Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:13

...

Aimer de bel désir... qui rend vivant...

 

On n'en finit pas d'écosser ses petits pois de vie, chaque jour sa gousse, l'image d'hier, une fatigue,

c'est que reprendre comme çà, un vécu d'autisme, en plein dedans, quatre jours, cela demande quelque énergie,

déjà, d'être réveillée vers les 6H comme ce matin, et les 7H hier, et les 6H ce week,

et cette image de fatigue, juste avant d'aller le chercher à la navette, à cinq minutes,

ce serait bien le temps d'une sieste, et pourtant ce fut le temps d'aller le cueillir,

et puis en doux final, de remercier sa vie, son être, pour sa présence,

 

l'usure ce fut quand la peur, des stress puissants, ce fut quand cette violence qui cessait si peu ces six derniers mois,

l'immense impuissance ce fut quand les neuroleptiques pas adaptés, et lui en zombi, ce fut atroce sans mots pour l'écrire,

et ce tel vide quand son absence, in little home, vingt quatre jours...

 

ET POURTANT, pendant le temps d'hôpital, pendant le temps de foyer...il a fallu tenter le tout pour le tout pour se reposer quand même, bien plus encore quand

on aime, et que cette fois la lassitude de vivre était extrême,

oser tenter de reprendre confiance, avoir confiance en soi, se mettre des défis, partir ailleurs, se ressourcer, se souvenir, serrer de plus près, la  vie...

 

il y a des chagrins d'amour qui font si mal...

 

et quand la béquille tient bon, quand le ressort se tend, quand se sentir sa sève jolie, quand son si bel voyage

en intérieur profond,

 

MA VIE JE T'AIME! COMME TU M'AIMES!

 

peut être un jour ma plume, écrira, sur ces chagrins, là, avec mon fils autiste, qui m'aime tant, tellement, et je vois et je sais tellement, que sans moi, c'est si dur pour lui, il a pleuré, en hp ( le second jour l'entendre pleurer au téléphone, ce fut terrible, mais d'abord de soins à donner ), après son week de retour d'hp, il est parti vers l esat avec moi, confiant, rassuré de revenir dans douze jours, puis il a pleuré,( une collègue rencontrée dans un magasin m'a dit qu'il a pleuré le 1er jour en esat sacat, ne voulant pas aller au foyer, comme c'est dur! mais je suis mortelle! ),  comme jamais il a pleuré...un passage douloureux de vie...

il y a des chagrins qui peuvent peut être s'écrire, d'autres ne se disent pas...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.