Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 12:54

Après de turpitudes, comme elle est belle la campagne, sa force solitaire ses coquelicots pleins les champs sauvages, le sillon tout de haut, un petit café dans le bourg de St Etienne de Montluc, des gens, des vies, des regards,

*levivre.

Et quand les fèves bio de l'Esat de Vay sont excellentes, fondent sur le palais, quand leurs pommes de terre nouvelle donnent cette saveur de pas déjà vu, que leur salade d'un croquant jûteux ses sucs bons, le poisson de par ici sa chair tendre,

et ce précieux en fin de repas. Il choisit le paquet de café Bourbon, verse les grains dans le moulin, met la prise de courant, et la musique, ses ondes, aux croquants torréfiés chantants, il ouvre pour le nez, sans oublier de retirer la prise de courant, et une cuillère puis une autre, pas trop pas peu, belle dose essentielle, c'est bon, je le laisse faire et savoure cette mine de platine que je connais dans cette trognone cuisine ici. C'est qu'il en fallu du temps pour en arriver là, et toutes les profondeurs remontent des champs d'allégresse.

C'est dimanche un bel jour au plus près de *levivre.

Ses sœurs manquent, ma petite fille manque, pour leur offrir cette tablée, mais c'est ainsi, et il faut pouvoir accepter dignement avec élégance, les travers de *levivre, quand ils sont moins simples que la vie toute douce, sereine, riche de partages,

ô *levivre, je te serre, t'embrasse de ma vivante, c'est ainsi que je m'aime vivre, avec *levivre dedans c'est une belle possession que je me confie d'être à mes chers près de moi,

peut être que quand la vie en soi, cette force immense qui peut revenir si vive encore, en énergies leurs pleines, après des effondrements lourds,

peut être que cette vie en soi à posséder, c'est la plus grande richesse, pour avancer le plus simplement possible, sur son chemin tracé, qu'on trace ensuite dès que c'est possible.

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.