Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 20:36

...

Parfois des ans des décennies nécessaires, pour se libérer de la peur,

pour qu'elle nous libère, nous laisse enfin sortir,

mais sans le crier trop vite, quand on ne s'y attend pas,

un choc, d'autres peuvent tellement, réenfoncer en dedans,

et les ans quand ils passent, vagues leurs courants,

l'huitre se ferme si fort,

qu'à l'ouverture un jour,

une perle de culture du tant,

ou un poison mollusque.

La vie qui vit revit, ne sait pas où elle va,

la vie c'est de la vivre, et se laisser aller aux douceurs, aux bonheurs, aux causes à défendre,

en se faisant du bien, quand on sent cette force qui propulse, dévoile des envies,

de voir changer le monde encore encore, en lui parlant au monde,

quand il peut nous entendre.

 

Repost 0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 14:54

...

La peur en soi,

c'est tellement vital de l'évacuer,

mais parfois la propre vue ne peut pas voir,

alors c'est bon de tendre une main,

non pas pour solutionner,

mais pour diriger vers des professionnels,

c'est un réel travail de réparer un être,

-

et son tout petit son humble,

c'est bien de se rendre compte qu'aimer reste parfois insuffisant,

voir même, que bien trop aimer, peut donner plus d'ampleur au mal.

-

La peur, c'est terrible,

les angoisses profondes, si profondes,

que même pas créées par le tout du réel,

-

mais quand le monde arrêtera t il de blesser d'abîmer des enfants?

-

on se sent impuissant devant le monde et comment il va mal.

alors peut être que transmettre du vrai,

mais aussi des beautés, des goûts de *levivre,

cela reste essentiel de belle humanité.

-

car au plus près de l'amour,

ô mais c'est quoi au plus près de l'amour?

dans le pas trop dans la suffisance,

dans chaque jour son jour à se jongler avec son petit coeur,

ses tambourines, ses razplatplat,

*c'est un sport d'endurance,

que se tenter d'AIMER son chaque jour son jour,

-

et faire confiance encore

et voleter encore

et gambader ses marches

et se poser son humble

et dormir dans des rêves

et *levivre le réel au plus près des beautés, des bontés, des partages riches

et *l'écrire,

et *lelire,

pour pas resté figé, mort vivant, inanimé, entamé, dévoré,

pour se bouger sans cesse, se remettre en questions, se maudire, se trouver bien, sourire, pleurer, s'encombrer d'émotions car elle garde vivant, électron libre d'être soi comme çà chante en toutdedans dedans où la palpite vit pour se faire du bien et penser faire du bien, pas toujours en gentil parfois en rude de dur, quand il faut l'être aussi, pour amener à ré-agir.

 

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:54

...

Et quand on a une haute estime un grand respect de l'Humain,

on peut s'en étonner, visualiser, combien de résistances, de combats, d'énergies déployées,

pour tenter faire régner des liens harmonieux, en sagesse le plus possible,

et un jour, des jours, des ans après, reviennent en masse, le non espoir, le rêve déçu,

on ne peut pas parfois libérer un être de ses souffrances tatouées, incrustées, indélébiles,

c'est bon de sauver son jour, devant tant de férocités.

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:53

...

c'est si joli le partage de vues,

c'est le fondement de l'humanité,

mais quand certains veulent imposer en humiliant, écrasant, en mots et actes de violences,

c'est le carnage.

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:33

...

Trop gâter, empêche de s'envoler, de quitter le nid,pour des horizons différents,

parfois, exceptionnellement c'est chouette de faire plaisir immense,

mais à donner; faire, empêcher la frustration,

le tyran remonte aux barricades,

ce fut le cas, dimanche,

et...

pour avoir vu il y a cinq ans, l'escalade du tyranisme,

c'est bien d'avoir pété mes gonds, crié en mots audibles justes, mes ressentis, et mes pourquoi je ré-agis...

-

pour que plus jamais çà!

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:27

...

comment est il possible de ne pas pouvoir s'arrêter d'offrir, des luxes, des sucreries à gogo, des propres questionnements des disputes, des peurs, des lamentations sur *levieillir,

quand me semble que le simple la suffisance sans stress, est tant meilleure pour ne pas angoisser.

avec un être autiste, dire, partager, vivre, prend une autre dimension, différente des vues qu'on peut offrir à d'autres qui ont plus de compréhensions, distances possibles, mise en hauteurs pour voir mieux, les autres peuvent plus discerner, analyser,

un autiste voit souvent de plein de face.

c'est quand même un sacré parcours que ce chemin pas choisi, poufdeouf...

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:13

...

Finalement, ces quatre années de formations,

approfondissements, nouvelles acquisitions, en autisme,

cela divise,

les professionnels sur le terrain, à les entendre certains en Février 2015,

les familles, avec leurs possibles antennes branchées ou débranchées.

-

Alors c'est bon de quitter ce terrain de matchs intenses,

et de tout haut ressentir par ailleurs les bienfaits d'apprendre sur la vie,

sur le précieux, le miracle, l'effort, la paix, la roucoule,

EN AMOUR!

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:10

...

Tit,chérie

Je tenterai d'être à la hauteur

De tes vingt mois

Le plus humblement possible

En mélangeant nos vies les nôtres

Devant une tour à grimper

Des puzzles à composer

Une muisque à entendre

Des vues à regarder

La vie quoi!

Ma petite fille d'amour

Nos yeux dans nos deux yeux

Main dans la main

A bras

Ce sera bien ce sera de la vie

Merci à la vie qui permet

De se retrouver

Pour s'aimer

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:04

...

Paraît que ma façon de ré-agir, a été superbe, ce dimanche,

à entendre par téléphone, ce soir,

en moi, cela m'a fait un tel mal d'avoir à ré-agir autant, pour ne pas me sombrer, être engloutie vivante, par l'autre parent qui tente le tout pour déstabiliser, briser, se faire valoir devant l'enfant...garder une certaine puissance...ce qui finalement angoisse un être autiste, qui a besoin de tant de douceurs, de tendresses,

ce fut comme un grand choc final, une explosion inutile mais peut être utile,

un jour on se met à distance.

-

et si on n'est pas là, gaillard quand m'aime,

comment cela peut être, une critique, des blâmes, des injustes mots pas vrais,

c'est terrible la vie,

dans ses perceptions de vues, qui ne voient rien...ou à travers le prisme de douleurs d'enfances.

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 19:38

...

ce soir fait tant de bien, de libertés,
de tête libre pour soi,

-

son aller retour, son RV avec la psychomotricienne, tout cela zen,

et lui, attentif, me regarde, me questionne, dit qu'il n'avait pas été chouette ce week,

-

et j'écoute, et j'entends, ô mais que oui je ressens,

cette ouverture pour moi,

-

tout a dépassé les bornes ce dernier week,

-

est ce mes deux fois trente ans?

est ce ses bientôt trente ans?

est ce l'usure usée des parents pas sur la même longueur d'ondes?

-

c'est...

-

et c'est juste bien plus pour moi, cette fois ci,

-

je ressens une défusion,

c'est libérateur, apaisant,

-

et quand je regarde en moi, ce jeune homme autiste, mon fils, et ses capacités, ce soir,

je suis éblouie qu'il en soit arrivé là...


-

y'a plus qu'à commencer ce suivi avec la psychologue de la formation du Centre Recherche Autisme, pour 70% et psychologue en cabinet pour 30%.

y'a plus qu'à cueillir son aide, la rupture d'il y a cinq ans avait tant perturbé...

y'a plus qu'à,

-

je me sens tant ce désir de transmettre.

UN PARCOURS QUE J'EN N'EN REVIENS PAS...

d'ailleurs je n'en suis pas revenue puisque j'y suis encore sur ce chemin A VIE!

à donner recevoir...

 

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.