Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 20:24

...

Il y a ses ressentis qui parlent si fort, obligent à voir,

 

quand la semaine du 17, pendant le repas, avant le jury du chocolat,

assise devant la secrétaire de direction, la MDPH est évoquée,

je lui dis que suis dedans, elle me conseille de demander le renouvellement pour deux autres demandes qui seront à faire dans un an, parfois la MDPH accepte de grouper...

alors ma fatigue a parlé ce jour là, c'est comme si je devais monter l' Everest en plus, saturée de cet administratif incontournable pour les situations de handicap, en plus des mots de mon père le 6 Juillet de cette année de deuil,

alors ma fatigue s'est risquée, à ouvrir la demande, à regarder les rubriques, carte invalidité, AAH, à trouver un peu de forces pour remplir, photocopier, sortir deux photos, mais il manquait le bilan de l'Esat, pour que le dossier soit complet...

il est resté ici dans le placard, dans mes yeux embrumés, il était peu terminé,

finalement l'énergie de l'ouvrir ce soir, d'ajouter juste le N° du dossier précédent, un N° de portable,

et la force vraie de me pencher sur la rubrique pour la PCH. A réception du rappel de renouvellement à faire, les bras m'en tombaient mi Juillet.

Cela m'a pris quelques minutes, juste quelques unes, pour remplir cette rubrique.

Comme quoi, parfois un minuscule caillou, peut avoir l'allure d'une haute montagne, et vice versa.

 

Il y a ces ressentis qui hurlent si fort, obligent à voir,

et qui le 21 au soir, me rendaient heureuse de l'accompagner encore, mon fils autiste, pour le rassurer, lui donner des envies de vie, le préparer pour sa semaine de séparation,

et qui le 21 au soir, me disaient si fort, stop, c'est au delà de tes forces, tu es fatiguée, tu devrais partir vraiment te reposer, sans tensions, sans obligations, sans rien que ta vie propre.

 

Il y a ces ressentis tenaces déterminés à se faire entendre, qui ont hulé encore plus fort le 29 au soir à 18h30,  S T O P, cette fois tu te mets en DANGER.

C'est vital quand c'est possible, quand la vie est bonne, de s'entendre son souffle, et de s'allonger reposer se laisser bouger à sa cadence à ses stops à sens envies à ses besoins propres.

 

Il y a ces ressentis incroyables qui peuvent m'effrayer aussi,

ce soir je me sens la force de grimper encore, la paix est, la joie domine, le simple me volcanise,

la marche n'est pas finie,

*levivre, je le vois autrement encore,

et comme il est beau, et comme il est bon, des grâces belles que j'aime cueillir.

 

-

Merci *levivre mien!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

monique 05/08/2017 09:55

Qu'il en faut de courage, de force, de volonté pour franchir les moments durs de la vie, heureusement il y a toujours en nous cette réserve qui nous permet d'y parvenir, l'amour et la soif de victoire nous y aide pour beaucoup. Bon week-end Annick, économise tes forces tant il en faut. Je t'embrasse.

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.