Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:06

...

Voir ceux qu'on aime, heureux,

dans la réalité de leurs vies,

   
un essentiel de vie, pour eux,  

 

quand *levivre au plus près n'est pas possible,

chaque jour, 

pour se donner d'aimer à ceux qu'on aime,

la vie offre son limité dans le réel possible,  

c'est cruel à accepter, cela fait souffrir,

 

c'est un si douloureux passage de vie...et...

 

peut être cela apaise de savoir ceux qu'on aime, HEUREUX...  

 

Être humble devant le principe de la réalité de la vie,

est un essentiel pour pas se perdre de vrai.

 

Mais si... 

 

C'est pour de vrai de vrai, qu'il est si bon d'être heureux, aimé dans sa chair..

 

C'est pour de vrai de vrai aussi que l'âme peut être heureuse, aimée dans son âme. 

Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 16:42

...

Le changement de personne du mardi, le dérange, et c'est plus dur pour avancer,

c'est heureux que ce bourg ressource au maximum, avec ses ondes d'amour en plein ciel, 

cela donne des forces pour continuer ce courant de vie, essentiel, 

pour l'aider, pour l'aimer, pour apprécier avec lui, les bontés de vie qui permettent de ...

 

*levivre, plus léger, ce vécu en autisme...

 

Avec une personne différente, il faut un temps d'adaptation,

normal, en fait, comme pour chacun, finalement,

mais bon, un peu plus bloquant quand même,

 

et youps, quand le serein revient que la neuve équipe en cuisine composée, se trouve, rit,

 

j'aime de toute puissance ce précieux temps qui me berce de bien être.

Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 14:10

...

Quel régal d'avoir marché de partout le bourg ce matin, d'avoir vu fuir un lézard dans un vieux mur, de croiser le vol d'une hirondelle dans l'entrée, de dire bonjour, d'écouter les vacances d'une copine de la torréfaction, d'une autre du petit hôtel sur la place, c'est bon de retrouver vivant ce creux de vie ici, bien niché sur son côteau, de croiser encore tout à l'heure de la roche sur le bord d'un mur construit sur ces vieilles duretés qui durent depuis des décennies,

 

ce sentir dur comme du roc,

 

et aussi doux comme du duvet,

 

c'est émouvant d'être celle Là...

 

La joie de voir que la tête libre, peut ressortir sa plume, posée pendant les séjours d'amis, les peines de passages de vie, *levivre se dégouline des petits bleus tendres, comme les deux tiges prises hier dans les mauvaises herbes à côté du potager sa mine de platine si chère à mon coeur, dans le petit vase sur le meuble de la cuisine, elles rayonnent,

 

mon coeur avec,

 

c'est bon si bon si bon Tellement,

 

*levivre,

 

la porte fenêtre ouverte, le soleil, vingt six degrés, le Nord a froid, c'est ici qu'il est bon de *levivre, ce petit coin m'a conquise, on s'aime d'amour fou...comme j'aime aimer sans raisonner, juste d'amour...ce qui étonne les amitiés, quand ils se rappellent la home in Nord, quand little home si différente, si rien à voir, si juste à laisser tout le temps pour aimer aimer aimer... 

Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 14:00

...

Le petit bourg je l'ai marché papoté tant aimé encore ce matin, mais comme il m'a manqué pendant les vacances, plus lui, pas lui même en vadrouilles pour tant, si vide, ses boutiques rares fermées, bien plus de la désolation que de la consolation,

 

il a repris sa reprise et comme je le remercie d'offrir ses tellement, que de *levivre, que de *l'aimer, peu de monde mais des êtres Là, de vrais, en sourires, en partages,

 

c'est incroyable combien six ans et demi après le débarquement ici, pour tenter oser capturer des jolies libertés pour le jeune homme autiste, mon fils, et puis, pour moi aussi, comme c'est bon,

 

ma vraie liberté reprend de le savoir si bellement pris en charge, accompagné, si gai si épanoui serein, comme cela fait du bien, comme cela m'envole si bon, si bien,

 

merci la vie, merci de *levivre ce merci bien,

comme je suis chanceuse d'avoir usé utilisé mes énergies de santé pour avancer er voir et peut être être surprise,

 

et quand je vois je sens je renifle cette rentrée si apaisante, comme c'est bon,

 

les temps de séjours avec un organisme de vacances, cela reste pas fort libre pour la tête, bien plus encore après le grand déluge de fin Août 2011, c'est loin c'est près, c'est car ce fut, et ce n'est pas à oublier, il faut en tenir compte, et ne pas faire n'importe quoi,

 

un équilibre c'est fragile, même si cela semble ressemble acquis, ancré, donné pour la vie,

 

*levivre c'est chaque jour, et cela demande l'attention en amour de chaque jour son jour,

 

mon épuisement si fort hier, et puis je m'étonne de retrouver de la légèreté, dès aujourd'hui,

 

c'est que c'est épuisant l'amour, mais comme c'est régalant car sans aimer on meurt,

 

une vie en amour pour qu'il soit en lui comme il est en lui, c'est incroyable, c'est tellement vivant de le voir son vivant, surtout en pensées en raisonnements,

même si en pertes de repères habituels, il peut y perdre de ses facilités, et voir ressurgir d'anciens démons,

 

mais cette fois, ce fut si minime, si sans gravité forte, juste que mes yeux de mère de l'avoir accompagné ces vingt sept ans et demi, Tellement, peuvent voir si vite si fort, ce que d'autres ne verraient pas ou si peu ou si à côté de la bonne plaque, qui pourtant guide et permet d'agir réagir au plus vite.

 

Merci *levivre d'aller le chercher à 17H à son ESAT  SA ESAT, d'oser sans aucune crainte de faire remplacer deux fois cette semaine la dame des mardi et vendredi par la remplaçante de l'été dernier, pour une semaine.

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 17:07

...

Ma porte s'ouvre, et je me bois, dans le regard de l'hirondelle si jolie sa frimousse, un an c'est long c'est court pour la nichée de l'an prochain, alors, chaque seconde possible, dès le désir de m'être, j'ouvre mes yeux les écarquille, comme c'est beau comme c'est bon la merveille de *levivre, il pleut dehors mais peut importe, le nid bien à l'abri douillet, dessus la lampe, dessus la planche de bois avec la plante verte qui tombe en cascades de feuilles si vertes...la vie est...merci d'être...

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 15:51

...

Pour la seconde fois depuis hier, je suis allée rendre visite au potager, hier à deux, aujourd'hui seule, et comme cela m'a fait du bien, avec lui, en le regardant, en me baissant, en appréciant tellement chaque seconde, je me suis sentie si forte de racines souterraines, je regardais la terre, et son dessous les pommes de terre, et puis au dessus des piments, une tomate rouge, j'ai apprécié tellement, et quelles joies de voir des fleurs sur les cassis groseillers framboisiers, j'ai tourné autour, marché dessus, relevé une feuille, poussé un escargot, et la vigne, et une si jolie rose grosse sa jaune, et les salades et les choux, je me suis sentie si vivante, moi l'un peu morte de cet Août tel...

 

Si bon de revoir mes racines, que je croyais parties, si bon de sentir la sève en dedans sa frétille sa jolie, sa passionnée d'aimer,

 

on verra bien, tout cela...

 

quand ma mère son corset avec des lames de fer, début Septembre pour remplacer un autre,

quand sa petite fille, la première, son corset de vie, à *levivre, on espère, cette fois ci...

 

Je n'ai rien fait de mon jour, juste un peu de repassage,

 

je n'ai fait qu'aimer mon jour, et comme c'est bon d'aimer,

 

j'ai flâné dans le bourg, désert un lundi, mangé une boule de glace, rêvé, je me suis laissée emporter par moi au pays de moi,

 

et comme c'est bon... 

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 15:38

...

Le seul pour soi, aujourd'hui, cela fait du bien, c'était essentiel, tant de pressions amassées, cet Août, avec le second séjour du jeune homme,

ce sera à partager avec la direction du centre de vacances, la semaine prochaine, pour des séjours de l'an prochain, sans cette mort lente du parent, quand il a compris que l'équipe pas mise au courant, n'a pas lu le dossier, se permet d'oublier le vacancier qui arrive en différé. Jusque 2013, une structure à petite échelle, et puis la direction est partie, il semblerait que le tout soit plus lourd...à creuser, à voir de vrai, pour savoir...c'était si léger de savoir le jeune homme autiste connu, reconnu, depuis cinq années avec le même organisme, rassurant, apaisant, mais bon,

il faut bien croire encore et toujours, que rien n'est jamais acquis, A VIE..

 

La pluie tombe si fort, c'est heureux que cela soit ce jour et pas le premier jour de lundi dernier, pour ma fille de passage ici bas en Bretagne...

 

Il n'y a pas que de la pluie en Bretagne, mais ce jour c'est le Nord, déposé dans le petit jardin, un ciel gris, des paquets d'eau continus, c'était prévu et c'est... 

Repost 0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 20:33

...

Ce soir, à l'arrivée, trois hirondelles dans le nid, deux parent s'envolent, le petit reste seul, ses deux à la verticale sur les murs de l'entrée, puis le silence reprend ses parfums d'aises, après quatre semaines remuées en tous sens, c'est pas rien, *levivre, ses passages, dans un âge qui s'avance pour soi, pour d'autres alentour, le reconduire au foyer ce soir à 18H45, entendre qu'une jeune femme lui dit que son père décédé, cela fait expirer un grand coup en intérieur, le jeune avance vers son studio, et on vide sa valise, *levivre continue...il sera radieux à la porte d'accueil en au revoir, et c'est bon, cela fait du bien, huit jours déjà qu'il a repris ses marques, en ESAT SA ESAT, au FOYER de quatre nuits, un week par mois, à little home, et c'est rassurant, il semble fort serein,

 

quelles joies de le voir enlever une petite courgette de notre potager,

 

puis une immense sa grosse énorme, de la longueur de mon coude aux bouts de mes doigts, de la grosseur de mon avant bras, chez la dame des vendredis, partie en vacances, de le voir accueillir avec joies des tomates données par son fils, du pied au sac de papier, des petites tomates cerises, une salade, et des carottes, bon, il n'ose pas tirer sur les verdures de peur d'arracher,

 

mais cela viendra, tant est déjà venu, que je n'en reviens pas, c'est juste moi, un coup de blues, en lassitude  ce mois son Août,

 

*levivre reprend son cours, et c'est bien..

 

Le silence ce soir, fait du bien, tant de bien, pour se palper d'aimer encore *levivre... 

Repost 0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 09:35

...

Le brin d'herbe a repris des couleurs, il est moins son raréfié, d'un Août mitigé pluie la nuit, soleil le jour son vent, après un Juillet caniculaire, l'Eté 2014, une nouvelle ère encore à engranger dans le grenier du cervebel, les tons doux y roucoulent, les grands stress restent sur les charettes en contrebas, le puits des espoirs, monte et remonte des seaux de gouttes précieuses, encore, et cela fait du bien, il était temps de retrouver des saveurs de *levivre, c'est que c'est pas rien, une vie, et cela passe si vite...si c'était possible j'achèterais bien des points pour acheter une quinzaine d'années de plus, fort certainement, celles passées si vite si en amour comme elles se sont traversées, dans le plus rude de quinze années en autisme, c'est l'amour qui a permis de continuer, avec énergie et espoirs, pour peut être le voir ressentir dans son plus près de lui possible, et comme il va bien, il exprime ses envies, ses pensées, il partage en mots, il s'intéresse à des choses de la vie, il est souriant pour la plupart du temps, c'est bon c'est beau c'est ainsi de *levivre...et je me baille encore bien fort, la fenêtre ouverte sert mes efforts d'aimer au petit bois ses charmes, et en réponse des cris d'oiseaux me chantonnent.

Repost 0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 09:29

...

Chacun repart vers sa vie, c'est un gros vide, des espaces temps à traverser encore...La jeune hirondelle unique, est encore dans le nid, les six ailes égaient le hall de leur remue ménage, c'est froufroutant et bel, on parle déjà de la rentrée pour les enfants dans une semaine, les adultes ont pour la plupart repris leurs activités, le visage baille encore si fort, tellement hier et avant hier, l'arrivée de Septembre, a ce goût d'Eté 2014, et la gorge baille et baille, beaucoup d'air du dedans à expirer, pour inhaler des gouttes d'oxygène tout neuf, pour avancer encore...

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.