Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 11:41

...

Un bel baiser dans la douceur du temps, un arc en ciel deux lèvres, le petit coeur s'envole, son âme chausse ses ailes.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 11:34

...

Deux amies du Nord qui appellent hier soir, celles qui la table se partagera en remontant ce Nord, ce Nord de mon enfance, avec cette amie de CP, cette amie de nos maternités en même temps,
et puis une jolie bulle d'écritures cette nuit, fort tard,
et ce matin de grâce qui réveille tranquillement, la lumière est, encore, les pas sont appelés tout devant, dans ce midi froid mais pétillant de jolie vie, à saisir dans ce bourg, comme j'aime me vivre, à me respirer le vivant, et tant est vivant ici, pas figé, pas masqué, pas luxé, juste comme la vie est,
et comme c'est bon,
un épais trombone tient les pages du passé, et,
Aujourd'hui EST,
et il me tient, dans ses bras d'amour délicieux à me donner,
alors je m'élance, je cours, je vole, je me laisse porter par la bise, je tournoie dans ses ailes à mon ami fidèle, mon instant, et je suis,
et comme c'est bon d'être, l'extraction faite, pour se vivre, pour aimer encore, pour vivre,
vivre, vivre, vivre, en étant si heureux d'aimer et de recevoir Ô temps.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 07:57

...

Rien n'est simple en autisme, alors comme c'est bon de levivre son temps, en suffisances avec les essentiels. Un départ des cinq dernières minutes qui tournent leurs secondes, quand on sait qu'on peut râter la navette à quelques secondes près, Alexandre est devant la porte du petit bus, la navette vient donc d'arriver, alors je l'encourage, mon fils, en lui disant que finalement, on a bien fait de ne pas remonter l'escalier une dernière fois. Tracassé par une bouteille vide restée en cuisine, il souhaitait aller la rechercher pour la mettre dans le sac dans le coffre de la voiture pour la benne à bouteilles. Ce jour on y est arrivé, à ce qu'il accepte que je m'en occupe, ensuite,
alors cela se fête,
la toto se gare, il fait moins cinq degrés, la boulangerie sent bon, est toute chaude, la dame si agréable, quelques mots échangés, les premiers du matin, avec d'autres mots, que dans un échange en autisme, cela fait du bien. Le petit pain au chocolat se serre son sachet craquillant, qui mélodie le temps, la gourmande goûte ses yeux, quelques pas vers la librairie, puis vite il faut conserver ses précieuses forces encore et rentrer pour garder ses précieuses calories.....hûmer les pieds qui tiennent debout, la tête plus claire, les mains dans des gants chauds, l'haleine de vie dépassant du col roulé remonté à son maximum vers le nez, ce sera pour tout à l'heure,
chaque chose en son temps, pour l'apprécier tellement sans le perdre bien trop, c'est précieux de la vie, et cette toux fort belle qui se tousse à l'instant, elle a ce parfum de bon, de tellement mieux, de renaissance à la vie.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 06:52

...

Un mois avec, la fatigue extrême,  la perte d'appetit, la station debout si pénible, les maux intenses de mal de gorge au départ, cette toux sèche et profonde qui use, les frissons, les gouttes de sueurs qui dégoulinent le corps,  c'est derrière,
les dite angine, puis bronchite, avaient bien une allure de grippe, quand tout pèse, tellement, en se sentant si mal,
et quand il ne reste qu'une toux plus rare, de guérison, c'est tellement bon,
car ce fut immensemment lourd de devoir faire face, de se lever pour le conduire le matin, le jeune autiste, de résister à ses exigeances, en pensant  retenir ses acquis et ma santé qui reste, ses perles de vie à moi,
et quand des facteurs de pressions inutiles, des non vues, surajoutent en écroulant de lassitude, de douleurs,
l'être tente de puiser au plus profond ses dernières réserves, quand elles sont là encore, pour se remonter, prendre soin de soi, revenir en surface, retrouver un moral si affaibli et fragilisé par la maladie,
c'est bon de se retrouver en santé, dans un vécu pas facile, et quasi sans soutiens, dans cette région nouvelle.

Mais le temps avance son pas, et les mots sauvent, en lectures, écritures, qui nous trouvent, ensemble.
Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 22:47

...

Une fin de soirée pas hard en bruits, mais crispante de nerfs, car il n'en finit pas de bien remettre sa couette, la couverture pour coller le lit au maximum contre les deux parois de murs. Et je le laisse faire, gérer seul, mais le temps tourne, son compte de minutes, et il faut y aller, intervenir, dédramatiser ce souci big dans sa tête, un peu d'humour, une pointe de pas contente car il est tard, et enfin, enfn presque, car cinq minutes après, j'entends un bonne nuit maman,
la fin de soirée peut se décompresser avant de penser rêver, et vers des lectures calmes, des images jolies, de la vie douce, de la féérie, de la légèreté aussi, elle fait partie de la vie,
quand la gravité prend tellement de place., si souvent.
Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 19:19

...

Maman!
Oui?
Je vais rincer la baignoire!
.....c'est rien mais c'est tellement!
Le coeur de Maman se danse.IMG 5362         Port de St Nazaire

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 16:14

...

C'est un bel jour,
Aujourd'hui,
je te serre fort,
mon Aujourd'hui,
si fort de fort,
envie.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 10:53

...

A l'automne de sa vie, c'est magique de se ressentir de bel printemps, sans même voir son hiver. Tout doucement son pas,  main dans la main en belle rencontre, avec la vie dans sa jolie envie de bel désir vivant de levivre, en amoureuse, son instant, son bel temps avec la vie. La lumière tout dehors cabriole ses bulles de joies, il fait bleu, il fait bon levivre, Aujourd'hui.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 07:44

...

La toto affiche sept degrés dans le garage, et le temps de remonter chercher le jeune homme autiste, de voir qu'il a bu une buteille entière de jus d'orange, mais que pour le reste, tout va, la descente dans le calme,
et déjà un zéro degré, quand on rentre dans la toto,
puis la route défile en douceurs, en bassinages aussi avec des titres de dvd attendus pour 2010 et 2013, vive internet, et le moins deux degrés s'affiche tout en bas du côteau,
dans le petit bourg plus chaud, les vitres ne sont pas gelées, par contre en haut de haut, le givre est épais, et chacun gratte ou pulvérise,

l'hiver arrive,

le pas fort sage résiste à une ballade au matin, pour voir s'éveiller toute cette vie, ce sera pour un peu plus tard, dans la matinée, avec le soleil pour reprendre des forces, de l'air pur, de la vie.
Repost 0
Published by Annick
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 06:36

...

Le chauffage au ralenti ma nuit, se pousse un  peu plus ses chaleurs, le volet s'ouvre sur les toits gelés des voitures,  l'hiver arrive avec un peu d'avance. Comme il est bon de se lever en santé revenue après son mois d'absence en moral tellement aussi. Tant d'évènements rudes de vie à affronter encore depuis les deux derniers mois, mais le bon bout se tient, le bel espoir tient fermement sa lanterne, et le chemin s'éclaire, encore.
Le pas douché descend son petit escalier modeste, tout est fort simple ici, le luxe inutile pas choisi est resté dans le Nord, et déjà le café passe sa perle de chaud, un morceau de tendre baguette, et le volet de devant se pousse en curieuse du temps.
Tout est calme, paisible, cet endroit est gentil, suffisant, le corps s'asseoit sa tasse, tranquille, et il sourit déjà aux petits marrons germés posés à côté du bel asparagus qui se plait bien ici.
Un petit beurre se trempe dans le café et se suce en douceurs, la vie se réveille plus encore, avec ses quatre coins si doux. Le contraste est si grand de forme par rapport aux dernières semaines, écroulée par le virus, et enfermée bien trop en intérieur,  dans cette nouvelle région.

La vie reprend son cours, bien plus de vie dedans, et c'est bon, c'est une telle chance la santé de son être, pour se vivre de son vivant.

Repost 0
Published by Annick
commenter cet article

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.