à mon fils autiste de 29 ans,

* j'ai cassé mes lunettes, j'ai pas fait exprès

*on les répare ou on en achète une autre paire?

--je ne les vois pas je ne peux pas savoir

*tu peux venir pour que je sois rassuré avant de partir à l'ESAT

--ok, je peux être là à 8H20, demande si cela est possible

*tu peux venir à 8H20

et le démarrage rapidos, et et et et et...

car si on me dit que *c'est une hypothèse,

la raison qui explique son geste, à mes yeux de mère aimante,

qui parfois s'étonna de voir si clair, parfois,

au moins qu'on ne nie pas que c'est une hypothèse, probablement la cause, la raison de son geste,

il y a sur ce chemin, des mauvaises volontés, des casseurs de jolis, des détourneurs de vrai, des sauces à leur potage,

paraît que c'est la vie, dans bien des coins pour beaucoup,

je continue à m'enivrer de mon alambic de précieux, de beaux, de bons,

et à mesure que le temps passe,

force est de constater que des broussailles ont quitté le sentier,

que des petits yeux se surprennent à se prendre au jeu,

de penser sauver de l'Humain, de la vie,

en BELLE HUMANITé,

quitter l'écriture la lecture, un peu, deux jours, m'a reposé la tête...

car à force d'en voir de toutes les couleurs,

à force d'être ébranlée par des incroyables,

c'est qu'il faut prendre soin de soi...

-

et bien plus que le sens d'aimer,

se profile bien plus encore LE SENS HUMAIN,

qui est plus rempli de belles choses.

-

et il reste meilleur de tendre vers le trop humain, que le pas assez humain,

et tant pis si parfois on se casse en route.

Repost 0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 13:15

...

Et avant de quitter l'écran, de rouler les quatre roues, de chausser encore un petit chemin d'herbes folles comme ce midi,

le doigt appuie sur HEART,

et sans essai avant, voilà qu'une tendre chorégraphie se surprend d'exister,

les épaules se dégagent, un bras tendrement monte, l'autre le rejoint doux,

ensemble ils se joignent, grimpent la colonne d'être,

les poumons se dégagent, le cœur exulte de joies,

les coudes s'éventaillent bons, et comme cela fait du bien,

chaque doigt se murmure, une mélodie si belle,

le vent dehors léger, accompagne la danse, les feuilles elles applaudissent,

et cela me fait sourire, les joues remontent leurs billes,

les yeux étincellent vivants, mais comme c'est joli,

de se ressentir être, être, être, plus fort qu'avant,

animé en dedans, de tranquille, de paix, d'amour tendre et joli,

comme c'est plaisir d'être quand agir est possible,

et la nuque se détend, un baillement ses aises, la nuit fut tant si courte, un abcès en dedans,

aimer mon sens de vie,

donner de la liberté, des expressions possibles aux fragiles démunis, les aider, les entendre,

être ce squelette bien droit qui se pousse des feuilles pour faire entendre juste,

ma peur est très très loin,

aujourd'hui est limpide,

je sais pourquoi je suis, sur cette route mienne.

Repost 0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:50

...

7H40

un appel du jeune homme autiste

et la bobine lourde en mon dedans, ouvre la couette

se débobine son fil téléphonique,

8H21

la Toto arrive au Foyer d'Hébergement,

elle demande à ce qu'il la reçoive dans son studio,

pour l'entrée en Esat, elle assurera,

-

et sa langue se délie, et c'est bon de l'entendre

de le voir se détendre, entendu et compris,

-

la clé se tourne,

soulagée...

-

l'essentiel glissé au bout du couloir,

avant ce souhait de ma part, comme il arrive,

d'un partage entre le professionnel et le résident,

mon fils,

une stagiaire, ma présence,

-

et on ressort légers, aériens,

encore une fois

-

Sur la route une jeune femme

On est trois en Toto

Elle se gare à l 'ESAT, va chercher un papier

Et le ciel son présent,

Comme elle attend le papier

La directrice, la chef de service, l'ancien directeur de l'Esat

A la question: *Vous allez bien?

*Je vais bien, mais je reviens du Foyer et j'explique en deux mots

La direction appellera la chef de service

Je me souhaite mon ciel, des ans des ans devant moi

Car marcher en autisme *c'est qu'il y a du boulot à penser refaire le monde...

-

En amour,

c'est bon d'appliquer, ce qui est a été écrit, sur un contrat.

-

Et quand on aime,

c'est bon de remercier le ciel,

pour ces miracles de ce matin,

cela demanda vingt neuf ans et demi d' efforts,

pour connaître la douceur en dedans,

de l'entendre EXPRIMER son choix.

-

Miracle de la communication exprimée en mots

Et Miracle de pouvoir faire entendre les mots in vivo.

-

Et la Toto toutes voiles devant se part en lâcher prise,

quelques jours.

Repost 0
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 21:51

...

Un mail reçu

Celui d'il y a trois semaines se relit, pourtant bien en mémoire

Comment peut on dire et se contredire?...

Un appel téléphonique en vue de vrai demain pour y voir clair

Et surtout accompagner encore l'innocence

Rester crédible, mon moi en moi exprimé

Et quand je m'engage, je vois dans ma parole du sacré

-

Un mail reçu

Cela remue le cœur

Puis les secondes passent

L'électrochoc se calme

La distance nécessaire, encore elle

Pour y voir plus clair autrement hors émotions

Puis analyser une vue à distance et une vue émotionnelle de mère

-

La balance de la vue

Qui pèse souspèse

Surpèse aussi

C'est une surprise jolie

De la peur aussi

*levivre

Repost 0
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 19:50

...

Dis le ciel

Il est quand m'aime

Cet incroyable

*levivre sur terre

En amour

Repost 0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 15:15

Un petit poudrier

Rempli de grâces

Et comme c'est bon

De se poudrer

Le bout du nez

Pour s'ouvrir l'œil

De belles ouvertures

Voir les commentaires

Repost 0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 15:12

...

Quand aujourd'hui

Rempli des joies d'hier

Et de celles d'aujourd'hui

C'est de beaux restes

Et son présent léger

Repost 0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 20:23

...

Et puis, un mail qui arrive à l'instant, d'une maman,

avec les coordonnées des participants d'aujourd'hui, qui acceptent de partager,

*cela rend si moins seul!

_

et à préciser que si nous étions, une trentaine début Mars, nous n'étions encore que 12 personnes aujourd'hui!

des résistants? des battants? des perdus? des engagés?

-

j'y ai lu entendu...

DES AIMANTS, tout simplement, des simples parents aimants.

-

comme je me vois parfois forte, fragile, dépassée, écroulée, battante, aimante, engagée, désengagée, en lâcher prise, en plein dedans,

mais quand on y revient et encore et encore, pour souhaiter y saisir le plus possible, dans ce que 2016 peut apporter en savoir...

même si cela sera dépassé à plus ou moins long terme par des nouvelles explorations,

c'est déjà cela,

et puis c'est si bon de dire combien les efforts faits, amènent des progrès,

c'est du terre à terre de vécu de tout de vrai vécu.

Bonsoir,

à chaque plume, chaque animateur qui donne à voir, à entendre, à réfléchir, à penser,

pour se remuer dans le changement, fuir l'immobilisme trop certain parfois tout de faux,

et comme l'éclairage d'autres regards, fait du bien! Merci!

Repost 0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 19:54

...

Il y a un mois, je ne pouvais pas, je ne voulais pas, je ne savais pas aller à la journée de formation par le Centre Recherche Autisme, et quelle chance de savoir cette journée annulée car une psychologue malade.

Il y a ce dimanche soir, et ses *A quoi bon? Pourquoi? J' ai prévenu vendredi que j'arriverai à 10H30 11H, nulle envie de faire sonner le réveil? Et puis les détresses des autres parents à entendre, et cela schtinte si fort en soi aussi...

Il y a ce matin, un réveil à 7H, sans réveil son dring et de ressentir un état assez chouette, même fort serein, et le sauter du lit doux et dynamique, et à 7H35 dans la Toto, elle se gare sur la place de Rezé à 8H35, quel joli temps pour des cafés, un croissant, le journal, des visages, la vie, autour, alentour, à la saisir comme j'aime, quel beau départ de matin ouvert vers la vie,

et puis, des visages connus en arrivant, des partages, de la vie en plein dedans, à la réunion de 9H30...

Il y a de *levivre en grande timide, ma prise de paroles facile, si tranquille, pour exprimer pourtant du fort de fort, et déjà mon état d'âme, d'il y a un mois...

-

La Toto rentre paisible ce soir, ce fut une journée assez facile, même douce et apaisante, le sujet était :

*Accompagnement à la vie intime et sexuelle des personnes en situations de Troubles du Spectre Autistique,

et mon petit cahier s'est rempli de mots,

et j'y vois plus clair pour reprendre et tenter oser revisualiser où mon fils de 29 ans et demi, semble y être, dans tout ce tricotage, loin d'être classique, pour sa vie affective,

et bien plus qu'à y poser des âges,

suivre par 10 étapes, la construction affective qui peut permettre de penser aborder la sexualité.

-

Alors il me semble qu'il en soit loin,

tant d'étapes encore à traverser pour lui.

-

Sans aucune projection, aucun défi, aucune obligation, jour après jour, peu à peu, l'entendre et l'accompagner pour qu'il ait accès le plus possible aux explorations de lui.

-

Et finalement revenue en ce qui me concerne, tellement dynamisée.

Et pour reprendre des termes lus,

comme j'ai aimé: ***Participer. Donner. Attendre. Guetter. Recevoir. Vivre. Etre.***

_

Comme j'aime être cette vivante là.

_

Quelle chouette envie d'avoir mis le pied si léger hors du lit ce matin.

-

MERCI LA VIE QUI A PERMIS cette énergie ce désir cette capacité, cela vient tant du dedans, qui nous étonne si fort parfois, par CE GOÛT de LA VIE!

Et puis des partages riches, et puis, l'envie de prendre un micro,

peut être qu'il faut attendre des ans des décennies pour penser ne pas trembler ne pas bégailler ne pas tomber de sa chaise,

pour se contenter de dire de clamer ce qu'on a sur le cœur, si fort, très fort, de vie à partager.

Repost 0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 12:58

...

Des bruits d'enfants, une tondeuse, des oiseaux, quelques feuilles rares se remuent, le posé, l'immobilité, ses instants précieux se vivent avec intensité, tellement.

Chaque fraction de seconde peut si vite bousculer des tendresses, de la paix,

alors c'est bon d'entendre ce pigeon, comme le hibou en soirée,

de tenter apercevoir un écureuil, les papillons, une libellule de cet Eté 2016,

et déjà le cœur s'est apaisé, les yeux brillent de recevoir la fin de soirée, de la chercher fouiner la meilleure possible,

-

on n'a qu'une vie et c'est sacré.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.