Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:57

...

Le lever son pied dehors est bien plus gaillard, que le coucher sous la couette, que des réveils, des rendormissements, cela remue, cela trie, cela se projette,

beaucoup de vent dehors, un ciel de brume, la sinusite encore là, les draps descendus dans le petit garage, la machine bat son plein,

demain en gare, une grande amie arrive, pour quatre jours, elle a accompagné mon fils et tant de jeunes autistes, en retraite elle peut enfin, libre, se reposer, découvrir cette région qu'elle a aimé il y a trois mois, je suis heureuse,

on s'est beaucoup serrées lors de mes deux remontées dans le Nord, moi vers elle divorcée endeuillée par un ex beau frère de 66 ans, de revoir toute son ex famille vieillie en trente ans...et elle pour moi, à connaître tant d'indélicatesses, tant de brusques propos, tant d'irrespect pour ma mère juste décédée...

-

Chaque être en fin de vie, mérite le plus grand respect de ses envies, la plus grande intimité de vivre encore comme il peut le faire, la haute considération de ses maux si douloureux, chaque attention possible avec une vue Humaine rien qu'Humaine comme chaque Humain souhaitera dans sa propre fin de vie,

une personne de grand âge, c'est d'une extrême faiblesse, fragilité, vulnérabilité, tellement en devenir dépendante de plus en plus, et avoir en vue de conserver le plus possible la dignité de l'être qui se meurt, c'est essentiel.

Le calme alentour, une main serrée, des paroles dans l'oreille, se relayer, ne pas laisser seul,

ma mère fut entourée, jusqu'à son dernier instant, et cela me réchauffe, pour ma mère.

-

Et la maison ses fleurs, sa proprette, les courses, pour recevoir demain, c'est bien.

Il aura trente ans demain, sa soeur jumelle sera avec quinze amis, cela m'apaise pour elle, seule.

Leur petite nièce aura ses deux ans, dans trois semaines.

-

A devant, pas comme si rien ne s'était passé. C'est juste les états de chocs puissants qui permettent de basculer dans un monde irréel.

Bien plus, avec l'héritage de ses quatre vint sept ans et dix neuf jours, à ma mère.

Et quand un courrier m'arrive par la poste, Internet affiche les décès, cela me touche, cela me serre, cela m'envole aussi vers la vie devant...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.