Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 11:34

...

Les cinq dernières roses babillent l'évier, un peu éteintes elles respirent belles, elles sont jolies, un peu froissées, pétales de vécus, douces lumières, je les aime telles, elles font leurs âges.

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 11:29

...

Il fait bon, il fait doux, le petit bois chante, il fait oublier le vilain virus dans le ventre qui consulte cet après midi,

c'est calme,

comme c'est grand cette vie qui se résume au plus simple,

 

déshabillée des superflus d'éducation, de berceau de lieu,

 

les restes sont, immenses de vie, chaque particule explose d'éclats indescriptibles, je suis éblouie si souvent, toujours, encore ce matin, par ce soleil, ce côteau, cette vie d'ici, la boulangère, ma petite vie, celle de mon fils sauvé du pire, comme c'est bon d'être vivante.

 

Les verdures montent dans le jardin, un oiseau passe, le bouc plus loin, les feuillages tremblent de l'air du temps, quel long chemin d'un demi siècle pour y arriver, à ce tout de miel,

 

délices vertiges, bruissements d'amour, ondes délicates, chuchotis frais,

 

l'âme est heureuse son gai serré.

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 20:19

...

Et c'est fort étonnant, la vie cette incroyable,

quand on se prend au jeu immense et magique et merveilleux d'être parent,

en mère d'un jeune autiste, je n'en finis pas de découvrir ma tâche,

 

et même si parfois je suis sonnée épuisée de m'être donnée,

ce qu'il en sort et en ressort c'est un grand contentement d'être,

cela est certain,

mon obligé devoir de mère me donne les ailes nécessaires,

 

et lui, ce jeune homme,

qui vient encore à la seconde de me faire rire aux éclats,

il me donne l'essentiel,

 

il me donne de la vie vraie,

de la vie qui vaut la peine,

une portion singulière si forte que ma vie avec lui.

 

Et cette surprenante, la vie,

quand le mois prochain, il a déjà vingt quatre ans,

comme le temps passe son temps,

 

comme chaque instant fut nécessaire d'essentiel pour en arriver,

 

à notre vie dedans, impossible, fort de fort, à se serrer de faux,

la lutte pour la vraie vie, c'est un combat d'amour, sans gants de boxe,

avec juste des ailes de coton, des douillets pour se couconner, se ressourcer,

 

oui, quand même!

 

Car cela reste humble mais grand d'arriver à faire ô temps,

en écoute, en défis, en caps, en combats, en serrailles,

 

ma vie,

mienne,

 

je t'aime!

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 17:41

...

Nos regards, quand ils se voient allègent le poids de nos bien trop,

le léger de nous c'est d'un simple, juste le sens d'aimer.

Et se voir pour de vrai, cela remue les êtres.

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 14:41

...

Il fait un bleu éclatant dehors, le chemin de lumière, tout de contre, serrés, au plus près, à m'aime.

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 11:08

...

C'est bon de se réveiller de bel élan, même si le réveil sonne et sous la couette comme c'est bon de se chauffer d'aises. Un pas de danse vers le dessous, la cafetière se lance, sa goulougloutte déjà, le pas remonte, délice sa douche, perles de bontés, fraîcheur du jour, gouttes de parfum, le corps s'élance,

un petit bonheur vers le jeune homme, son tendre sommeil celui d'un ange,

le corps s'en va vers sa descente. Et il se lève, se prépare, descend.

 

Tout est joli, tendre, paisible, le café se coule, des tranches de pain, ses grains de bontés, cela continue.

 

Les cinq dernières roses, les plus vaillantes de la trentaine, dans un petit verre, dorment sur la table. Elles s'éveillent, belles tendresses, les volets s'ouvrent, le chant des oiseaux, il pleut dehors, il fait fort doux.

 

C'est bon la vie quand elle vit belle élégante, tutu de soie, chaussons noués sans s'étrangler, les pieds lancés leur piste de danse, belle liberté que ce jour en cours, juste commencé par l'air du temps.

 

Tout est bel zen, on part à l'heure, même à l'avance, on discute gais, on parle ensemble, puis on gare devant la gare, c'est un lundi, lundi c'est là! Le temps s'écoule, pas de navette, le téléphone, le chauffeur très malade sur la route, bien sûr que la Toto peut aller le conduire,

et puis, elle voit son collègue sortir du train, on se rappelle, la Toto le prend.

 

Plus on est de gais, plus on s'amuse, quel beau chemin par La Chapelle Launay, puis la quatre voies, la pluie se cesse. Elle les dépose, leurs plaisanteries, leurs douces gaietés qui font du bien.

 

Bonne journée, et à ce soir, la Toto là à ton retour.

 

Goût de la vie, odeurs ses bons, la joie demeure, comme ce week end, deux bords de mer, des ballades belles, de bons partages,

 

IL GRANDIT BIEN le jeune homme autiste, la Toto cavaleuse, elle apprécie de le voir tel, ses nerfs si calmes, douceurs des yeux, l'envie de bien faire, au mieux du mieux, tout est plus simple, rien que de la vie, à se *levivre, son chaque instant, d'intensité grande et belle vive.

 

Merci ce temps.

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 09:39

...

Rire sourire

Quand s'éclater de ses états

Cela est son possible

Comme c'est bon de vivre

Main dans la main

Ensemble

Dans la lumière de nous

C'est si bel bon d'aimer

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 09:28

...

Grâce si belle grâce

Que l'amour rencontré

Il frôle susurre des mots

Des frôlements exaltés

Une grande passion

D'amour dans son profond

La lumière dans l'épreuve

Tendresses bords des lèvres

Connaissance de soi

Même dans l' affre d'amour

Qui réveille secoue

L'amour c'est quelque chose

Qui rend si bel vivant

C'est bon de s'en serrer

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:03

...

La côte sauvage, la brume laissée derrière, de la lumière, plein, cette crique merveilleuse, des promeneurs, le temps se prend à pleins poumons,

des canards, des mouettes, des oiseaux,

son rouliroula, comme c'est beau,

inspiration, aspiration, expiration,

c'est beau.

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 10:14

...

Il y a de la brume, beaucoup son voile,

mais peu importe,

ce sera encore un bord de mer,

pour happer la lumière de sa beauté,

les temps à vivre sont vivables,

alors c'est bon de les vivre de plein,

quand en vécu en autisme,

une certaine légèreté est,

se redonne son vivre tout simplement,

sur ce chemin d'aimer encore la vie,

 

car la vie c'est précieux,

c'est tout son pesant d'être,

de se sentir dedans,

sa perle de vie, envie,

 

d'un je vous aime bel.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.