Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 15:26

...

Le matin ne fut pas étonné de se lever un peu dans le vide, de trucs et machins à faire, après ce week si grossi de merveilles à *levivre,

et puis quand toute sa lessive de sa semaine, au jeune homme autiste de vingt neuf ans et demi, repassée, pliée, rangée,

que des petits soins de soi, pour des jolis,

qu'une escapade courte mais fort bonne en dehors,

que le linge vérifié en avant première, avant lui, pour remplir la valise de nos vacances en fin de semaine prochaine, sa valise pour le séjour avec d'autres pas encore connus,

ses papiers revus, son attestation de mutuelle mise à l'année 2016,

le corps se pose, apprécie la bise fraîche sur les chevilles, les pieds qui ont fait trempette il y a déjà deux jours dans la mer ses sels de vie,

les feuilles remuent fort, le petit cœur se repose,

un dans tous ses états, un moment, quand le fixe sonne ce matin, quand mes parents sont presque les seuls à utiliser ce fil, que penser?

et puis cet appel pour un détail, de la part de l'Esat, rassure...

-

c'est bon d'accepter que ce stress à connaître est logé quelque part, en tout dedans, comment ne pas agir, réagir, sauter, palpiter, quand sa mère, résiste tellement, avec une santé si fragile, chaque petit jour est un miracle tel, ses quatre vingt six ans et demi. Et quand mon père a retrouvé sa raison, c'est que c'est loin d'être facile d'être aidant,

comme c'est loin d'être facile, pour un enfant, sa fille, d'avoir entendu ses mots de panique, sa tête perdue, des trucs incroyables qui restent coincés, fin Mai.

-

c'est quand même, une aventure pas toujours agréable, *levivre,

alors cueillons, recueillons, dès que c'est possible, ses souffles doux, la tendresse le plus possible, à *levivre,

car parfois, c'est bien plus des duretés qu'il faut recevoir en pleine face.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.