Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 19:43

...

La rentrée, c'est finalement la semaine prochaine,

avec le planning de cette rentrée de Septembre 2016:

lundi 17H30, psychomotrienne

mardi soir 18H 18H45, aquagym dans un groupe dit *normal avec la dame de la PCH

mercredi 9H, tous les quinze jours, orthophoniste, ( la reprise demain )

vendredi aquagym avec la Cordée, sur St Nazaire, c'est déjà la neuvième année, avec la dame de la PCH,

avec moi, quand la dame de la PCH malade repartie à 18H comme ce soir ou en vacances...

-

et si en maladie vendredi prochain, quand la formation à Angers,

c'est tout le trouble de tête, de devoir encore et encore compter sur de l'aide, qui parfois se désiste en dernière minute comme ce soir 18H...

Déception...encore une...

-

La vie peut décevoir, et il faut faire avec,

car elle donne aussi...et on peut oublier ses dons bien trop vite.

Merci pour les bontés de vie...les soutiens, les baisers doux, les pas de danses, les froufroutis légers, les chuchotis, les tendresses, les beautés, les partages, les richesses partagées...

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 15:00

...

Je souris et je me glousse à l'instant, en repensant à la psychologue du CRA, prise de cours, hier matin, obligée de nous suivre, nous parents,

personne n'avait envie de se mettre par trois, et reprendre les points évoqués lors des dernières séances,

chacun, avait en lui, ce qu'on sait en 2016, ce que la science permet de donner à voir, ce que des superbes professionnels offrent comme rééducations intéressantes,

alors youps,

pas une minute à perdre en route,

-

ou alors pour prendre un café sur une terrasse au soleil, il faisait si beau hier,

-

mais c'est que ceux qui ont leur job avec des pensées des temps passés, ne peuvent pas être licenciés, même si leurs pratiques hors de tout sens, en 2016,

mais dans quel monde on vit? celui là! à marcher sur la tête, pour pas se fracasser avec les têtes des autres qui continuent à être mouton de panurge, à ingurgiter l'inacceptable, l'invivable, le dépassé, pire, le dangereux, le cruel, dans des rééducations maltraitantes...

-

le petit coeur a tenu bon,

il s'étonne d'avoir perdu de sa timidité fort rouge, il s'en sort pas trop mal,

et une détente avec banjo, guitare, au Yackam de la Roche Bernard a épongé quelques fatigues.

-

l'heure d'y aller, encore question de contrainte d'heure à pas louper...

et mon libre?

allez c'est pour une autre fois...

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 14:35

...

Une grande journée hier lundi, avec le CRA, centre recherche autisme, sur Rezé,

nous étions vingt cinq au début de la cession de 5 réunions, fin Février,

nous étions 14 parents, hier, et heureuse d'avoir suivi les paroles d'un père, prêt à quitter la réunion, juste après qu'elle est commencée,

en colère,

moi aussi, en colère, très en colère,

c'est d'autres choses dont nous manquons, nous parents d'autistes, petits ou grands...

et la psychologue du CRA n'a pas eu d'autres choix, que d'entendre, les parents, leurs combats, leurs solutions parfois bancales, qui tiennent qu'un temps,

il la fallait cette dernière scéance, à nous tous,

-

plus de force en moi, à la sortie, même si très fatiguée apaisée dans des quelques parts,

et je leur disais aussi comme depuis Février, je fus à la fois démollie, abattue, et aussi ravigotée, avec ce *devenir de l'enfant même si trente ans, dans les mains de coeur des parents,

parents à trouver une ligne sur laquelle jongler, équilibrer, s'adapter, chercher, se laisser tomber, regrimper avec la main de soutien de l'esprit...

-

je ne reprends lectures et écritures qu'à cette heure tardive, mes 16H40, avant de partir l'attendre devant la psychomoticienne, des mots à glisser, à la dame de la PCH et à mon jeune homme courageux de s'en sortir le plus possible, il accepte de bon coeur les soutiens,

avant de les attendre en fin de séance pour rejongler avec le planning hebdomadaire,

-

le monsieur responsable des activités aquagym, piscine, m'a rappelée, ouf d'enfin, je souhaitais y croire encore...*cela reste ok!

yaouh, ses mots je les aime,

pris à l'essai, trois semaines, avec la dame de la PCH, dans une séance *dite normale, en aquagym,

alors je souffle, comme le vent fort dehors, j'entends mon coeur battre, ses émois,

-

et puis ce Nantes à partager me tente tellement, l'envie sa forte, l'amitié vraie,

ici à l'Ouest ce n'est pas de l'amitié ou si peu d'être, juste en bontés avec des connaissances...

-

après demain, le Nord, cinq jours, quatre grandes amies, à revoir, il est plus que temps...depuis neuf mois, six mois, un an et demi, un an et demi...

le vendredi suivant, le 23, vers Angers, la direction du CRA de Nantes,

toujours avec le CRA ...cette fois sur Angers...

et c'est parti pour chaque mois, à des jours variables...

-

mon coeur bat et je l'aime mon coeur tout fou si sage...

-

mais serai je capable d'aller vers Angers dans une semaine, après le Nord, mes fatigues denses parfois,

-

et le sac contient de précieux renseignements obtenus hier en RV avec le CRA, une dame et son asso de soutiens...pour *levivre ses énergies essentiels dans un vécu en autisme,

sans s'oublier *levivre pour soi aussi...

Gloups, depuis vendredi 16H...quatre jours si remplis, trop chargés, des manques certains de souffles...

ALORS RESPIRER, déjà sortir danser avec ce vent si fort, le repas cuit, le gaz s'éteint, little home ses grandes bouffées d'air par la fenêtre de la cuisine ont fait du bien,

l'ordi posé sur la petite table en bois, aussi...

C'est des merveilles *levivre quand il se donne à aimer, d'aimer, en amour, tout au fond, au delà, en deçà, mes douceurs invisibles, comme je vous remercie...

Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 07:05

...

Il dort encore à ce 9H 06, puis ce sera vers La Roche Bernard, puis Vannes, ou Guérande, c'est selon...

Dehors pour ce jour, à accueillir encore cet Eté qui fait du bien, en offrant ses chaleurs plus douces.

Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 06:38

...

Comme cela fait du bien de se sentir soutenue...

LA DAME DES MARDI ET VENDREDI, revenue depuis cette semaine,

et je reprends des formes de confiance, d'espoirs, de rêves plus encore,

dans un réel vécu qui a eu besoin de se recadrer sa rentrée de Septembre.

-

le laisser aller, le lâcher prise des vacances,

si quelque part, il permet de se reposer pour beaucoup,

dans un vécu en autisme, la perte des repères sécurisants laisse bien trop de flous, de vides,

et même si il m'a semblé que ces trois mois de mi Juin à mi Septembre, pas trop mal,

sans les sports habituels, les occupations connues reconnues,

-

je visualise pour hier soir, comme ce fut heureux,

de les attendre in home, après leur temps piscine de vacances encore sans aquagym reprise,

de se mettre à trois autour de la table, et de mettre à plat *où cela coince mon grand bonhomme,

de préciser le planning de cette rentrée Septembre 2016, une inconnue encore l'aquagym nouvelle des mardis soirs à venir, la personne tarde à me confirmer ce qui fut accepté début Juillet,

de faire le point sur ce nouveau projet vécu hier soir: une heure pour le jeune homme autiste, la dame de la PCH, et moi même, dans son studio, pour lui donner envie de *levivre plus encore son lieu quand il y est. Et déjà cet incontournable nettoyage, trop survolé à notre sens de parent responsable de bien être, hygiène.

-

c'est qu'il en fallu des énergies pour y arriver à ces ouvertures...

-

et j'aime quand la chef de service récente, exprime en RV,

* son plan sera revu quand c'est nécessaire, vous pouvez l'aider en dedans du foyer, c'est un cas particulier...

-

et que oui, une personne en situation d'autisme mérite bien des accompagnements spécifiques en foyer d'hébergement,

puisque une place en ESAT, dans lequel cela se passe très bien, permet un studio en foyer d'hébergement, mais un autiste est bien trop démuni face aux intendances de la gestion d'un studio pour le nettoyage des sols, le linge lors du week foyer.

Voilà, il sera bien accompagné, et la personne de la PCH pourra repasser son linge nettoyé lors du week foyer, le fer la table à repasser amenés hier soir...

CAR il faut savoir qu'en foyer, aucun repassage n'est assuré si la personne n'est pas capable de le faire...alors nous, parents, on se bat encore pour exiger ces soins à la personne, dans le respect, en HUMANITé pour la personne en situation de handicap...

-

et on y met encore tout notre coeur, pour que des essentiels bougent encore...

je suis confiante, cela change de pensée...

la personne en situation de handicap, commence à être vue, avec un autre regard, pour certains pros, d'autres se font encore tirer l'oreille, pour mieux entendre ce qui les arrange de ne pas voir...

-

un long combat que celui ci...mais à mener en tentant de ne pas se rendre malade en route, et à garder la tête happée vers des légèretés de vie qui font du bien aussi.

-

En Août, je ne pensais pas possible cette rentrée, cet hiver à venir,

et puis, c'est lancé, y'a plus qu'à...suivre le temps qui passe...

Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 12:51

...

Le rv de 9H hier c'est pas du romancé, c'est du grave qu'il faut chercher à rendre le plus léger possible,

lui, le jeune homme autiste, mon fils,

l'éducatrice là depuis 1 an et demi, à présent référente, la chef de service nouvelle depuis Février,

nous, le père, la mère,

-

et j'en sors pour mon compte, je ne dirai pas gaie, cela reste des vibrations si intenses une telle réunion,

mais au bout de mon compte à moi, je visualise comme cela bouge, comme cela avance,

et déjà, il a été si présent pour lui, ses envies, le jeune homme autiste,

et aussi, c'est acté dès ce vendredi 16H15, 16H15 17H15 la dame de la PCH, moi aussi, pour l'accompagner dans des divers dans son studio...cela libèrera l'espace retour foyer du dimanche soir...

-

et encore, son père très éprouvé,

-

et il est essentiel d'avancer, avec tout cela,

-

en prime, le soleil, un café ce matin sur la place, des échanges avec deux connaissances d'ici comment nommer le mot *amies...et une amie du Nord, on se verra la semaine prochaine.

-

le plus difficile dans ce parcours, c'est parfois de ressentir une telle solitude, un tel isolement, devant le peu d'aides des pouvoirs publics.

-

et si il me plaît d'envisager mes cent ans, si avec une tête en présence

il est aussi essentiel, cette fois, c'est pour dans les 2 ans, de *prévoir en cas d'accident pour l'un des parents, les deux,

-

la fratrie...où en est elle avec ses 29 ans etr demi et ses 32 ans et demi...

tellement chacune dans une vie à *levivre aussi, tellement,

-

le monde de 2016 s'est tellement compliqué...

-

allez, *levivre ici continue à se brasser les plus jolis, les plus bons, de croire aux partages doux et tendres,

il y a des âmes des coeurs généreux et curieux de partager des douceurs.

-

merci aux âmes sensibles et généreuses.

Dans une lecture, un acte, on se sent moins seul, moins isolé.

Repost 0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 13:57

...

et déjà rejoindre la gentille dame pour l'ordi, son petit bourg, pas d'attentes, son sourire, sa diponibilité, le rêve à *levivre, et pendant ses petites manipulations son quart d'heure, la petite place un café, l'ai dans le vent, le soleil, les pieds nus un peu chaussés, décontracte, offerte à ce petit jour magique qui fait du bien où il passe,

comme c'est bon d eléger de se nourrir de l'air du temps charmant quand il s'offre douceurs,

ce midi, les légumes de Campbon, étaient gorgés de soleil, et si délicieux moments,

-

je souhaite à chacun, cette offrande de vie, de cuisiner des papotes en casseroles, les belles odeurs d'ondes jolies, qui rassasient déjà tant,

avant de rouler composer de belles assiettes de couleurs d'été en rouges, en verts, jaunes,

et les graines de moutarde un si tendre piment pour émerveiller le nez, le sourire ses effets,

-

*levivre des bontés, c'est un bien bel joli, un rêve réalité, et comme c'est une chance d'être émue si fort devant *levivre ce jour qui offre autant de temps, pour *levivre le temps,

comme j'aime me roucouler, en tendresses, en légers,

la vie peut être profonde, et le surf fait du bien à se gorger de l'aimer...

Repost 0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 13:48

...

Comme c'est joli et délicat cet air frais qui arrive par le vélux ouvert, son petit bois derrière,

il faisait si bon frais ce matin à son départ des 8H30 à pieds, au jeune homme autiste, mon fils,

et je l'aime ses frétillis de jolis,

puis le marché se cueille et recueille, c'est encore incroyable d'être arrivés ici, depuis 8 ans et demi,

c'est une douceur, une bonté de vie que d'être avec *levivre,

le calme se prend doux, les doigts tapotillent tranquilles, aucun oiseau, c'est étrange, et cela me fait sourire de les imaginer dans leurs transats de siestes, le bec à rêver d'Eté encore et encore,

les fleurs devant sont superbes, car elles aiment le soleil,

celles derrière sont pas fort jolies, il a tant manqué d'eau,

le gazon que j'aime est un terrain son sec dur de cet Eté grand long sans pluies,

la jupe n'en finit pas de sortir ses bras nus, et comme cela fait du bien, pour la respiration,

une fille appelle hier soir, de sa Toto, en rentrant,

la seconde m'appelle ce midi, à pieds à son retour pause déjeuner, j'entends sa voix aérée,

celle d'hier soir avait du stress,

alors déjà c'est bon d'avoir de leurs nouvelles, parfois le temps peut sembler long par des manques de les serrer d'aimer devant un bon plat une table sa nappe son bout de jardin, *levivre,

c'est bon de rêver qu'une se réveille et voit de ses yeux voit, comme plus de ralenti, moins de speed, de la vie qui entre, c'est uen cargaison de bons foins, de noisettes de plumes douces, de tendresses de vie,

*levivre, le ressentir en tout dedans, celui qui doucement abreuve de bels moments,

-

je souhaite à chacun que *levivre soit vraiment *levivre dans ses parts belles en souffles tendres où l'amour peut s'étendre ses aises et se donner d'aimer, comme l'amour peut tant fait du bien.

Repost 0
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 06:55

...

Il est si goûteux ce sentiment du réveil matin, quand il s'éveille en joies de se ressentir vivante, et d'approcher si près ce si bon ressenti d'avoir sauvé de *levivre,

-

mais qu'est ce qu'il fait ce monde? mais qu'est ce qu'il attend?

-

c'est si bon de bon de se réveiller aussi vivante, *levivre du jour devant...

-

et comme choisir c'est un renoncement, il faut bien se dire qu'il faut renoncer pour avancer,

et quand son pied lourd de lourd dans des projets à si long terme,

quand le petit orteille se frétille en lumières au bout de sa canne à pêche tuteur de vie qui porte son être, c'est immense de bontés, en tout dedans,

-

le soleil brille déjà dehors, un bout de place, des gais à saisir,

-

la dame des mardi et vendredi, sera de retour ce soir, un peu ce sentiment d'être moins seule, et pourtant cela a été fort de fort en seule, cette dernière quinzaine, ces dix heures des mardi et vendredi à partir de 17H et 16H...

néanmoins, c'est bon d'être prudent, pour se conserver vivante aussi...

-

c'est quand même long un chemin de presque trente ans d'autisme à *levivre, en tout dedans, même si cela semble derrière...

-

et puis, il y a devant...

-

et je lève ma coupe de vie, en ce matin qui se lève si léger...

-

le temps des Juillet et Août, reste, un temps à part, un temps d'Eté hors routines quotidiennes, qui quelques parts, permettent tellement de conforts d'aises pour le jeune homme autiste.

Repost 0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 18:41

...

20H41, les oiseaux papotent dans le bois, des pigeons, le bois sa fraîcheur habite little home, je suis ici, c'est fort étrange, tant là ailleurs aussi,

l'Eté touche à sa fin doucement, c'est un tel plaisir de retrouver lectures et écritures, un temps manque dans cet Eté bien trop rempli de désirs d'autres,

le Nord la semaine prochaine est déjà presque de trop, mais comme le jeune homme n'y est pas remonté depuis six mois, c'est à regrimper cette ligne d'Ouest en Nord d'avant...

-

alors je rêve...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.