Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 15:36

...

Quel doux confort que little home après le Nantes toutes ses voitures, ici le calme, la fenêtre ouverte sur le bois qui me papote des ondes fraîches si délicates, le séjour posé son serein bel, comme c'est une chance que d'être là, rien que pour soi, avant ce soir, les yeux se ferment et apprécient, aspirent de l'air de l'oxygène, des senteurs douces, du bout des doigts, les arabesques à fleur de peau se donnent à *levivre, instants précieux qui donnent sève...pour s'exister en créations de petits mots, de palpites douces légers sons graves d'un jour son tel...

Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 15:33

...

Il y a des jours de folie du terre à terre, comme celui ci, le départ de matin en sos informatique, skype a bloqué l'entrée, puis cela va, et comme je lui demande d'alléger l'ordi de mon fils, cela est long et semble impossible, plus d'internet, je reprends l'ordi, tente à toute vitesse avant un RV sur Nantes, mais pas d'internet, il faut ensuite reconduire l'ordi au bourg plus loin...pertes de temps sur le bel temps à prendre...et pour ce soir son internet sur son ordi semble impossible...lui prêter le mien sa version 8, c'est à tenter...

plus de stress possible, alors que le zen, c'est mieux comme çà...

Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 15:49

...

Ce matin, le marché de l'autre bourg, celui de son ESAT, Foyer d'Hébergement, et quelles joies ses 9H30 son 9 degrés, un jean un teashirt son gilet tendre un peu chaud, et la balade du panier ravi qui rit, des gens, des choses, des trucs, des légumes, de la vie encore, son petit café même deux, une part de gâteau aux pommes, un journal, des connaissances des bonjour, c'est gai, une belle marche à travers les rues, la jambe en forme de beaucoup de kilomètres d'hier, le ménisque a s'en préoccuper pour le chirurgien c'est pour la fin du mois prochain, en attendant sans rien attendre, ou tellement, la joie immense de marcher, de sourire à me voir quelques jours avec des béquilles tantôt pour ensuite gambader plus encore, en corps qui aime *levivre plus encore...c'est une merveille de constater que cataclysme après cataclysme, *levivre se cueille encore au plus près avec bien plus de ressentis frissons, yaouh, quelle vie en dedans, le docteuR appelée, la nutritionniste du jeune homme, elle fera un certificat pour préciser que

 

SE BOUGER SORTIR c'est VIVRE pour le transit et pour le reste...ET LE RESTE

 

c'est peut être bien le tant d'une vie...

Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 15:44

...

Si le potager c'est fort bon d'y regarder pousser, quand vient l'Automne son dos à lui enlever ses herbes, c'est un peu moins son gai, pourtant la joie est là, déterrer des pommes de terre, voir encore ses framboises il les cueillera demain les récoltes abondantes, les rosiers à dégager, le pied de vigne a perdu ses feuilles, je rêve déjà au Printemps ses graines qui sortent de terre,

 

au potager cela reste la belle saison d'aimer à travers les saisons,

 

et puis la jupe posée au cas où, avant de la laver avant l'hiver, a revivifié les mollets un peu plus tristes sous les étoffes, et quel bonheur cette douceur ce doux sensible légère bise, un chaud soleil 29 degrés en regrimpant la Toto, c'est étrange incroyable de connaître, la fin des quatre saisons du temps d'avant...

 

Les saisons se bousculent, peut être qu'il va falloir bouger le temps des vacances d'été pour ceux qui travaillent, c'est déprimant d'être enfermé quand leurs tentes trempés en Aoüt... 

Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 12:25

...

Quelle chance hier, ce dimanche à la mer...

 

quand le soleil est là, que partir son oblige pour la cueillir la vie au plus près de *levivre,

et de retrouver entre ici et La Turballe, la bouchère d'Herbignac, ses mots, ses bonnes choses,

pour un piquenique visé sur un ponton en bord des ondes belles,

la boulangère sa baguette aux céréales, sa jolie décoration pour Novembre.

 

Et quand vient le temps de prendre un verre devant le port,

qu'ensuite le pas se glisse belle destinée vers un ponton calme roulis clapotis tendres,

des petits poissons tout de près, c'est bon c'est beau c'est chaud de vie qui rentre, se prend...

 

le pâté de campagne fleure gai le palais si chanceux, la baguette croustille ses blés,

les carottes rapées si tendrement assaisonnées, le vie est belle dans ses magies cueillies,

 

la tête se décapsule, inspire expire, mange calmement,

et le moment de s'allonger, le dos reposé pausé quelles joies, les pieds frétillent des petits ronds,

les doigts naviguent des arabesques, le doux repos en plein soleil grille la peau qui s'époumonne,

 

comme c'est bon c'est doux c'est tendre *lebelvivre un jour d'Automne,

 

ce week précieux tellement pour moi, c'est qu'en autisme faut être là,

 

et là posée je suis en Là, tout en profond, tendre chuchotis de l'âme qui aime,

 

puis des pas doux, un petit café, des gens beaucoup, il fait soleil...

 

Un retour beau par Piriac, une autre rive, des belles vues,

là je profite de chaque seconde, bien décidée à repartir après la nuit,

et le jour tombe, la mer est calme, des petites lumières, comme c'est grand de vie dedans,

 

la Toto pleine de cette journée revient solide et aérée, pleine de projets de paix d'amour,

 

c'est cette née...qui a vécu...aime la vie à *levivre bel ses replis d'âme qui aime aimer, vivre pour aimer...

 


Repost 0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:47

...

Ce dimanche matin, j'ai en dedans, les images si dynamiques pleines de vie de mon fils autiste de

vendredi 15H50, pétillant quand je le prends à son ESAT  SA ESAT,

puis de rejoindre la dame, les laisser en joies aller réajuster ses lunettes, puis sa montre à revoir pour le changement d'heure, quand je suis à SOS informatique quand ils me rejoignent,

on marche vers la torréfaction, propriétaires nouveaux, Flavie est partie mais il gère fort bien, accepte cette nouveauté si souplement,

il est fort bien si bien, tellement épanoui, on marche beaucoup dans le bourg, de haut en bas, et on le laisse sur la place, il souhaite rentrer au foyer, SEUL,

la Toto démarre après lui, quand il a  déjà bien avancé, va doucement, le double à mi route, et le voit au bout de la dernière rue avant de s'engager sur le parking, 5 minutes à pieds, c'est si rapide, et pourtant,

ce trajet là, seul, sans coach plus ou moins loin, ce n'est pas encore à l'ordre du jour,mais peut être que cela viendra...

 

travail de vie à faire et à refaire, car...quand

 

LA LIBERTé DE L'ETRE ARRIVE AUX PRIX D'EFFORTS, c'est essentiel,

 

et puis faut dire que dans le vécu,    

L'AMOUR permet tellement la possibilité de sueurs pas vraiment ressentis durement...

 

LE VIVRE...

SONVIVRE...

MEVIVRE est si son simple quand son épanouissement déjà, quand des progrès encore...

 

Alors la lutte avec les structures pour clamer

 

BIEN ETRE   EPANOUISSEMENT   LIBERTé DE BEL CHOIX    NUTRITION  PLAISIRS,

 

cela me parle, Ô oui, cela me murmure et me donne des forces immenses...alors çà và!

 

On n'abandonne pas quand on aime...sauf si la santé ne permet plus... 

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 22:35

...

A mes amours, d'un je vous aime tellement, que ma peau elle s'emporte me bouillonne en dedans, mes amours de ma vie, que la distance, mes manques...

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 22:29

...

Ici çà va, et aussi çà va pas...quand on n'a que l'amour...

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 22:06

...

Des chocs, cela sursaute, la peur, l'effondrement, électrochocs, cela emporte la tête, cela l'enferme, la décapsule est salutaire pour pas sauter ses plombs...quand en hypersensible, *levivre n'a de sens qu'en amour...

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 22:04

...

C'est tellement une chance d'être née en France, quand je vois ces personnes obligées de s'enfuir de leurs pays, et penser vivre un bout de paradis ailleurs, en prenant le risque de mourir,

 

 

il y a des destins qui n'ont pas d'autres choix que de tout tenter, pour peut être serrer *levivre...c'est terrible.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.