Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 14:51

...

Il est 16H30 et je me sens fatiguée,

c'est bon d'étaler l'épuisement des moments, comme on déroule une pâte à pain,

il y a de la belle matière croquante ses grains dedans,

un lever tôt lui ce matin, le jeune homme autiste, ses 7 H,

un départ de matin son fluide, un départ en toto un peu en crépitations,

vers le Gâvre, et pour y aller, un passage par Blain, son hospitalisation il y a trois ans et demi, rappels évoqués, au repas...

Le Gâvre, c'est beau, un café dans un relais de poste du XVIème siècle, l'impression d'être remontés dans des temps passés, le goût d'avant, son musée des bois fermé ce jour, de belles bâtisses, et puis j'y suis restée longtime, et ce lieu me frémit ce soir, une chapellerie, tendre, un comptoir, des murs de bois, des placards, des étagères, des chapeaux de toutes les sortes, ouverte quarante cinq heures...

Vay, le cap du jour, son ESAT ses légumes bio, le restau ce midi, des partages riches avec la coordinatrice éducatrice, c'est bon,

puis le RV précieux avec cette spécialiste en autisme qui en parle qui en connaît ses bels rayons de 2015, et tout cela va, en salle d'attentes, en tests, en dialogues avec elle, cela me semblait essentiel qu'ils parlent de deuils de décès, on ira donc sur une tombe...

et puis la barre de chocolat excellent, le chocolat chaud, dans le lieu serein de ses cafés et thés,

avant de revenir ici, le calme, la paix, si grande, le fluide que j'écris encore et qui me permet d'entendre ma fatigue un peu d'abrutie de vie, pour d'autres c'est fort pire...

J'ai cette chance immense d'y être à Aujourd'hui, pour le jeune homme autiste,

tout fut si incommensurablement lourd de poids d'une telle charge dans chaque seconde, parfois, il y a presque quatre ans, trois et demi, trois ans...pour en ré arriver à Aujourd'hui, après ce tel séisme...

Mon cœur bat fort, mais je l'entends, je l'écoute, je suis consciente de la fatigue,

ce soir je me reposerai...après toutes ces années...

Car le travail n'est pas fini, sur une piste encore avec la neuropsychiatre, pour le faire avancer

SUR LE CHEMIN DE LUI LE PLUS AUTONOME POSSIBLE, mon fils autiste de 28 ans,

un jour je ne serai plus, en attendant, JE SUIS!

et cela reste dommage d'avoir quinze années de trop...

quinze ans de rab, ferait du bien, pour tous les rêves pleins ma tête...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.