Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 16:23

...

Comment écrire ce voyage, tant de pleins, en si peu de mots,

ma plume se dodeline, n'arrive pas à démarrer ses partages,

tant de temps de tant de tant,

là haut, le Nord,

Ici, l'Ouest,

et comme c'est incroyable de vie à *levivre cet état d'être,

MA VIE JE T'AIME TELLEMENT!

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 21:13

...

Ce soir, j'ai au fond de moi, des rencontres pas connues de la torréfaction du petit bourg, et une autre du bourg à côté,

comme çà, sans le faire exprès, une conversation s'engage, et les trois fois, une personne qui vit s'exprime, délivre d'elle, je suis émue, entendre de son intime qui ne va pas bien, et je l'entends, et mon minois lui sourit, tente de leur montrer des neuves voies à tenter...

il y a des milliards chemins à suivre,

et à tout âge, c'est bon d'oser, s'aventurer,

ce tgv m'a donné une de ces forces...yaouh...

pourtant il y a eu une arrivée assez pulvérisante, plutôt bloquante, et un train n'attend pas, mais le reste si zen,

cela donne envie d'aventurer sa vie, plus et plus encore, d'oser l'avion aussi, avec lui,

C'est si bon de passer sa vie à la vivre, sans immobilisme bien trop, avec ses gambettes curieuses.

En amour, on peut tendre l'oreille si fort, et écarter les paupières si grandement, pour capturer des bouts de ciel, et les donner vivants...

Belle soirée avec toi, en plus, ce soir, ma chérie,

quelle bonté de vie que d'avoir eu la chance d'avoir fait naître des enfants....LE MONDE DE DEMAIN!

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 21:06

...

C'est indescriptible de retrouver une fille, une mère, après trois mois d'absence de vue directe réelle...

c'est vraiment étrange la vie, levivre, comme on avance son chemin, c'est encore différent de vues neuves à ressentir, dans son intime...

Etre à l'Ouest, loin d'eux, c'est vraiment être dans des vies si différentes...

Impossible de venir ré-habiter dans le Nord...

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 06:24

...

Il fait doux ce matin, je serai bien tentée d'aller cueillir le bourg qui se réveille en douceurs de vivre,

et je reste fort contente à l'idée de ce voyage vers le Nord,

ce départ de ce bourg d'ici, quand il arrivera de retour de sa nuit en foyer d'hébergement, avec son père du bourg d'à côté,

et notre retour dans la gare de son foyer, pour y dormir lundi soir...

Cela est très étrange toute cette sérénité d'un jour de départ en voyage,

le calme, la paix de l'esprit de le savoir si bien le jeune homme autiste,

allez youps, des énergies pour accompagner la famille dans le Nord, partager avec des amis...

après tous ces départs en fanfare, en autisme, pendant des ans et des ans,

CE JOUR EST GRAND PRECIEUX A REMERCIER LA VIE QUI A PERMIS

D'ARRIVER A AUJOURD'HUI...EN VIE!

Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 22:07

...

Chacun est son humble chacun

Et pourrait être ce migrant

Si le même berceau de vie

Quand la vie si injuste

Car la chance pour certains

La malchance pour d'autres

Chacun est son Humain

Et le rester à vie

Est un bel essentiel

Pour le sauver l'Humain

Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 21:51

...

Le jeune homme autiste part dans le Nord, en train, demain, à nous trois,

c'est une chance pour lui, *quelque part,

c'est une immense chance de retrouver une fille dans le Nord,

cela fait déjà trois mois, pour la mère, six mois, pour le père,

c'est bien trop long, *quelque part,

et pourtant, des pauvres gens doivent tout quitter leurs précieuses matières de vie, car la guerre,

se reverront-ils un jour?

c'est si douloureux et tellement effroyable d'être séparé de ceux qu'on aime.

Les grand parents leurs bientôt quatre vingt six ans, dans *levieillir douloureux, c'est une chance immense encore, de les revoir, *quelque part,

d'autres perdent leurs parents, quand ils sont encore jeunes,

ma si grande frayeur de vie, mourir en laissant mes enfants, mon fils autiste, non grandis assez, et sevrés bien trop vite en amour...

je ne m'habituerai jamais à l'inacceptable, l'invivable, de la vie,

même si cela s'appelle LA VIE...

Alors c'est bon de se réjouir, et faire la fête, ensemble, dès que c'est possible, quelque part.

Aimer donner de soi par sa présence...

et les moyens de communication actuels, en France, aident à souffrir moins, sans harceler les aimés, c'est fort bon, quelque part.

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:22

...

Quand ce qu'il en reste

A Aujourd'hui

Qu'est ce que j'ai aimé

AIMER

Tout simplement

Mes feuilles de moi

Dedans mon coeur

Je les aime

Comme j'aime

Ce palpitant

Qui me vit

Et que je suis

Je le suis

Ce coeur

Qui m' a surpris si fort

De tels dépassements

En folies ce peut être

Mais des douces folies

Des pures des belles

Des bonnes

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:16

...

Aimer

Aimer encore son chaque jour

Aimer mieux

Aimer ne jamais s'arrêter d'aimer

Quand on aime

Tant pis si on peut être croqué

Dans l'amour

Ce qu'il reste

C'est salvateur

Dans les beautés d'aimer

D'amour bel d'amour pur

En essences dans ses sens

Comme c'est grand

Son profond

D'exister

Par l'amour

Comme çà

Sans le faire exprès

Jamais

Aimer d'AIMER aimer

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:59

...

Je regarde avec tendresses, les huit roses sèches, dans le vase, sur le confiturier, tendre nostalgie, j'y vois la petite main de ma petite fille à saisir deux roses proches, et les pétales sur le sol, elle débute ses apprentissages avec la vie, à la hauteur de ses cinq mois,

et ce bouquet mélancolies jolies, me parle, de chaleurs...

Remonter dans le Nord, faut croire, qu'à chaque fois, cela dégage des parfums de temps d'avant, et que le passé précipite plus le présent, qui pourtant se vit calmement sans chahuts son présent actuel.

Et accueillir, se souvenir des belles choses, c'est grand d'une mémoire bonne qui cultive le beau.

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:45

...

Quand on aime les gens, la vie, ses aimés,

on souhaite tellement pour eux des bouts de soleil, plus et plus encore, pour la planète,

alors parfois cela n'a rien d'étonnant de s'épuiser se tomber si lourdement,

quand des chaos de vie, chez un enfant, un autre, encore un autre, et des aimés,

puis, on se dit qu' on ne peut éviter la vie, on ne peut jamais la gérer,

et se contenter d'offrir ses petits rayons, comme çà, c'est déjà pas si mal,

c'est bon, chaque jour, sans travail obligé matériel, de donner de soi par amour,

c'est si bon de voir les yeux en face, se vivre, s'éclairer de lueurs d'espoirs, de rêves, d'amour...

Un jour, on se dit vraiment, qu'on tentera le tout, pour ne plus s'enfoncer,

et garder pour soi aussi de bels rayons,

et puis donner de l'amour, offre tant de lumières par retour, plus ou moins rapidement,

et quand hier soir, le moulin à café, croquait les grains pour ce matin,

je pensais à ma petite fille chérie,

je ne pourrai pas l'empêcher de souffrir par la vie qu'elle vivra,

mais si je peux éclairer son coeur de bels battements,

comme ceux que ma fille, sa maman, a éprouvé en entendant le café se moudre, en Août,

et bien c'est bien,

et mes envies de pages douces et tendres à écrire, me reviennent au galop,

comme mes envies de transmettre un vécu, sous une forme que je cherche.

L'essence d'une vie à remplir par ses sens à *LESVIVRE, MON AMOUR.

Repost 0

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.