Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 16:19

...

...

Un matin ses douceurs ses éclats, le jeune homme mon fils autiste,

je m'entends dire à 13H, avant d'aller le déposer à l'Esat,

*qu'est ce que je suis fatiguée

-

et puis le retour pas figé écrit à faire, donne la liberté d'envisager vers Missillac, une copine,

absente au téléphone, et voilà que la Toto se bloque, crachote, se fige,

*Panne d'injection,

quelques minutes, plus rien, puis elle redémarre encore,

la virée sa paisible, repart dans l'autre sens, vers un garagiste, prudence,

elle sera vue lundi,

-

là voilà fatiguée aussi, peut être...

-

les roues se gambadent donc très près, elle peut dit le garagiste,

Bouée, son église, la maison de pierres son âme en plein ciel,

nouvellement achetée par une copine, sa tourelle,

la pause à l'épicerie-café, du cake,

c'est bon ces cargaisons de ciel pur qui rentre à pleine vitesse si lente,

la campagne, le perte de vues sans rien y laisser qu'à repartir la tête douce,

-

demain la machine à laver à réparer,

-

un Printemps, le passage,

l'amour, en amour,

-

ma mère à entendre comme j'en suis capable,

c'est déchirant d'accompagner un parent,

quand la santé est si lourde à porter,

pour le moment, ma mère est vivante,

et après,

comment je peux l'envisager?

Il faut tant *levivre pour découvrir qui on est...

EN AMOUR...

Repost 0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:45

...

Ce jour est tendre radieux douces respirations, la légèreté découvre les jambes au plein air le pantalon d'hiver rangé,

les sandales leurs mignonnes ballerinent air de danses sur les trottoirs ici, le banc repose les pieds autour du lac joli,

des saveurs, des couleurs castagnent l'oreille palpite, de si belle musique,

-

la mélodie d'aimer fait tant de bien vraiment,

-

les pommes de terre nouvelles, la salade ses verts, le persil odorant, l'oignon frais, et puis l'ail, l'huile d'olives, un verre de vin, le bouquet de roses du potager, celui d'œillets de poètes des ceux que j'aime, les orchidées belles blanches, les hirondelles douées leur nid si bien refait, le bord est linéaire, la palnte arrosée, leurs tits cacas nettoyés, la lampe passée sous l'eau,

-

le frais le bon le beau le délicat instant sans cesse renouvelé depuis le réveil matin en la paupière très tôt,

si douce envie de capturer belles essences de Juin, de la vie, pleine de vie, en tout dedans dehors, des sourires des mots, des partages écrits, d'autres au téléphone, et encore à croiser,

-

c'est bon d'être vivant, encore et encore, de se revenir à soi, les beaux côtés de la vie, dans sa force si grande,

merci merci *levivre, merci que d'être là, là en mon là tout dedans, au plus près, mon serré.

Repost 0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:35

...

Ma mère si faible au téléphone hier, bien mieux ce matin, cela secoue, cela est dans le réel de plein,

alors le petit être devant son café sur la place, regarde le ciel,

c'est délicate attention que d'entendre, de faire silence, le plus possible, de lui laisser tout l'espace,

hier c'était des pleins silences étouffants, aujourd'hui des petits silences bienfaisants,

-

c'est bon d'aller saisir le jour sur la place chaque matin, cette vie qui s'active un peu, tout simplement à respirer l'air, et puis,

c'est bon d'aller marcher un peu autour du lac; de s'asseoir, de se laisser aller à *levivre,

des silences, des oiseaux, de la vie,

-

je n'en reviens toujours pas d'être ici, quand le destin a conduit,

-

et quand une gentille psychomotricienne au téléphone hier, un suivi commence le 25 Juin,

et quand l'orthophoniste enceinte, annule le RV de demain, pour le jeune homme autiste,

comme toute cette vie à donner corps, pensées, autour de lui, pour lui, me dynamise,

c'est si vrai que c'est plus épuisant de ne rien faire, de subir, de se reposer le cœur mécontent,

-

quand c'est si bon de se ressentir vivant avec des idées neuves encore,

un parcours à souhaiter lui tracer pour sa vie, la meilleure possible, la plus vivante possible.

-

et puis cette aquagym le mardi à la rentrée de Septembre, si cela m'a demandé de gros efforts pour quitter la facilité, les routines, le connu,

c'est cette fois cette aventure vers l'inconnu qui me splitche.

-

Un Printemps cela peut parfois être de la poudre à canons,

mais quand cela sert à sauver de la vie, donner de la vie, aimer, prendre soin,

elle est d'une grâce infinie cette aventure...d'un je vous aime bel d'un je vous aime grand d'un je vous aime pudique.

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 17:18

...

Il y a cinq jours, quand le linge doit sortir pour se laisser étendre sur les cordes,

l'œil constate que le voyant est éteint, la vidange non faite, plus de courant,

c'est l'occasion ce jour de prendre le pont de St Nazaire, de rejoindre une copine,

de jardiner des heures avec elle, pendant que sa machine tourne,

-

faut croire que même une machine peut manquer de forces aussi,

quand des nettoyages, des rinçages, des vidanges, des habits de la vie,

-

un temps paisible hier a fait beaucoup de bien, comme celui de ce jour.

-

Les vidéos d'il y quarante ans, se sont laissées revoir,

c'est incroyable de matières dedans,

c'est étrange de se revoir, d'avoir oublié presque d'avoir été celle là,

c'est surprenant de revoir le premier bébé, ses deux ans,

ce soir, il sera bon de visionner les autres années,

-

une vie, le vivre, sa matière propre, c'est de la vie pure,

que ce ciel d'aujourd'hui,

les enfants jeunes prennent tellement de temps de soi,

les vues regardées, sans chagrins,

ce fut une époque, un passage de vie,

-

c'est bon d'avancer avec son courant, et d'apprécier chaque étape,

même si parfois on peut rester longtime sur un seuil à franchir.

Repost 0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 18:12

...

Une âme en tout dedans dans son écrin à soi,

et comme cela fait du bien d'être en âme pour soi,

et quand des mains si belles nous prennent un jour,

notre âme, c'est un frisson si grand, si éternel instant.

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 12:57

...

"Prendre soin" - ce pourrait être la devise d'un artisan, d'une mère ou d'un amoureux. C'est la devise de la vie dans son ensemble, puisque son ensemble n'est composé que de détails, comme la peinture qui grandit sur la toile par légères touches du pinceau, minuscules vibrations de la main.
"Prendre soin", c'est ce que murmure la vie fragile à Boubat.
Boubat. Celui-qui-prend-soin-des-invisibles.

Prendre soin, être confiant. Et naître. Naître une fois, deux fois, trois fois, entrer à chaque instant dans une vie blanche comme dent de lait."

Christian Bobin.

des mots que je viens de lire,

et que je glisse ici, avec tendres délicatesses,

hier soir, je ressentais un peu de cela,

je me disais que dans le joli prendre soin, dans la confiance, c'est de la vie à l'état pur.

c'est ce qu'il manque sur terre, du prendre soin et de la confiance jolie sans filtre,

et c'est bon de naître renaître ainsi, sinon, c'est une quasi mort qui ne m'intéresse pas.

Une hirondelle une brindille dans le bec

Le nid se refait son bord doux

Il sera probablement niché une seconde fois

Et deux chances de *levivre

C'est immense de *levivre

Je remercie ces ailes pour leur bonheur dedans

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 12:23

...

Le petit matin saisi laisse de jolies traces, des solitudes, une copine à partager,

déjà presque l'heure de gagner le point de rencontre après sa sortie seul à pieds de l'Esat, pour mon fils autiste,

cela semble peu pas grand chose, mais pour moi c'est géant, d'aventure d'années derrière,

et puis son aquagym sur la côte, St Nazaire, depuis neuf ans,

-

pour les mardis de la rentrée de Septembre 2016,

le mail de mille mercis envoyé, puisque un monsieur responsable de la piscine, veut bien accueillir le jeune homme pour la séance d'aquagym, en présence de la personne de la PCH, pour lui faire gagner en autonomie, dans une nouvelle piscine, nouveaux repères de A à Z, et surtout lors d'une séance pour les *dits normaux, une nouvelle aventure pour la rentrée,

-

et son aquagym des vendredis sur la côte continuera...

-

et comme ma mer des mardis disparaîtra,

j'irai la cueillir les lundi ou mercredi,

-

quand on goûte à la mer, à l'eau,

on n'a comme cette impression d'être moins vivant, privé de leurs substances.

-

et dans ce bourg, son lac, sa table piquenique, ses bancs, sa ballade,

comme dans l'autre bourg, avec Le Brivet,

sans oublier La Roche Bernard si merveilleux, hiver comme été, pluies ou soleil,

-

tant de temps peut se vivre ici à l'Ouest.

Quelle chance d'y être même si parfois les manques d'aimés sont hyperdurs à digérer, comme isolé, privé de partages d'amour,

-

à aujourd'hui à vivre, si douce célébration.

et ce week prévu, Piriac, Le Croisic.

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 12:17

...

C'est bon de revenir à soi, de larguer les aspects parano quand les traversées de déceptions incommensurables avaient trouvé telle emprise en tout dedans,

c'est bon de regarder son minois qui reprend des confiances, qui s'illumine dans les prunelles, qui reste bon dans son regard, il y aura toujours des bons côtés de vie, il y a aura encore des trouées de noirs immenses,

et bien plus que chercher à regarder le verre à moitié plein,

bien plus que de voir le verre à moitié vide,

j'aime bien cette image de laisser mes yeux happés par une coupe de vie telle qu'elle est,

pour accueillir les matières de vie,

-

et quand le goût de la vie reprend,

que l'amour en dedans,

il n'est pas étonnant qu'une espèce de force tranquille envahisse de presque bien être.

-

La passion, mes passions, de ma vie.

Repost 0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 20:22

c’est étrange la vie, je prends mon pot avec le bulbe de l’amaryllis touche la terre si sèche, et puis me dit, on ne sait jamais, je l’arrose, et la remet dans sa soucoupe… on verra bien si elle se feuille…

et je m'asseois, ouvre l'ordi, et trouve un bulbe dans pensées en images,

il n'y a pas d'hasard de vie, ou si peu

-

chatlibre.blog.lemonde.fr/2016/05/25/how-to-grow-back-your-amaryllis

Voir les commentaires

Repost 0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 14:25

...

*Je suis rentrée

et cela fait tout étrange en tout dedans,

elle s'était glissée dans tant de replis de tête,

cette dernière semaine,

ma mère,

-

le gentil monsieur pourra lui relivrer son bouquet,

de fleurs vivantes.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.