Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 08:12

...

Prendre distance vitale, de corps, cérébrale, lâcher prise, c'est devenu plus qu'essentiel encore dans ce monde qui va tel...

quand son humble dans sa petite vie, ma mère angoissée au téléphone tôt ce matin, pour sa petite fille à Bangkok, lieu d'explosion d'une bombe, des innocents encore visés,

quand ma petite fille privée de voir pour la première fois ses grand parents camerounais, à ses quatre mois et demi, interdits de séjour sur notre sol, l'habitation de leurs enfants trop petite...

on pourrait être bien trop abruti de vie,

je l'ai été si fort mi Avril à mi Août, empêchée d'aimer...

mon choix de VIVRE QUE LEVIVRE, à m'offrir à offrir à l'accueillir à le cueillir l'instant bel, est incommensurable bien plus encore,

A PRESENT...

tendres nostalgies, lourds vécus en passé, présent tel, se sont bousculés bien trop,

faut croire qu'une petite fille franco-camerounaise cela explose la tête dans mille sens, c'est tant d'amour dedans...en avant naissance, en naissance, en après naissance,

et que ma plume se secoue son encre légère depuis hier, cela me fait du bien,

c'est bon de se redresser à sa propre barre en l'aimant si fort la vie ses beaux côtés, en lui faisant confiance, tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc, il y a des rudes, des tendres et des séries leurs remous simples...A SAISIR DE VIE DEDANS,

ses bleus, ses blancs, ses roses, C'est de toutes les couleurs de la vie, et

JE L'AIME! c'est certain! c'est bon de choisir son existence en VIVANTE!

la plus libre possible, même si des pas possibles, des obligés, des trucs des machins,

ressentir des précieux au fond de soi, fermer les paumes sur des ondes si jolies,

un regard, des murmures, de la tendresse, de partages, de l'écriture, des lectures, un café, des rires, des fou rires tels que j'aime, un sourire doux, un visage triste, des grandes peines, de la peur nécessaire, des rêves, plein d'envies, de la vie de la vie de vie à goûter doucement avec délices le plus possible,

pour se donner à d'autres encore et encore en pleine vie.

Merci ma vie que de te confier à moi, pour le temps de mon existence, et de pouvoir voir entendre d'autres vies que j'aime, que tu me murmures doucement, cela fait tant de bien, des belles confidences dans le creux d'une oreille, dans l'arabesque d'une main, le velouté de la peau, le cil qui dépoussière l'œil son bleu à se donner...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.