Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 12:39

...

Larguer la peur à tout jamais, c'est une utopie,

quand on voit dès ce jour, quand l'élection d'un président homme d'affaires,

mais dans quel monde on vit...

-

dans un monde où il reste ce choix de ré-agir à sa petite échelle,

et à véhiculer encore des émotions, des partages riches sans un centime à gagner, des petites feuilles jolies d'Automne comme billets de banque, des plus fragiles à soutenir,

-

et pour ne pas céder encore et encore à la folie,

c'est tellement simple de basculer dedans sans s'en rendre compte,

un parcours ses voies, peuvent tant manipuler l'être à son inssu, sans qu'il le voit,

et chercher des issues vers les richesses en matières vives de plein de vie de vivant de vie,

-

c'est peut être est ce d'être d'une autre planète?

c'est peut être bon de la rejoindre parfois en soi pour rester au plus près de soi en jolies connaissances riches pour soi, et tant mieux si un lieu son humble car si il est vivant il se suffit pour s'être,

-

le choc? la surprise?

La vie dans ses vérités et contre vérités, ni blanche ni noire, avec son curseur personnel, et des milliards de curseurs qui la tournent la terre, cela fait de la bouillie, du potage infect.

Peut être que de très haut, on ne voit plus que des brillants, des lumières artificielles, et le tel noir des êtres.

Effrayant que ce monde, et pourtant pas niable,

ma petite chérie d'amour, tes vingt mois, devant toi,

la Bêtise dite Humaine, fuis là, lis, apprends et n'arrête pas de découvrir le monde,

pour que des milles regards, t'apporte une vue au plus près toujours plus près d'une vue claire.

_

Le travail d'une vie c'est d'apprendre à voir clair, à fouiller, bricoler des instruments de recherches, pour l'observer la vie et tenter de comprendre, et se rapprocher d'un tempérament à être léger encore même si le grave de vie.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.