Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 15:15

...

Une matinée sa simple, comme cela fait du bien. Le petit jardin se fleurit à vue d'œil, les hirondelles un duvet posé sur la plante grimpante, d'autres sur le paillasson, c'est le temps de *lesvivre, un café avec une connaissance d'ici devenue amie avec le temps, une précieuse, un petit tour au potager, les roses sont merveilleuses, il y a des fraises, cette année c'est molo, le dos à préserver, le plaisir de *lavivre la terre peut être si grand que parfois la colonne s'en souvenait trop l'an passé, cela pousse au ralenti, la terre pas encore assez chaude,

les géraniums boudent encore un peu, il manque de soleil, les bégonias sont si beaux par ailleurs, les palmiers poussent et m'étonnent de *sevivre si bien ici,

comme elle est douce *lavie ici, comme j'aurais aimé naître ici, mais l'aurai je ressenti aussi fort son puissant ses magies, si *levivre ne m'avait pas demandé de traverser *tout cela,

il faut *levivre pour savoir, la vérité des choses, la magie de la vie, ce qui compte ce qu'il en reste de la magie d'aimer, et dans l'inespéré de temps forts à *lesvivre, la colonne se plie se penche et remercie de recevoir autant,

dans la grâce de *levivre...que je n'en reviens pas *levivre est une merveille qui apprend tellement dans les beautés d'aimer, la bonté de s'exister, de s'aimer et aimer, au delà, fort de fort, en dépassement de soi pour entendre son âme, la chérir, lui donner un blé mûr tendre et doux croquant dessous la dent en grenier bel ses rêves,

aimer cela reste fou, et comme c'est bon d'aimer sans jamais s'arrêter, aimer aimer s'aimer, et le semer l'aimer,

Ecrire écrire le chemin de l'écriture pour la marche du monde,

des milliards de belles personnes font de *levivre du beau, que ses mille et mille visages le fassent sourire, le temps, la terre pour nos enfants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Mes écrits, mes pulsations mon âme, mes images, merci de les laisser, ici, dans mon nid d'être.