Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 22:07

...

Derrière le paravent de l’ordinaire, se cache la poésie où tout est permis.

ll y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps.

Don DeLillo

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 21:31

Cela reste vibrant d'être à l'Ouest ici,

cela fut si douloureux cette extraction avec le Nord et les aimés,

cela reste parfois encore rude comme ce week quand ma mère si fragile,

cela est comme çà de destin fait ainsi,

et,

cela reste si facile à comparer avec celui qui quitte tout sans rien, sans toit, seul,

cela est bon de se recueillir de s'adapter avec ce que la vie nous donne de bons,

cela reste si bon de rêver encore à des meilleurs en amour.

Voir les commentaires

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 21:25

...

La rendre possible cette liberté visée de belles matières en amour dedans quand la permission du ciel le permet, dans la douceur le plus possible, sans orages secousses qui secouent alentour.

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 21:24

...

Lui, le jeune homme autiste de vingt huit ans, va fort bien, et c'est déjà son bel d'essentiel aux yeux d'une mère,

et dans les yeux de la femme?!

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 21:18

...

Le silence sans confort d'aises, le goût de la liberté âcre, quand l'autre oblige par ses malveillances, à rester fidèle au poste de mère. Douleurs et impatiences, mais le cap visé en belle échappée, n'est pas un jeu, mais un essentiel pour rester en vie. Certains vivants sont déjà morts, et peuvent en entraîner d'autres, dans leur sillage. Une vie sans amour, n'a pas de sens.

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 13:28

...

Quand le panier d'osier fait sourire et se rire, la caissière,

il se délice et enfourne en cerise les joies de sa frimousse.

Et quand il coiffe la toto d'un chapeau de paille son été joli,

cela lui donne des ailes, un bel air de liberté,

mais ce n'est pas une liberté pleine.

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 17:22

L'œil se mouille, le souffle se reprend, et expire, se crachouille le nez, quand c'est à la Hongrie cette fois de mettre des barbelés, dresser un mur, pour empêcher aux serbes d'échapper à pire. Ce sont des foyers embrasés qui sont là et là et là, beaucoup,

il y a beaucoup de souffrances,

et le sens de délivrer encore des beautés, c'est une façon peut être si humble si ratatinée si petite, mais cela garde le cœur vivant d'imaginer que la bonté la beauté puissent happer, et guider, empêcher de dériver.

Personne n'est à l'abri d'un disjonctage, de faiblesses, en forces faibles et faibles forces,

c'est peut être juste à la fin de la vie, avec que la mort, que la personne est vraiment révélée sur toute la longueur de sa vie.

La vie révèle par ses épreuves, son courant,

et même si on peut être bousculé, attendre qu'un équilibre revienne, permet de sagement envisager. On reste responsable de ses actes.

Alors quand le don du jour, des plusieurs, des sourires échangés, une attention aimable, d'autres, sans efforts, dans le comme çà, c'est juste bon de se ressentir vivant sans couche d'insensibilité, et il y a ceux qui se croient vivants et voient le monde passer, sans rien voir, que leur envie matérielle visée d'abord.

Je suis contente ce soir, que le jeune boucher qui a repris l'ancien magasin, et bien, il me dit être content, cela lui suffit, il voit ses enfants. Je suis heureuse pour lui.

Voir les commentaires

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 14:03

...

Les hirondelles papotent dans le hall, c'est délicieux, les pivoines gosillettent, le bois est frais à cette heure, quelques obligations et l'envie d'aller renifler ce bourg que j'aime aimer si fort, quelle chance d'être ici, quel régal des sens, c'est créatif, le silence bel plein essentiel pour ressentir de belles ondes, à se donner d' aimer,

et il y a des personnes de plus de quatre vingt dix ans, si vives,

alors cela donne envie de...

*levivre!

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 13:50

...

C'est fort bon, quand un lever 6H, un 6H20, la gare, des prem's à prendre,

le jeune homme autiste ne souhaite plus remonter dans le Nord en toto...

et puis l'offrande de me faire plaisir, un petit déjeuner au café hôtel juste devant,

des airs comme de vacances, c'est un gros bourg où il fait bon *levivre,

et de me régaler de me ventiler cette jolie liberté d'être, de m'être, de ne cesser de naître,

comme cela fait du bien,

le coteau se remonte la toto gaie, tranquille, déposer les billets,

et repartir vers l'église, une connaissance qui devient peu à peu amie,

la première qu'on marche ensemble, nos deux heures et demi,

en pleine campagne sauvage là haut, tout en haut,

c'est beau, des allées de chênes, des fleurs, du maïs qui poussent, les oiseaux,

elle connaît, et je suis, comme je suis, guidée ensemble dans un même chœur de nous faire du bien,

une infusion sur la petite terrasse, au retour, devant les majestés les chênes, les mousses de la terre, les hortensias qui ouvrent leurs blancs, des jaunes, des rouges, des bleus, c'est beau,

quel bel matin, le repassage se repose, la main se danse le pot de miel pour en tartiner la mie d'autre, j'aime, et comme c'est bon d'aimer sans s'arrêter j'aimer.

Mon souhait de mon jour, aimer jusque mon dernier souffle, continuer de ne ressentir qu'une envie d'accompagner et d'entendre d'autres, sans jugements jamais,

en y croyant, en y croyant plus encore que le monde est en route,

VERS LE CHANGEMENT LE VOYAGE DES ETRES MENéS PAR L'AMOUR...

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 13:33

...

Si peu savent l'horreur de ce qui se passe en France,

ma fille en ONG, son second berceau en Afrique,

et ce malheur pour ceux qui quittent tout de leur pays en souffrances,

pour en trouver des similaires en France, avec l'Humanité en moins.

En Afrique, on se soutient!

Les beaux parents de ma fille, se battent,

une belle mère pour les enfants des rues, dehors, reniflant les sacs pour s'envoler,

un beau père, pour la logistique,

des années lourdes derrière si graves d'Humanité,

des contrats de séjours étudiant sans cesse à renouveler, à attendre des mois,

même un mariage n'y suffit pas pour rester en France,

et un enfant???

Le pouvoir fait sa loi, change les lois, claque des doigts pour soumettre.

Alors ma petite chérie, mon amour de petite fille,

quand sans photo sous les yeux,

je t'ai découverte en regard, pour la première fois, le 14 Mars de cette année,

si certains grand parents y cherchent des ressemblances,

et il a le nez de, le front de celle, le menton d'un grand père,

j'y ai vu, TOI, dans ce berceau, UNIQUE,

qu'en fruit de l'amour de ton papa et ta maman,

mes jambes flageolaient, comme ton cœur battait trop vite trop fort, des capteurs,

ce fut épuisant de notre rencontre tant l'Emotion fut forte,

il m'a fallu deux mois, pour m'apaiser, m'équilibrer dans un si bel sens de vie,

QUE TA PRESENCE PURE AU MONDE.

Mon cœur serre ton berceau de naissance, ventile de l'amour à te donner,

ma petite fille chérie, TU ES!

Et dès qu'il m'est possible, je m'aime véhiculer,

QUE CHAQUE HUMAIN A RESPECTER, dans son pays d'abord à l'aider,

il y a de la place pour chacun, si une minorité ne prenait pas la majorité des richesses.

Bien que, vivre avec aisance , est bien la volonté d'être de beaucoup, par l'avoir d'abord,

et se montrer d'avoir,

quand LA RICHESSE VIVE C'EST D'ABORD L'ÂME EN TOUT DEDANS,

PAR LES ACTES EN DEHORS.

Pas grave, juste un orage par la tête, mais son posé,

chaque souffrance me vit quand des cas précis cités par ma fille, de vrai de vrai.

A la télé, c'est filtré, et puis pour certains, le voient ils encore comme du réel?!

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.