Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 17:04

...

Si hier encore les ressentis puissants de stress internes, aujourd'hui cet après midi, une certaine détente enfin, après l'explosion dans mille sens, après un choc, puis deux, et un troisième, tout cela en une semaine pleine...

Puis les nerfs se refont leur petite bonnefemmedechemin, un jour après l'autre...seize jours après...
Quinze jours d'hôpital dont quatre jours sans bouger, une sévère infection du rein, des hallucinations, des oedèmes lourds pesants, un zona dans la bouche, une bronchite, le coeur fait mal aux efforts,

sortie depuis hier...ma mère...entre hier aujourd'hui, une ressuscite pour elle, sa voix costaude rapide, ses appréciations plus justes, elle est revedenue actrice d'une partie de sa vie, et comme c'est déjà bien, juste un déhambulateur, que je n'en reviens pas en ce soir d'aujourd'hui...

pour le moment, la vie, et c'est fort bien ainsi...

 

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 20:28

...

Quand l'état d'un parent vieillissant de quatre vingt quatre ans, s'est dégradé, c'est tellement éprouvant, c'est un volcan intérieur qui remue des émotions si fortes, des stress puissants, cela fatigue puissamment, alors,
il faut pourtant encore *levivre ses meilleurs pour alentour, la vie continue, malgré ce passage de vie cruel.
Elle est vraiment bizarre, la vie, elle nous dévoile au fur et à mesure, sans jamais savoir qui on est, avant la traversée d'épreuves.

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 12:39

...


Ce qui est répugnant d'éprouvance dans ce monde, c'est ceux qui n'ont aucune idée de l'impact de leur mot, de leur geste, par bêtise, méchanceté?
Je ne travaille pas, mais je me souris souvent, à me dire, que je tente d'être une justicière,

JAMAIS JE NE ME SOUMETTRAI A ACCEPTER, L'INACCEPTABLE...

JAMAIS...

et je me souhaite, d'encore connaître l'immense joie de pouvoir parler, marcher, entendre, pour tenter des petits quelques choses, là, là et encore là,

C'EST ESSENTIEL,

car quand le coeur rempli d'émotions vives de sourires de joies, cela vaut les milliards de tiroirs caisses de la planète...

j' y crois à cette prise de conscience que L'HUMANITE DU MONDE FOUT LE CAMP,

Alors? pas une seconde à perdre, pas à courir pour des riens, juste se contenter d'être là, de favoriser d'être là dans des lieux où des personnes ne peuvent pas se défendre,

et avoir une entrée en ESAT, au FOYER D'HEBERGEMENT, à L'APEI, c'est une énorme chance de vie, quand je me réveille le matin, et que je sais pourquoi je vis...

AIMER FAIT TELLEMENT DE BIEN!

et quels bonheurs bien à l 'avance, encore, quand à 17H, je les vois sortir, je les entends me dire *la maman de..., yaouh, serrer une main, dire une plaisanterie, ressentir leurs rigolades, ils rient beaucoup quand ils sortent, tendre la main à celui plus enfoui,

mais ô que oui, mais oui, c'est une chance de *levivre ce tout cela, peut être qu'en pro, cela aurait été plus simple, moins lourd, mais aussi moins chargé de toutes mes émotions qui me déboulent en mère...

 

Dans le train de Lille à Nantes, je mesurais comme me taire m'est impossible! j'ai vu un peu entendu aussi, cela fut dit à la MDPH, au Conseil Général, à la Mairie, tout mot plein mérite de s'user à le dire!

 

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:39

...

Un café allongé, le bourg est en travaux, la Toto se gare devant la poste, des sandales pantalon, un sweat son orange ajouré, il fait fort doux encore, en ce début de matin,
la voix papote douceurs, partage des tendresses, puis le tour du jardin, enlever les fleurs mortes des géraniums qui sont encore fort beaux, si abondants cet été long,

le pas murmure l'herbe mouillée, il a plu quelques gouttes, la jachère offre de nouvelles fleurs encore,

le coeur soulevé bien trop, une bonne diète l'apaise, de jolies infusions à profusions de fruits, de feuilles, de clapotis,

la lenteur du matin se passe et fait du bien, des petits obligés vécus avec bonheurs, ne seront plus à faire,

 

cela aurait été fort simple tellement bien plus tendre, de laisser la dame du vendredi gérer jusqu'au retour foyer après l'aquagym, et moi revenir à mon gré à mes aises,

mais comme j'avais vu ce qu'elle ne voyait pas avec la même gravité l'état de mal du jeune homme autiste trois jours auparavant, il me fallait me dépêcher, ne pas râter un marche pieds, pour voir de vrai pour ceux qui ne voient pas dans les mêmes ressentis,

 

c'est une chance que l'ayant vu ressenti entendu fort mal il y a une semaine, c'est une chance bigenormous qu'il parle, que notre partage, que ses mots sur cette personne qui ne lui a pas donné ses médicaments, AUCUN EFFORT FAIT NE FUT VAIN POUR EN ARRIVER A CES FAITS D'AUJOURD'HUI...le prochain objectif, son téléphone portable...

 

le chef de servicedu foyer d'hébergement, en formation, on se verra en fin de semaine, pour échanger sur la gravité du fait qui s'est produit, à mes sens.

 

Je ne suis pas immortelle...

 

Mais il faut faire confiance, c'est comme cela qu'ils disent, beaucoup, alors une confiance obligatoirement limitée, nul ne mérite assez de matières de lui, pour être considéré comme irréprochable...

 

et ainsi va la vie, sa lan terne à la main, ses petits yeux éblouis, par l'effroi, la  beauté si jolie à serrer...

 

Et viva les compétences Humaines, la seule tâche à mes yeux, qui mérite de gagner des pépites.

 

CAR L' HUMAIN EST PRECIEUX, *levivre se vit une fois, pas d'autres vies ensuite...

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 16:30

...

Je souffle, et c'est bien, de l'entendre s'essouffler moins, de tenir longtemps la conversation,
ma mère,
c'est merveilleux le téléphone, alors quand le vivant, peut se vivre, c'est si bon d'appeler, être appelé,
pour partager des trucs des machins choses, simplement de la vie, dans son simple état d'être,
une pensée pour ceux qui ne peuvent communiquer d'un pays à un autre,
car cela coûte, tout cela,
pour ceux privés du voir, car un train c'est fort cher...

la vie est bien injuste pour tant et tant de gens, qui ont le droit de *levivre, et pas que pour souffrir...

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 14:42

...

 

Ce fut costaud là haut, en remue méninges de têtes,
et comme si voir ma mère dans cet état là, n'était pas suffisant,
il a fallu de mes pieds posés dans sa chambre d'hôpital, face au docteur,
exposer clairement les dires de ma mère entendus, au téléphone,
à distance, pour les soins dans la nuit...

et comme la chance d'une bonne idée de la voir,
en début d'après midi, puis ensuite en début de soirée,
le destin m'a permis d'être là, quand docteur et chef de service sont revenus,
ensemble...
on a repris clairement, le chef de service s'est excusé bien fort auprès de ma mère,
d'autres plaintes lui étaient parvenues...
la rédaction d'un écrit, nos signatures, de vrai...

 

il y a deux personnes la nuit pour trente malades,
MAIS, si on doit attendre, parfois c'est vrai, et bien réel,
ON NE PEUT TOUT ENTENDRE, 

j'ai bien exprimé que des mots dits étaient de la maltraitance verbale,

ET QUE LA PERSONNE AGEE, HANDICAPEE, FRAGILE,

MERITE LE PLUS GRAND RESPECT.

 

C'est une lutte de *levivre.


Mon souhait le plus profond, en traversant ce couloir,
c'est que ces personnes sans gestes possibles sur leurs lits,
soient respectées dans leurs douleurs, HUMAINEMENT,

ce serait déjà un pas immense pour qu'elles soient plus apaisées. 

Repost 0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 20:50

...

Aujourd'hui, à Pornic, de la mer, des bâteaux, le regard emporté vers un ciel ses rayons, le remercier ce tant qu'il apporte en ce jour, c'est tellement délicieux, sur deux jambes, portée, d'engloutir ce tout beau, de partager, de croiser, de manger des tapas, un verre de sangria, un brin de poésie, les mouettes, la vase, les algues, ce tout bon, la v i e à pleins poumons, parfois une image triste, on ne peut oublier quand la vie se la quitte, et cet électrochoc confie de la vie à *levivre, à s'ouvrir l'horizon, assouvir des envies, des projets, de idées, la vie est tant sa courte, nul ne sait de son temps,

 

alors *levivre sauve d'un ennui de non vie.

Marcher et respirer ce soleil sur les jambes, apprécier cet Automne si bon si chaud son antre, comme c'est si belle offrande, parfois se recueillir, parfois se sautiller, parfois baisser l'allure un peu sa fatiguée, parfois marcher fort vite, comme cela fait du bien, de se sentir vivant, *levivre matière jolie quand elle tisse des douceurs en plein son nez voltige.

 

Ce soir de seule posée, tithome son vase vide, le lys jaune s'est éteint, bientôt de la fraîche eau pour accueillir encore une fleur ou plusieurs d'être, leurs coeurs sont des amours qui diffusent dans la pièce un parfum singulier qui donne une telle force, que la lune semble tout près.

 

 

Et encore celui, cet écrivain poète spirituel, que j'aime,

et encore merci à l'ami qui m'a envoyé trois livres,

il y a des ans...J'aime leurs voix, leurs mots... 

 

 

http://www.francopolis.net/francosemailles/Bobin-Sabine.html

 

http://www.youtube.com/watch?v=P95AbfOkvGA

Repost 0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 20:28

...

  Des voix à entendre,

  cela ne peut pas faire de mal,

  de lire des matières de vie, des pensées,

  cela ouvre des horizons d'éclairages,

  parfois le vécu ouvre les yeux,

  parfois il en faut bien plus de vécus pour voir,

  et lire, entendre, l'oeil ouvert, la main tendue,

  pour offrir partager son réel, recevoir le réel d'autres,

  cela peut aider sur le chemin du libre choix,

  au plus on sait, au plus on a vu,

  peut être que dans ces cas là, on peut moins se tromper de voie,

  singulière pour chacun, inédite pour chacun,

  c'est quand on marche qu'on sait...

 

  un peu plus...pour le meilleur pour soi et les autres...

 

  c'est bon d'être curieux, cela aide à ne pas se momifier en son état d'endormi.

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=5YiwhsK6_bo  

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=1MvX79SnKDo

 

 

Repost 0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 18:55

...

Sortir d'un service de gériatrie,

quand sa mère y est, c'est pas rien,

sortir du foyer d'hébergement de mon fils,

c'est encore autre chose,
c'est toute sa vie devant que le lui confie sa vie,

et c'est fort éprouvant...

il faut *levivre pour l'entendre le ressentir son Là,



à être fille d'une mère,

et mère d'un fils autiste...

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 09:32

...

Quand on revient d'un  voyage tout au bout de la vie, dans ses sens attendus, d'autres inespérés,

une fille a échappé à pire, elle s'en sort peu de séquelles,

d'autres leurs percutants comme un service de gériatrie, c'est un état ensuite,
qu'il faut quitter bien  vite pour levivre son état de vie avant d'en être au bout,

et puis ce marathon de rentrée, 40 mn stoppés sur l'autoroute,
le marche pieds du train à 11H quand il part à 11H06, la pause, la récupération

après un tel passage mouvementé et palpitant,

la course pour entrer dans celui direction le bourg, 16H02 dedans bondé, départ les 16H04,
yaouh, ce fut possible, et puis la montée de 25mn du côteau, à allure pressé,
s'asseoir dans la Toto, reprendre un peu de souffle, direction l'autre bourg à 12 mn,
le jeune homme autiste fort bien, gai, revenu à lui dans ses meilleures capacités,
quand la médecine en médicaments l'aide à aller mieux,
et direction St Nazaire, son groupe d'Aquagym, ses sourires, sa belle humeur,
son sport pour lui, la jolie route, des moules l'attendaient à l'arrivée,

il est en week foyer, une visite ce soir, comme tous les deux mois,
histoire de consolider encore, toute cette vie pour lui, là, en foyer d'hébergement,
quatre nuits par semaine et trois weeks par mois,

et la Toto vers Vannes, vers ce bel Morbihan, ses murs, ses gens de mer,
les bâteaux et son port, le soleil timide, mais il est encore là.

 

 

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.