Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 16:31

...

Un retour du Nord, un rebond encore, quitter là haut pour retrouver ici bas.

Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 19:42

...

De retour de voyage, son à travers le temps, dans le présent réel,

cela fut bon de recevoir autant, dans le Nord, la côte belge,

la plume fatiguée des kilomètres en encrier, elle reprend son souffle...

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 11:30

...

Comme le vide son immense quand avant hier ses six entretiens avec six personnes, que la tête marche ses pas hume les douceurs plus encore, se refuse de se projeter pour ne pas être déçue,

alors quand l'inespéré tombe,

c'est propulsant de faire la remontée demain pour les revoir, les serrer, les embrasser,

ce temps en région parisienne est compté pour ma petite fille, son frère ou sa petite soeur à venir, alors comme c'est fort, le maximum de temps qu'elle passera avec nous, ici,

-

dans ce lieu magique où la vie est,

transmettre les délicieux parfums, le goût en odorat intime en tout dedans, l'envie de vivre son tranquille, dans des moments si chauds avec grand papa et manou, le tonton qu'elle aime fort dont elle attend parfois les réactions leurs lentes,

yaouh, mais comme c'est immense, ce ciel qui envoie des forts, des délicats, des tendres, des jolis, des partages magiques,

ô je t'aime ma vie, *ô je t'aime toi dans mon coeur et comme je suis heureuse de ton lieu à venir...en famille ses tendres recomposée en amours ses délices.

-

ce jour est mémorable,

de la neige fondue hier en abondance...

mais quelles chances...

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 11:27

...

Merci le ciel que j'aime quand tu donnes de l'amour

J'en frissonne, le nez coule, les yeux se sèchent leurs pupilles

Un sms   il a eu sa proposition sur Nantes

Mes deux petits enfants dont celui à venir

Yaouh mais comme c'est fort

De les savoir quitter l'enfer de la région parisienne

Yaouh mais comme mon ciel est généreux

Merci le ciel que j'aime alors donne et donne sans compter à ceux qui souffrent

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 09:42

...

Un chocolat sur la place, puis une lessive en route, un autre café en papotes l'amie, et puis une belle marche malgré un froid si grand, les pieds nus un peu froids, les mains dedans les poches, comme cela fait du bien cet air vif ce soleil,

c'est une grande chance que cette ballade douce,

et chaque jour s'accueille, en tendresses, en mouvances d'ondes agréables, cela tisonne le petit gosier de bien belles élégances, souvent la main quitte la poche et arabesque le ciel,

c'est tellement si fort que de toucher son ciel de la pointe d'un doigt, qui clavière l'espace terre sur des touches délicieuses,

comme c'est bon d'écrire de partager du bel,

après tant de fouillis, le passé est derrière,

le présent est fort bon, et il en redemande sans jamais se lasser, à se saouler vraiment d'amour une si belle graine qui pimente *levivre de comptes si grand en coeur,

c'est si bon que la liberté sans dépendance des coeurs, juste le spontané, la vie tendre à partager, le respect de son autre, des valeurs de la vie à se mouvoir légers.

Une ambiance feutrée en ce Printemps qui compte, qui émotionne doucement, qui donne à voir de belles curiosités, qui s'étonne, découvre,

et l'émerveillement chaque jour qui bel rentre en invité superbe qui donne à vivre *levivre.

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 09:34

...

On ne déloge pas un jeune homme autiste, en claquant les doigts d'un coup d'un seul, pour juste les jolis pour soi plus encore, pour le deuxième petit enfant à venir,

il y faut marcher et penser et remuer des réalités obligées, et si cela donne d'abord place à des grands vides, des spirales qui vertigent, ensuite des éclairages fixent des beaux, des bons, des tendresses, des précieux, des douceurs, des rires, des tranquillités, des amours,

et se dessine ce qui est forme de projet beau, cela donne des ailes,

alors, le pied son élégance chausse sa ballerine en laine de mouton, il fait fort froid ce matin, et l'oeil capte fouine, se ressent fort où il pourrait se vivre tendre,

une maison plus grande, du gazon leurs petits pas, les belles racines dans cette région généreuse en vues, c'est émouvant d'avoir pris radicelles ici, quand le Nord à rejoindre demain, se fait désirer, car nulle envie de retrouver cette région d'avant, juste le plaisir de revoir les enfants, quelques amis, un mariage...

Le temps forteresse souple le passage du temps,

c'est bon de rechercher un lieu pour revivre à deux, parfois à trois, et penser accueillir en sourires, bons plats, un havre de paix après ces traversées, plus encore, puisque le temps sait qu'il ne sait jamais, et qu'il est bon *levivre son juste instant plein de vie.

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 15:44

...

Les valises sont prêtes, pour remonter dans le Nord, plusieurs longs jours,

de la neige fondue recouvre little garden, les vitres de la Toto, blanches,

il fait froid, c'est une fin de mois étrange, à chercher un autre lieu, à chercher voir où,

se poser, reposer, vivre tout simplement, revêt un parfum différent encore,

dans un vécu en autisme,

-

décidément, c'est un parcours qui suit poursuit l'être, bien plus qu'il laisse libre totalement,

mais c'est ainsi...

-

une jolie et belle et légère solution se trouvera encore,

juste à fouiner chercher tourner se retourner pour dénicher le lieu...

cela prendra du temps, tout le temps nécessaire, essentiel pour se sentir fort bien,

dans son vécu sa voie, à sans cesse ajuster, selon les regards d'êtres, seul et aussi tous ensemble...

Repost 0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 13:51

...

Et quand le ciel sur terre permet,

de recevoir tranquillement des connaissances d'Ouest, un samedi soir,

dans un vécu ses doux en autisme,

même si un chouya de crackboumhue juste avant leur arrivée,

puis un dimanche matin vers Vannes la jolie, Arradon sa côte devant l'île au moines,

mais qu'est ce qu'elle est bien bonne la vie,

de sauter son bouchon de champagne,

de remercier, d'apprécier les tendresses,

et quand le ciel sur terre illumine,

le chemin de belles grâces...

Levivre se secoue, mais il ne rêve pas,

c'est possible, voilà que des respirations plus encore,

merci merci merci si humble devant ce Printemps doux,

qui secoue les prunelles de tressautis leurs gais.

-

Et quand un RV à Guérande ce matin,

qu'une place près de l'église si déserte à 9h30,

que le petit café dans une boulangerie, tous les cafés fermés...

cela repose, fait apprécier l'air vif,

et l'envie folle d'aller sur le bord de mer,

l'assiette de fromages, une pression, un café,

les pieds dans le sable, un air frais mais le soleil si bon,

et l'être n'en revient pas que ce temps s'écoule,

-

ce fut si différent, il y a trente ans...

il y a encore cinq ans...

-

merci merci merci ma grande expiration du temps d'écrire ferme les yeux, compose,

une bien belle mélodie, d'amour tout vivant.

-

Beaucoup de travail, d'accompagnements par des cent personnes,

pour en arriver là,

et puis il y a encore ces temps essentiels, fort nécessaires, *

pour entendre ses soeurs, prendre encore plus de temps, pour panser les blessures...

Repost 0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:41

...

Le réveil avec le soleil, son lever tôt son petit déjeuner au visage radieux,

et comme je monte ensuite, le voilà rendormi de son réveil matin tôt de 7h30,

et cela me fait sourire,

comme le tendre week à *levivre, ce week, juste à se laisser aller à nos envies de curiosités de bords de mer, de farniente, de bonheurs partagés, à nous trois,

et recevoir ce soir, ô mais comme il adore, le jeune homme autiste,

il aime les joies, les belles vues, les bonnes choses,

et cela réchauffe le coeur doux, de toutes ces années derrière pour en arriver là,

à ce Présent goûteux, quelles joies d'exister.

Et les bonheurs immenses du week dernier de revoir enfants et petite fille, quatre jours, même si il a fallu quatre jours pour reposer les fatigues, quand on n'a plus trente ans...

Repost 0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 14:24

...

Et je souris *levivre

En pensant qu'en valise

Un rasoir, une chaussette

Sa tétine, un dentifrice

De deux filles

D'une petite fille

Et aussi d'une amie

Oubliés Little Home

C'est de la poésie

De les serrer bien fort

Du souvenir vivant

De leurs présences belles

J'aime ces petits poucets

Qui souhaitent rappeler

Qu'ils sont d'abord vivants

Dans l'instant de la rencontre

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.